AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Viral Door Netway [Pv. Lilihir]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cricri
Maître du jeu yaoiste
avatar

Messages : 1292
Date d'inscription : 24/04/2010
Age : 21
Localisation : Bah dans mes vêtements, aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Viral Door Netway [Pv. Lilihir]   Mar 15 Juil - 1:11

Nous en sommes déjà au troisième millénaire. L'évolution humaine a été un succès grâce à l'informatique et aux sciences : de nombreux rêves se sont réalisés tels que créations d'androïdes, voitures volantes, grattes-ciel plus haut que ce que la Tour Babel aurait pu l'être sans les disputes humaines, des programmes plus efficaces que jamais sans presque jamais provoquer le moindre bug, livres électroniques, distributeur de sandwichs et boissons personnalisées sans giclée intempestive... L'Homme était parvenu à une telle avancée technologique qu'il pensait s'approcher de ce fait de Dieu, montant toujours plus haut, allant toujours plus loin... Il en vint à créer des vies artificielles pour remplacer les animaux, abandonnant le sol pour se contenter de voler grâce à diverses technologies avancées : voitures, skates et rollers volants, tapis roulant au dessus des airs, tramways anti-gravitationnels, qu'en sais-je. Tout ou presque a été créé à notre époque. Nous aurions pu craindre une révolte mécanique, la création d'intelligences artificielles supérieures... Mais ce ne fut pas le cas, car en effet l'intelligence artificielle ne dépassa jamais les simples programmes que pouvaient faire l'Homme.

À trop en savoir, on en vient à créer de véritables machines de destruction ; en effet les Pirates Informatiques, devenus puissant dans la nouvelle Ville, créèrent des virus, toujours plus de virus, plus destructeurs, plus impressionnants. C'était comme un grand jeu qui se déroulait sur le net, si bien que la circulation des puces d'intelligence fut proscrite du marché. L'Homme avait perdu la sciences infuse, il sembla un instant reculer... D'autres bâtiments furent donc rénovés : les écoles. Aujourd'hui, si certains outils informatiques et technologiques ont été supprimés par la faute des virus, la ville n'en arrête pas moins de s'agrandir. L'humanité a créé un seul et même Continent. Les mers furent recouvertes de villes, et bientôt le Continent devint une même Ville du même nom où tous parlaient la même langue et vivaient sous la protection d'un même gouvernement.

La Ville recouvre aujourd'hui la Terre entière. L'Homme commence même à s'étendre petit à petit dans l'espace, mais cela est une toute autre histoire...

À quoi ressemble la Ville ? Imaginez, ces grands gratte-ciels plus grands que jamais, semblant même repousser les nuages et la limite du ciel. Dans leur couleur grise sombre, ils ressemblent à d'angoissants géants malveillants. D'immense fenêtres permettent de voir à l'intérieur les appartements, les bureaux, les magasins, du moment que la fonction "ExternalView" n'est pas active, cette fonction permettant de cacher à la vue des autres l'intérieur de l'appartement ou du lieu visé, tel un store, alors qu'à l'intérieur le propriétaire peut choisir la vision qu'il souhaite : Ville de jour ou de nuit, forêt, cascade, océan, ciel, circuits... Il suffit de télécharger le bon background, vous pouvez même activer une vue de votre jeu d'élevage virtuel pour sembler être à l'intérieur et surveiller votre pet.

Il se trouve que ce qui évoluait le plus vite de nos jours, si ce n'était plus les sciences technologiques puisqu'elles avaient atteint leur maximum, ni même les sciences médicinales qui commençaient à stagner, c'était l'Informatique. Avec les puce d'intelligence, les androïdes et les ordinateurs super-performants, l'informatique était devenue "le meilleur ami de l'Homme", tant et si bien que plus rien ne se faisait sans un ordinateur. Afin de stopper l'avancée des capacités des Pirates Informatiques, un système plus performant fut mis en place : ainsi naquirent les systèmes jumeaux, le Network System dont on chargea la gestion des serveurs et d'internet, et le Personal System. Ce dernier avait quant à lui la lourde charge de gérer les personnalités des intelligences artificielles, interdisant ainsi toute possibilité pour les Pirates Informatiques de rentre les IA dangereuses.

Néanmoins, un bug important survint plusieurs années plus tard : une jeune Pirate informatique du nom de Justice Carren parvint à démonter le système de défense qui repoussait jusque là les éventuels pirates voulant désactiver le Personal System. Mais au lieu de le supprimer, elle le modifia. Personne ne su jamais à quelles fins, car la modification était longue et laborieuse ; n'ayant pas eu le temps d'achever le script du programme, c'est un script inachevé qu'elle envoya avant de réactiver le système de défense, se faisant par la suite enfermer pour son crime. Deux ans passèrent avant que le programme ne finisse par être repris en main par un des programmeurs qui avaient mis en place le système de personnalité. Alors qu'il allait tenter de réparer cela, il remarqua que le script avait provoqué une défaillance inhabituelle, et avant même d'avoir pu trouver ce que c'était le programme avait été infecté : en effet, si la barrière informatique repoussait les pirates, des virus bien plus développés avaient réussi à se glisser entre les failles du script raté, si bien que le Personal System procéda de lui-même à des modifications hors du commun.

C'est ce qu'on appelle la Personal System Revolution : suite à cela, les intelligences artificielles furent toutes désactivées, car des rébellions semblaient s'éveiller, ainsi que des dangers nouveaux, comme si les IA avaient hérité d'un caractère humain. Mais si les IA purent être désactivées, ce ne fut pas le cas des Virus, eux aussi concernés suite à ce bug général par le Personal System. Ainsi, les programmes malveillants petit à petit se retrouvèrent affublés d'une personnalité... humaine. De fait cependant, la PSR provoqua d'autres changements dans les caractéristiques des Virus. Les Virus, devenus des créatures presque vivantes perdirent leur capacité de reproduction en chaîne, ou tout simplement de reproduction. Ils purent par ailleurs créer une nouvelle apparence au net que seuls eux peuvent voir ouvertement, purent également créer des programmes malveillants - en effet, s'ils ressemblaient aux logiciels malveillants suite à la perte de leur capacité reproductive, ils s'en détachaient pas leur nouvelle personnalité et leur intelligence surprenante - et, évidemment, entrer en contact avec l'Homme...

Ce même contact ne fut pas d'une délicatesse notable. Sans même que l'Homme ne s'en rende compte, il venait de créer son ennemi le plus redoutable. Alors éclata la véritable guerre, appelée la Viral Cold War en référence à la guerre froide, les deux guerres ayant une première phase sensiblement semblable. En un rien de temps, l'attaque virale se propagea dans le monde humain tel une véritable maladie, détruisant plus qu'on ne l'aurait cru : les IA, contrôlées à l'origine par le Personal System, changèrent soudainement. Par la biai des serveurs, les virus réussirent à pénétrer les systèmes de programmation des IA, prenant la possession des androïdes et autres machineries intelligentes dans le but de détruire l'Homme. Peu à peu, l'humanité se trouvait en mauvaise posture : se faisant vaincre irrémédiablement par des machines chaotiques sans même comprendre ce qui advenait, il détruisait également des inventions d'un intelligence alors gaspillée par les méfaits de la guerre. Lorsque enfin le gouvernement compris la provenance de ces attaques, la véritable guerre se réenclencha, bien que les virus avaient déjà un bon train d'avance sur l'Homme.

Les Intelligences Artificielles furent désactivées et une fois de plus retirées du marché, et de nouvelles gestions des IA domestiques furent mises en place. Si les androïdes furent bannis de la vie de tous les jours à cause de cette rébellion causée par les virus, les ordinateurs et machines de la vie quotidienne furent arrangés pour éviter tout autre soucis, alors que du côté du gouvernement la suppression massive des virus reprenaient. Bloqués dans leur élan, les virus durent chercher un autre moyen de contrattaquer...

Ils semblaient être dans une impasse, la guerre allait se poursuivre jusqu'à la suppression d'une des deux races, jusqu'à-ce que cet homme fasse entendre parler de lui : Raymund Bartholomaeus, un inventeur de génie à l'origine de bien des systèmes et programmes de tous types, mais aussi de machines qui pourtant ne semblait venir que des rêves. C'était un homme sans soucis qui avait réussi jusque là à éviter leur implication, à sa famille et lui, dans la guerre des virus et des hommes. Mais pour bien des raisons, il se retrouva poussé à participer à cette guerre : le gouvernement faisait pression sur lui depuis le début de la guerre pour qu'il invente un moyen de supprimer au plus vite tous les virus. D'un autre côté, Raymund avait le malheur de voir son fils, Velten Bartholomaeus, attiré par le monde informatique depuis qu'il avait fait la rencontre d'une jeune virus, Worm Swen 426 qu'il appelait alors Celia Debolet selon le nom qu'elle lui avait donné d'elle. D'autres amis lui firent part de leurs rencontres avec des virus, et des scientifiques de leur curiosité quant à la société des virus qui avait évolué au point de faire une ville qu'ils ne connaissaient pas et ne pouvaient pas visiter.

Le désir de conquête de l'Homme, l'envie d'en savoir un peu plus sur la curiosité qu'était la ville des virus et surtout l'amour et l'amitié qui semblait naître entre les Hommes et certains virus qui au final semblaient avoir accepté cette ressemblance entre leurs caractères. La réunion de ces trois critères poussèrent Bartholomaeus à se lancer dans l'impossible : créer un passage entre les Hommes et les Virus pour que la rencontre soit possible. Il savait que cela provoquerait une fois de plus les barbaries qui avaient ravagé leur passé. Quand il pensait à tous ces hommes qui autrefois se battaient pour des territoires, des langues et des avis. Ils avaient été sauvés par l'avènement de la Ville et de la Langue, quand tous s'étaient mis à vivre ensembles et à parler de la même manière. Et si les "Sauvages", reclus dans les dix premiers étages les plus proches de la terre ferme et abandonnés par la civilisation avancée, se battaient encore contre l'Homme Civilisé, il n'aurait jamais pensé que la guerre pourrait reprendre en découvrant une nouvelle race. Qui était coupable ? L'Homme et son égoïste soif de connaissance ou le Virus et sa crainte irrévocable de leurs créateurs, transformée en animosité par la faute de ce conflit ?

Raymund ne pouvait pas s'attarder sur des idées et sur le mal que provoquait tout cela. Alors, il s'attela à la tache. Tout au long de la journée, toute la nuit jusqu'à-ce que pointent les premiers rayons qui lui accordaient quelques courtes heures de repos, Bartholomeus travailla à ce rythme pendant des mois. Des mois au bout desquels il parvint enfin à son but : la Human Door Netway avait été créée, une machine à porte unique qui permettait aux hommes d'entrer dans le monde de Internet. Mais ce que n'avait pas prévu Bartholomaeus, c'est qu'il ne pourrait jamais tester à proprement dit cette machine. Fut-il tué ? Loin de là, au contraire : aujourd'hui encore il vit avec sa petite famille. Non, alors qu'il allait tenter un voyage sur le Net par le biais de sa machine, il se rendit compte que celle-ci ne fonctionnait pas. Que se passait-il ? Ce rêve était-il donc inatteignable ?

La réalité se trouvait bien loin de cela, mais il ne s'en rendrait compte que trop tard : en réalité, les virus n'étaient pas restés inactifs. Certains craignant l'arrivée de l'Homme, d'autres voulant aller faire la guerre, et d'autres encore juste maladroits avaient pénétré le programme de Bartholomaeus et en avait changé le fonctionnement. La machine fonctionnait alors à l'envers : si les Hommes ne purent pas voir à ce moment-là le monde des virus, les Virus purent passer outre la barrière des deux mondes. Les premiers virus, programmes et ordinateurs atteints par le Personal System entrèrent dans le monde des Humains.

Comme tout le monde pouvait s'en douter, cela résultat d'une nouvelle guerre. Les virus qui s'étaient rebellés contre leurs créateurs poursuivirent leur bataille. Mais tout n'est pas de noir et de blanc : certains virus s'allièrent aux hommes, certains hommes s'allièrent au virus. Chacun prenait son parti, mais le fait était qu'il y avait tout de même une bataille qui se faisait dans l'ombre..




Velten se reconnecta avec un soupir. La journée avait été éreintante, il y avait eu des alertes dans les bâtiments alentours à l'appartement qu'il partageait avec son père. Quoique partager était un grand mot : en effet, le grand Bartholomaeus Raymund était trop occupé à tenter d'arranger son invention à l'insu des virus, n'est-ce pas ? Le jeune homme se laissa choir sur son bureau avec un gémissement désespéré. Il savait qu'en allumant son ordinateur cette fois-ci il ne verrait pas Celia, elle était passée récemment dans le monde humain sans même le prévenir. La guerre des virus était véritablement chaotique, et Celia et ses proches avaient dû fuir dans le monde humain non seulement pour aider ces mêmes humains qu'ils étaient rares à soutenir, mais aussi pour ne pas être attaqués par d'éventuels virus du net qui traquaient les alliés des humains.

Velten évitait de dire quoique ce soit à son père. De toutes manières, la réponse avait été claire et nette quelques jours plus tôt. Quand le jeune homme avait soulevé l'idée de partir à la recherche de Celia, son père s'était exaspéré aussitôt, lui répondant sèchement que Celia était un virus et que de toutes manières il était un tel cœur d'artichaut qu'il l'aurait vite oubliée pour quelqu'un d'autre. Velten grogna, se redressant de son bureau en voyant une fois de plus qu'il n'y avait pas de nouveautés sur le net. Même ses camarades d'étude ne faisaient plus rien, cloitrés chez eux de crainte d'être attaqués par un autre virus. D'un autre côté, même lui ne pouvait plus vraiment se permettre de sortir : si son père se rendait compte de son absence, il était bon pour être enfermé dans sa chambre en quarantaine. Il se releva de son fauteuil, faisant quelques pas dans la pièce d'un air impatient. Et son père qui pendant ce temps-là s'acharnait sur un programme raté alors qu'un virus pouvait à tout moment sortir de la Viral Door Netway à peine un étage en dessous.

Il retint un cri en entendant soudain le bruit caractéristique d'une alerte : quelqu'un demandait à entrer dans l'appartement. Voilà que ses craintes lui revenaient et une boule se créa dans sa gorge : il n'était ni habitué à rencontrer quelqu'un de l'extérieur depuis qu'il avait pris l'habitude d'étudier chez lui par correspondance, ni même préparé à recevoir un virus qui serait sortie de la fameuse porte virale. Sortant de sa chambre comme en marchant sur ses œufs, il s'approcha avec crainte de la porte d'entrée de l'appartement à côté de laquelle se situait l'écran qui lui afficherai bientôt le visage de celui ou celle qui réclamait à lui parler. Il déglutit avec difficulté, activant l'écran et le micro pour enfin faire face au visage de la personne qui attendait sa réponse.

"Hum... C'est pour quoi ?", hésita-t-il d'une voix tremblante.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lilihir
On me connait pas encore~
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 10/07/2014

MessageSujet: Re: Viral Door Netway [Pv. Lilihir]   Mar 15 Juil - 16:33




Viral Door Netway


Encore un peu... Quelques secondes encore et... C'est bon ! C'est presque trop facile pour lui de passer la porte. Ce fameux savant n'était pas décidément pas très malin ne de mettre aucune sécurité. Quand on crée une porte, la moindre des choses est de mettre une serrure mais en même temps... il faut dire qu'il n'en avait pas vraiment eu le temps. Love-Letter avait d'ailleurs apprécié le spectacle de loin mais n'y avait pas participé. À quoi cela aurait servi qu'il envoie une lettre d'amour à ce savant qui ne s'en soucierait pas le moins du monde sûrement trop absorbé par ses programmes.  Mais peut-être que maintenant... il en prendrait compte. Un grand sourire aux lèvres, le ver informatique s'avança vers un des écrans présents autour de la porte. Il ouvrit alors une fenêtre de dessin et écrivit sur l'écran tactile, en grandes lettres rouges :

I love you


Il se demandait bien ce que pourrait penser ce savant de voir une telle inscription qui datait d'un millénaire ! Le ver aurait aussi bien détruit quelques fichiers mais... elle ne serait sûrement pas d'accord. Il fallait vite qu'il rende visite à ce garçon avant que quelqu'un ne le remarque. Alors rapidement et discrètement, il se mit en chemin vers l'appartement qu'il atteint en quelques minutes tout en admirant ce monde dont il n'avait eu vent que par des descriptions évasives. Ce n'était pas si différent que son monde. Après tout l'informatique avait été créé par les hommes. Et dire que maintenant ce qu'il avait créé se révoltait contre lui. C'en était presque drôle. Pauvres humains. Incapable de contrôler ce dont ils sont les créateurs.

Love-letter s'amusait comme un enfant dans ce monde, il se demandait déjà comment allait réagir ce garçon en voyant un virus devant sa porte. Enfin sa réaction n'allait sûrement pas être des plus grandes vu que d'après ce que le ver savait, il en connaissait déjà un. Mais qui sait. Peut-être serait-il surpris. Ou peut-être qu'il ne s'en rendrait pas compte. C'est vrai qu'en se regardant dans une fenêtre, Love-letter s'était trouvé humain. Voir beaucoup tellement que s'en était presque effrayant. Il avait toujours eu cette apparence mais dans ce monde... elle paraissait encore plus réelle. Ses cheveux bruns, ses yeux bruns et sa peau beige semblait appartenir à un réel humain. Il fallait lui trouver un nom aussi. Un nom bien humain. Mais voilà, il y avait tellement de choix que c'était difficile. Et puis, il faudrait qu'il s'habitue à ce nouveau nom ! Ça lui changerait de son "Double L" comme elle l'adore l'appeler. Oh ! Et puis ce n'est pas si grave que ça... Il n'aura qu'à faire taire son pseudonyme.

Voilà que le ver venait d'appuyer sur la sonnette et se trémoussait sur place en attendant avec impatience que le propriétaire ne réponde. Et c'est une voix tremblante et peu assurée qui sonna à ses oreilles. Alors faisant un grand sourire à la caméra qui le filmait, regardant avec malice sa lentille qui brillait légèrement dans son habitacle encastré dans le mur.

"Oui ! Bonjour ! Je viens pour Worm Swen 426 !"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cricri
Maître du jeu yaoiste
avatar

Messages : 1292
Date d'inscription : 24/04/2010
Age : 21
Localisation : Bah dans mes vêtements, aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Viral Door Netway [Pv. Lilihir]   Mer 16 Juil - 21:48

Velten afficha une mine surprise en voyant ce visage inconnu lui apparaître : cheveux bruns et des yeux marrons, rien de plus simple n'aurait pu lui apparaître. Peut-être était-ce encore une fois un de ces camarades d'étude par correspondance qui voulait le rencontrer ou quelque chose du genre. Le jeune homme s'apprêtait à rejeter l'invitation de rencontre quand soudain l'inconnu prononça ces mots. Ces mots qui étaient largement suffisants à révéler son identité.

"Oui ! Bonjour ! Je viens pour Worm Swen 426"

Cette fois-ci le regard de Velten s'éclaira d'une lueur à la fois de surprise et de terreur. Un simple civil ne pouvait pas avoir accès aux noms des virus, il n'y avait que trois solutions : soit cette personne était un pirate informatique, un membre de la police militaire à la recherche du virus, ou encore un virus lui-même. Le jeune Bartholomaeus resta un long moment silencieux à fixer ce visage presque rayonnant. Il semblait presque trop jeune ou plutôt presque trop rayonnant pour celui d'un militaire, mais combien de fois avait-il entendu de militaires jeunes ou très civils d'apparence ?

"V... Vous venez pour Celia ?", répéta-t-il comme pour s'en assurer.

Remarquez, qui pouvait donc être au courant de son lien avec la jeune virus ? Le pirate informatique n'avait plus de pouvoir concret sur les virus, et qui plus était il ne pouvait pas connaître les liens qu'avait son virus avec les humains. Comment la police militaire aurait pu savoir qu'il avait précisément un lien avec cette virus plutôt qu'avec un autre ? Et les militaires s'embêtaient-ils réellement à connaître le nom exact de chaque virus qu'ils recherchaient ? Il se mordit la lèvre inférieure. Et s'il était un virus, serait-il foncièrement pacifique ?

"... Je vous ouvre, montez vite."

Il pourrait bien sembler naïf de laisser entrer quelqu'un comme ça, mais ce ne serait pas la première fois qu'il voyait un virus entrer. Arrangeant son gilet rouge dans la poche intérieure duquel il avait rangé un de ces fameux tasers que son père voulait qu'il ait toujours sur lui, il se planta devant la porte en attendant que le virus se soit décidé à prendre l'ascenseur qui le mènerait en réalité dans le studio qu'il partageait avec l'autre savant fou. Il ébouriffa un peu plus ses cheveux de jais en se demandant bien quelle impression il allait faire : avec son vieux pantalon de sport et son débardeur gris il semblait tout droit sorti d'une longue grasse matinée, et se recoiffer n'aurait rien arrangé puisque sa crinière noire était parfaitement indomptable.

Il ramena sa main à l'intérieur de son gilet après quelques secondes, attendant l'entrée de l'inconnu : il n'avait pas la force physique de se battre, pour tout dire avec son corps frêle il avait presque une apparence androgyne, mais cela ne l'avait pas empêché de réussir à de nombreuses reprises à se défendre de virus agressifs grâce à sa petite arme personnelle. Fixant l'entrée de son regard gris bleuté, il attendit que l'inconnu arrive pour le détailler du regard et le saluer de ces phrases lâchées un peu sèchement :

"Worm Swen 426 ne se trouve pas ici, de même que n'importe quel autre virus par ailleurs. Mais allez donc, annoncez la raison de votre venue, je pourrais avoir la clémence de vous aider."

Ou celle de vous virer d'ici, garda-t-il pour lui-même en resserrant un peu ses doigts sur le taser, gardant une distance de sécurité avec le nouvel arrivant.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lilihir
On me connait pas encore~
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 10/07/2014

MessageSujet: Re: Viral Door Netway [Pv. Lilihir]   Ven 31 Oct - 17:22




Alors c'est lui...?


Etait-ce un zombie ? Il en avait tout l'air. Jamais le ver informatique aurait imaginé que celle qui se faisait nommer Celia fréquentait un tel personnage ! Il n'osait même pas imaginé ce que penserait l'autre si elle le voyait. Peut-être qu'elle sortirait quelque chose du genre : "T'es sûr que c'est vraiment lui ?" et en même temps il la comprendrait. Enfin, ça ne pouvait être que lui, Velten Bartholomaeus. Il n'y avait que lui et son père qui pouvait habiter si prêt de la porte. En tout cas, il espérait que celle qui cherchait s'y trouvait. Sinon... il fallait trouver une autre solution.

Double L ne put s'empêcher d'arquer un sourcil en entendant le ton si froid et sec de son interlocuteur lui lança quand il arriva dans l'appartement. Lui qui semblait il y a quelques minutes si timide et effrayé derrière sa porte semblait avoir gagné en confiance. Et sa volonté d'aider semblait plus être tourné sur le fait de le virer sur le champs de sa petite bulle protectrice. Un sourire apparut sur les lèvres du ver et il s'approcha du jeune homme de quelques pas. Même s'il semblait froid et sec, il était tellement tendu que même un aveugle aurait pu le deviner.

"Zen ! Je vais pas te bouffer ! Moi je suis plus du genre à laisser des lettres d'amour ! D'ailleurs j'espère que celle que j'ai laissé à ton père lui plaira !"

Le ver informatique lui offrit un immense sourire avant de le contourner pour s'avancer dans l'appartement. Ses yeux se promenèrent un peu partout pour finalement finir sur l'ordinateur qui trônait dans la pièce.

"Celia n'est pas là alors..."

Il s'appuya sur le bureau avec nonchalance pour se tourner vers le propriétaire de ses lieux qui ne semblait pas avoir bougé. Double L s'assit même sur le bureau, poussant un peu le clavier, ne faisant pas attention aux foudres qu'il pourrait recevoir.

"Tu ne saurais pas où elle se trouve ? J'aurais une lettre à lui donner !"

Tout en attrapant un stylet, il commença à jouer avec, tapotant à rythme irrégulier le bureau, le faisant tournoyer entre ses doigts, le lançant dans les airs pour le rattraper la seconde d'après. Décidément... que c'était amusant le monde des humains !




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cricri
Maître du jeu yaoiste
avatar

Messages : 1292
Date d'inscription : 24/04/2010
Age : 21
Localisation : Bah dans mes vêtements, aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Viral Door Netway [Pv. Lilihir]   Mer 12 Nov - 13:05

Spoiler:
 

Velten plissa légèrement les yeux lorsqu'il vit l'inconnu s'approcher de lui avec ce sourire qui donnait l'impression qu'il savait tout. Savoir, oui, mais quoi ? Le garçon répondit à son sourire par un regard plutôt désabusé et méfiant, mais laissa retomber sa main de l'intérieur de son gilet en haussant légèrement les épaules lorsque l'étranger se présenta vaguement en quelques mots.

"Zen ! Je vais pas te bouffer ! Moi je suis plus du genre à laisser des lettres d'amour ! D'ailleurs j'espère que celle que j'ai laissé à ton père lui plaira !
-Tu es donc bien un virus »
, se fit-il la remarque en le suivant du regard.

Un instant, il oublia la fait que certains virus avaient un comportement belliqueux envers les humains, d'une façon ou d'une autre le fait que ces êtres informatiques puissent apparaître dans le monde des humains le fascinait toujours autant, et ce serait mentir pour sa part que de dire qu'il avait fini par s'y habituer ou même qu'il n'avait pas été piégé au moins un fois. Il continua de détailler le virus qui avançait dans la pièce avec un grand sourire qu'il lui adressa un instant, le surprenant presque par ce geste, avant de se diriger vers l'ordinateur devant lequel il s'assit en toute quiétude.

"Celia n'est pas là alors..."

Il semblait relativement bien connaître Célia. Velten fronça les sourcils, se sentant soudainement tendu, mais poussa après quelques secondes un long soupir : à quoi bon être jaloux, que lui prenait-il tout à coup, après tout il se trouvait face à un virus et de ce qu'il disait il était probable que les deux virus se soient rencontrés sur les réseaux sociaux, puisque c'était la spécialité de Célia. Il s'avança un peu vers le virus, restant tout de même à distance relative, tiquant lorsqu'il le vit pousser le clavier de l'ordinateur.

"Tu ne saurais pas où elle se trouve ? J'aurais une lettre à lui donner !
-Une lettre ?
, répéta Velten avec une grimace avant de secouer la tête. Dès qu'elle a traversé la porte elle est partie, il est évident que l'appartement de mon père, le créateur de cette porte, serait surveillé par la police militaire. Et si tu ne veux pas te faire attraper, il vaut mieux que tu ne traines pas ici ; enfin de toutes manières si tu cherches Célia... »

Il s'arrêta un instant dans sa réponse pour attraper au vol le stylet avec lequel le virus s'était mis en tête de se divertir et qu'il lançait en l'air sans se soucier de la fragilité de l'objet. Il le reposa sur le bureau, un peu à distance de l'inconnu, et s'appuya sur celui-ci entre le virus et le stylet, posant sur lui un regard perplexe.

"Et évidemment elle ne m'a pas dit où elle était partie étant donné que la police militaire doit certainement surveiller le réseau de ma famille, comme de toute personne étant entrée en contact avec les virus. Il y a de fortes chances pour qu'elle soit partie à une bonne distance d'ici, et je doute qu'elle soit restée dans un quartier habitable, il vaut mieux chercher dans ds quartiers commerciaux sans doutes."

Il croisa les bras, ajoutant avec un air légèrement hautain mais qui ne se voulait visiblement pas méprisant pour autant.

"Mais je te déconseille de partir seul à sa recherche, la police te remarquerai immédiatement et je doute que tu veuilles subir les horribles expériences qu'ils vous réservent. Célia elle-même n'est pas partie seule apparemment. Tu connais son apparence humaine au moins ?"

Parce que moi je ne la connais pas, ajouta-t-il pour lui-même, mais avec l'espoir que peut-être il pourrait lui en toucher deux mots malgré tout.

Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Viral Door Netway [Pv. Lilihir]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Viral Door Netway [Pv. Lilihir]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» KNOCK ON YOUR DOOR ♣
» 23.03.2016 23.03.2016 Dwars door Vlaanderen / A travers la Flandre C2
» Dwars Door Vlaanderen / A travers la Flandre 2017
» Viral Eldon [Prêtre d'Arcam]
» [Mission D] Moi, un "door-man"?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le monde des jeux de rôles :: JDR :: Personnages mystiques :: Futur-
Sauter vers: