AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Loyer mensuel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Cricri
Maître du jeu yaoiste
avatar

Messages : 1292
Date d'inscription : 24/04/2010
Age : 21
Localisation : Bah dans mes vêtements, aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Loyer mensuel   Jeu 5 Avr - 21:38

Ils faisaient la couverture d'une chaîne de magazine mondialement connue. Ils étaient connus tous deux pour leur beauté incroyable, digne des dieux. Il s'appelait Kyuso Abe. Il était sévère et charismatique, et son visage froid ne laissait paraître que de rares sourires pour un regard éternellement rêveur et désintéressé. C'est ainsi qu'il fut surnommé "Noir de glace". Elle s'appelait Bôtan Hasegawa. Grande et fine, elle riait et semblait danser sur chaque photos, son regard semblable à deux perles noires enflammant l'esprit et le cœur des innocents qui laissaient s'égarer sur son joli visage. C'est ainsi qu'elle fut surnommée "Voile de feu". Ils étaient cousins, venant simplement du fin fond du Japon jusqu'en France, dans notre petit pays, pour offrir leurs visages à ce magazine du nom de "Rose Bleue", magazine de mode que les jeunes comme les plus âgés s'arrachaient.

Ils avaient rendu ce magazine si célèbre par leur beauté, qu'ils étaient plus connus que n'importe quelle star française. Ils étaient les deux seuls mannequins de ce magazine, et le staff de la Rose Bleue n'avait presque jamais changé. Quelques secrétaires pour une poignée de spécialistes de l'éclairage étaient passés, mais l'équipe était très soudée. Le styliste avec son style original proposait des tenues extravagantes ou simples qui avaient toujours autant de succès et changeaient la face de la France. La rédactrice n'avait que plus de plaisir à parler des collections en tous genres et avait même pu ajouter quelques pages de nouveautés et d'informations en tous genre dans le magazine qui s'était ainsi développé dans bien d'autres contextes. Le responsable des arrières-plans, le chargé des mises en page, la maquilleuse... Tous avaient des liens très serrés avec le magazine et entre eux. On soupçonnait néanmoins que le photographe et les deux mannequins soient ceux qui s'entendaient le mieux. Jusqu'à ce jour.

Dans les journaux, à la surprise générale de ceux qui ne s'intéressaient pas à la mode, se trouvait en première de couverture un titre en grosse lettre : "Le Photographe de la Rose Bleue licencié". Tous se demandaient pourquoi cela, pourquoi ce changement subit, et en quoi le photographe avait pu faire une erreur pour se faire soudainement virer ? Toujours est-il que des dizaines, que dis-je, des centaines de photographes se présentèrent à la rédaction pour être engagé, mais tous furent rejetés. Jusqu'à-ce que le magazine lui-même contacte un jeune photographe de génie. Il était tout nouveau dans le métier et presque trop jeune, il atteignait tout juste sa majorité. Mais ceux qui avaient vu ses photos l'appelaient "le maître de la beauté cachée". Il réussissait à faire ressortir la beauté de n'importe qui, même l'homme le plus laid apparaissait magnifique sur ses photos qui réveillaient le style et la personnalité du sujet photographié.

Le jeune photographe, ainsi, fut contacté par la Rose Bleue pour une demande surprenante : la rédaction VOULAIT ce photographe, ils voulaient que ce soit lui qui se joigne à eux et prenne les photo de leurs deux mannequins de génie.

Ainsi, le manager du magazine attendait en ce frais Lundi Automnal, dans le parc non-loin du studio du magazine. C'était un homme plutôt grand, au regard pétillant de jeunesse malgré le fait qu'il semblait évident qu'il approchait la trentaine et quittait donc l'âge d'être "enfant dans l'âme" selon beaucoup. Il avait les cheveux en bataille, bruns écorce, la peau bronzée et le menton mal-rasé. Habillé de manière très simple, il ressemblait presque à un monsieur tout le monde, un pull vert-gris en haut pour un simple pantalon caramel dans lequel il gardait les mains enfoncées. Il portait aussi une courte écharpe blanche, et tout ce qui pouvait le distinguer de monsieur tout le monde c'était cette paire de lunettes de soleil rondes, style baba-cool, qui avec son regard rêveur le détachait totalement de la réalité. Ainsi, Raphaël attendait dans le parc patiemment, cherchant du regard le jeune photographe...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Loyer mensuel   Ven 6 Avr - 9:19

Encore dans son appartement au deuxième étage d'un HLM, Raven Dexclowen était légèrement des plus stress depuis que la célèbre rédaction 'rose bleue' c'était intéressé de très près à lui pour ses photos d'amateur. Depuis sont plus jeunes âges, il était vrai qu'il adorait canardé les gens avec son appareil. Il en avait de tout et de n'importe quoi, de celle de passant qui passait sous sa fenêtre à son adorable chat avec qui il vivait depuis ses dix ans. Aujourd'hui, il venait à peine de sortir des dix-sept ans et de ses cinq ans d'étude que ce petit avait déjà était promus à un grand futur dans la photographie. Tout le monde disait que c'était inscrit dans son destin, dans ses gènes, sa mère était, bien avant sa mort un peintre célèbre et avait toujours signalé à son fils qu'il aurait une aussi grande carrière que la sienne voir plus grand comme léonard de Vinci ou Vangode sans le coté fou, du moins il l'espérait.

Avec Micha son petit chat, il avait passé toute la nuit à nettoyer ses appareil pour pouvoir être au point pour le lendemain, mais connaissant ça maladresse et ça mal-chance habituelle il allait devoir utiliser deux ou trois essaye avant de pouvoir tirer une photo dite potable pour une aussi grande rédaction. Raven n'avais dormi qu'une ou deux heures pendant la nuit, pourtant, il ne ressentait aucun effet de la fatigue tellement qu'il était existé. Il savait bien que son corps allait tomber après avoir fini ce rendez-vous des plus importants pour se lancer dans sa carrière professionnelle. Ce préparent avec soin, le jeune garçon ne voulait pas donner une impression d'être trop propre avec un costard ou au contraire trop sale avec son habituelle survestes noir et son sweet violet dont son père l'avait aimablement traité de homosexuel en plus méchant. Son père était un homme qui défendait dure comme faire la position que photographe n'était pas un métier mais, plus un passetemps pour les pauvres.

Il était riche est puissant fessant partir des hauts fonctionnaires d'une banque, il avait toujours soulevé être supérieure à ses congénère. Son fils n'avait jamais compris comment Mr Dexclowen avait pu plaire à Mrs Dexclowen, il savait bien qu'elle avait était aveugle malgré le fait que son père n'était pas moche à regarder même à l'époque. Brillant en étude et bon en sport tout ce que Raven n'était pas, il était plutôt frêle de corpulence atteignant la taille moyenne des garçons de son âge voir même plus petit, ce qui fait qu'il n'arrivait jamais à faire du basket ou du foot comme ses camarade ou autre sport qu'il jugeait barbare par qu'il fallait s'abîmer les mains. Le jour où il lui avait avoué ce qu'il voulait faire plus tard, son père le jeta dehors avec comme seul bien son appareil et son chat. Réellement Raven n'était pas malheureux de ne pas vivre avec le dernier homme de sa famille, c'était même le contraire.

Essayant de ranger un peu mieux ça touffe de cheveux noir, réfléchissant à toutes les questions et les demandes qu'allait faire le représentent de cette agence. Finalement il s'était décidé de prendre un jean bleu troué de part et d'autre et pour haut, après avoir longuement hésité avec son sweet habituelle ou un tee shirt légèrement moulant à manche longue, noir. Bien qu'il eu peur que ce dernier ne fasse ressortir sa pâleur extrême, il l'avait enfilé. Un dernier regard dans la glace, ce n'était plutôt pas mal donc attrapant sa veste et ses basquets, il sortie enfin de son trou a rat comme il l'appeler, vivant dans les bas quartiers à cause du manque d'argent qu'il s'était forcé de gagner pour payer ses études dans une bonne école et un logement. Raven espéré obtenir un bon salaire pour pouvoir déménager afin d'ouvrir une vie meilleure à lui et à Micha. Ne possédant pas encore le permis, il suppliait la terre entière de faire pour une fois le métro à l'heure pour pouvoirs se déplacer vers le parc du centre-ville pas très loin de la rédaction où il avait rendez-vous pour ce premier jour de semaine.

Malgré ses prières, son moyen de transport arriva quand même quelque minute après l'heure dite. Cela l'avait fait encore plus stress de penser qu'il ne serait pas à l'heure, il fallait donner bonne impression surtout dans ce milieu ou la concurrence était rude. Raven se rappelait toutes les règles que lui avait enseignées son mentor lors de ses études. Une fois sortie du wagon surcharger de personnel de bureau, notre jeune photographe se dirigea directement au parc. Le calme serein de ce parc encore à moitié vide fit du baume au coeur de ce petit stress. La rosée ne s'étant pas encore levé tandis que les feuilles dessécher des arbres tomber sur le sol dans un mouvement gracieux d'un léger tourbions. Tentent de se ressaisir, maintenant sa priorité n'était pas de vouloir faire des photos de ses chutes magnifiques, mais de trouver le manager du magazine avec qui il avait rendez-vous. Ressortant la lettre de sa poche pour savoir où précisément le jeune homme devait l'entendre...

- près du banc près de la fontaine !

Scannent du regard le dénommé banc et la soit disant fontaine, il se surprie de croiser le regard avec un homme qui semblait entendre au même lieu que lui. La timidité naturelle de Raven Dexclowen le fit avancé a grand enjamber puis a de tout petit quand il se trouva pratiquement au niveau de l'autre homme, regardant l'heure sur son téléphone. Une minute de retard sur l'heure demande sur la lettre, le photographe ce décomposa, imaginant les pires scénarios possible et inimaginable en l'espace d'une seconde puis il se ressaisit en disant que puise qu'ils le voulaient temps, les rédacteurs n'allait pas l'abandonner pour une misérable minutes de retard. Il se mordit la lèvre inférieure, un tic qu'il avait quand il se sentait mal à l'aise ou en doute, ce qui arrivait souvent vus que le petit homme n'avait aucune confiance en lui. Attendent que la situation change et qu'il entende au loin un voie l'appeler...
Revenir en haut Aller en bas
Cricri
Maître du jeu yaoiste
avatar

Messages : 1292
Date d'inscription : 24/04/2010
Age : 21
Localisation : Bah dans mes vêtements, aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Loyer mensuel   Ven 6 Avr - 23:03

Raphaël regarda sa montre d'un air distrait. Alors qu'il allait reposer son regard sur le parc, il ramena aussitôt les yeux sur sa montre avec un air surpris : si tôt déjà ?! Il soupira en laissant sa main retomber. Il n'avait jamais été si ponctuel, c'en était désespérant. À croire que tout le monde attendait impatiemment ce nouveau photographe. Il se permit de sortir un instant les documents informatifs au sujet du jeune homme en question. Raven Dexclowen, tout juste dix-huit ans. Ils auraient licencié leur ancien photographe plus tôt ils n'auraient pas pu engager une telle perle. Il laissa échapper un soupir rieur, regardant alors autour de lui. Le parc était quasiment vide à cette heure-ci, alors que dans la journée les jeunes comme les vieux venaient se réunir ici pour se reposer et s'amuser. Pour le moment, juste quelques travailleurs passaient prestement, montre en main, se dirigeant sans doutes sur des lieux de rendez-vous ou de travail.

Au milieu de ces gens qui ne faisaient que des allez-retours incessants se trouvait néanmoins un jeune homme qui ne semblait pas comme les autres. Il n'était pas aussi pressé à première vue et semblait chercher des yeux quelqu'un. Il portait une paire de jeans déchirés dont les trous laissaient quelques parcelles de sa peau légèrement à découvert, ainsi qu'un haut à manches longues noir qui moulait son corps pas si musclé que ça. Il paraissait bien jeune à première vue. Quand il remarqua Raphaël, il lui accorda une attention toute particulière. Le manager lui adressa quant à lui un regard interrogateur derrière ses lunettes rondes avant de le voir avancer d'un pas assuré vers lui. Un pas assuré qui finit par des petits pas hésitants et discrets, comme si petit à petit il perdait en grandeur et se faisait de plus en plus discret, la tête rentrée dans les épaules et l'air presque penaud. Mais Raphaël lui sourit bêtement, un grand sourire qui lui montait jusqu'aux oreilles et lui faisait aussitôt perdre toute la prestance de son âge.

"Raven ? Raven Dexclowen ? Ou peut-être devrais-je t'appeler Mr Dexclowen maintenant !", fit-il avec un rire.

Il ouvrit la pochette qu'il portait en ceinture, en extirpant une petite carte colorée sur laquelle, d'un côté, était écrit "Rose Bleue - Staff" alors que quelques coordonnées se trouvaient de l'autre accompagnées d'un nom : Raphaël Levis. Il la tendit au jeune homme avec un sourire chaleureux.

"Je suis Raphaël Levis, le manager de l'équipe du magazine. Tu peux m'appeler Raph', puisque nous allons travailler ensemble à partir d'aujourd'hui. Et si tu as besoin de quoique ce soit, tu n'auras pas à hésiter à faire appel à moi."

Il remonta ses lunettes de soleil sur son nez avec le même sourire totalement innocent et puéril.

"Alors, prêt pour découvrir ton lieu de travail et rencontrer les stars de la Rose Bleue ?"



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Loyer mensuel   Sam 7 Avr - 10:30

L'homme que Raven avait vu précédent ne l'avait pas trompé. Il s'était présenté simplement, mais il avait donné une impression de souplesse et de faciliter qui fascina le jeune photographe qui ne put répondre que d'une manière assez simple voir médiocre en bafouillant qu'il préférait qu'on l'appelle par son prénom plutôt que par son nom. Doucement ses fins doigts attrapèrent la carte du manager, elle était simple, mais élégante c'était ce qu'il aimait le plus dans les bons magazines, ils n'avaient pas besoin de mètre mille et une fantaisie pour pouvoir faire ressortir quelque chose en particulier. Raphaël Levis, voilà comment ce prénommé cet étranger avec qui il allait maintenant travailler pour la même rédaction. C'était drôle d'imaginer ce garçon au sourire enfantin et puéril être le manager d'une aussi grande rédaction. Les yeux de l'enfant étaient encore posés sur la petite carte de papier quand son interlocuteur repris la parole, au départ simplement pour l'informer qu'il pouvait compter sur lui s'il avait besoin de lui.

"Alors, prêt pour découvrir ton lieu de travail et rencontrer les stars de la Rose Bleue ?"
- Franchement, je n’en suis pas sur … mais allons-y !!

Le photographe respira très longuement en suivant les pas de son prédécesseur. Les présentations c'était plutôt bien déroulé, en tout cas mieux qu'il l'avait espéré. Le seul point négatif qu'il pouvait avoir à ce reprocher était le fait d'être à la fois aussi excité qu'une puce et terrifier comme une petite souris devant un gros vilain chat. Ce qui jouait le rôle du prédateur était l'immense façade de la rédaction au mur opaque. L'entrée était richement décoré, mais le plus surprenant était l'intérieur. Raven crus que ses yeux lui jouaient des tours lorsqu'il vus l'immensité du lieu. La bouche grande ouverte alors qu'il suivait de très près Raph', l'impression d'être une petite fourmi le cloua sur place, rien au monde n'aurait autant pu le clouer sur place que devoir travailler dans ces lieux si prestigieux, c'était le seul mot qui lui revenait tout le temps dans la tête. Avec un léger murmure, soufflant à ce dernier d'un air complètement choqué :
- C’est … immense … où sont les mannequins ?

Le chemin de l'allée avait été des plus silencieux, le voir prendre aussi facilement la parole avec un étranger le surpris aussi mais, les lieux lui avait comme donnée des ailes et il ne pouvait pas ignorer l'envie qui lui était venue de prendre des millions de photo. Respirent profondément quand le manager le fit entrai dans une pièce pour rencontrer ses soit disant modèle. Franchissant la porte pour suivre Raphaël. Son regard tombas nez à nez avec deux jeunes enfant, enfin jeune, vous deviez faire à peu près le même âge avec la jeune fille tandis que le garçon devait être intentiné plus vieux. Ils étaient d'une beauté a coupé le souffle pire même il ressemblait à des dieux grecs descendus du ciel pour naguère la laideur humaine. Le garçon ressemblait à un apollon qui aurait pu faire tomber n'importe quelle femme qui aurait croisé son regard de braise, mais ce n'était pas sa qui lui donnait cette impression si féroce.

La jeune fille ressemblait à n'importe quelle fille un t'en soit peu excentrique. Il était vrai que Raven n'aime pas vraiment les femmes, depuis la mort de sa mère, le jeune homme avait toujours était loin des demoiselles peut-être par qu'elles s'amusaient trop à l'habiller en fille, quand ils étaient petits. Dans ces pensées, il fusilla sa cousine qui l'avait traumatisé pendant toutes ses vacances en primaire. Perdant Raph' des yeux, le jeune homme avait préféré repensé à l'intensité du regard si froid qu'ils avaient échangé avec le mannequin masculin. Un moment son sang c'était geler de l'intérieur comme ce sentant menacé. Secouant la tête pour reprendre conscience de la réalité vous n'étiez plus que vous, dans la pièce, enfin c'est ce qu'il pensait ne voyant plus sa première rencontre du regard. Comme quoi réfléchir était le meilleur moyen de passer à côté de certaines choses intéressent. Attendant que quelqu'un entame la discussion sinon Raven repartirait dans son coin ou chercherais un moyen futile pour pouvoir se cacher dans les toilettes pour pouvoir s'écroulait tranquillement.
Revenir en haut Aller en bas
Cricri
Maître du jeu yaoiste
avatar

Messages : 1292
Date d'inscription : 24/04/2010
Age : 21
Localisation : Bah dans mes vêtements, aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Loyer mensuel   Sam 7 Avr - 12:04

Le jeune Raven - puisqu'il avait signifié de quelques mots bafouillés qu'il préférait qu'on l'appela par son prénom plutôt que son nom - semblait particulièrement intimidé, mais prenant la carte de visite de Raphaël il sembla un instant se détendre. Raph en profita pour détailler le jeune homme : il portait avec lui évidemment ses affaires de photographe, appareils photos, outils de réglages, peut-être même qu'au coin d'un sac il pouvait avoir un ordinateur pour l'arrangement des photos avec logiciels graphiques qui sait, bref pour son âge il avait déjà le look d'un fana de photographies, et quand on savait que c'était le meilleur photographe de l'époque, il fallait tout de même avouer que cela tenait aisément en respect. Il n'avait peut-être pas la tête d'un professionnel, mais il en avait l'étoffe, et cela avait suffit et lui attirer l'intérêt de la Rose Bleue. Raven releva les yeux de la carte pour répondre avec hésitation à la question de Raph :

"Franchement, je n'en suis pas sûr... Mais allons-y !"

Raphaël sourit, lui faisant signe de le suivre. Le trajet n'était pas bien long, aussi le manager préféra se taire ; généralement, quand quelque chose lui paraissait trop long, il se mettait à parler pour ne rien dire, ce qui finissait la plupart du temps en un monologue comportant bon nombre de questions rhétoriques sans intérêt et sans véritable sens, une discussion autour de rien il ennuyait ou amusait souvent son accompagnateur selon son caractère. Néanmoins, sur le chemin, il tint sa langue, souriant simplement en montrant la direction à suivre à Raven. Ils arrivèrent bien vite devant le studio de la Rose Bleue. Il n'y avait rien d'impressionnant en sachant que c'était le studio d'un magazine, mais cela restait conséquent par rapport à un simple bâtiment : l'extérieur plutôt simple par ailleurs cachait un intérieur spacieux. Et c'est face à cela que se trouva Raven quand ils entrèrent : une immense salle d'accueil se trouvait face à eux.

"C'est... immense... Où sont les mannequins ?", s'enquit-il.

Raph répondit en riant, lui indiquant les portes menant à la salle à l'arrière. Il fit un signe aux secrétaires au passage qui gloussèrent en lui faisant remarquer qu'il était bien matinal aujourd'hui, ce à quoi il répondit en faisant une mine boudeuse que c'était pas sa "fauteuh". Il alla ouvrir la porte à Raven, l'invitant à entrer en premier dans la salle. C'était une immense salle, grise en effet. Le sol n'était pas poussiéreux, et à voir tous les allés-retours que faisaient les gens ici c'était compréhensible, mais il y avait bon nombre de traces de chaussures de-ci de-là. Des câbles traînaient un peu partout. Raven resta alors stupéfait en entrant, fixant deux personnes... Raphaël se pencha à son niveau avec un rire amusé et taquin.

"Ça, c'est une affiche, fit-il remarquer en indiquant l'image en question. Notre ancien photographe avait ce don de savoir arranger ses images pour en donner un aperçu réaliste. J'ai hâte de voir ce que tes photographies donneront. Les mannequins sont par là."

Il indiqua la place derrière l'affiche en question. Il y avait un immense espace illuminé de nombreux éclairages. Un grand décor avait été arrangé, et un petit groupe de personnes s'activaient autour d'une jeune femme qui leur indiquait parfois un endroit en particulier avant d'aller prestement poser pour deux ou trois prises. Raphaël indiqua à Raven de s'approcher, faisant signe à un homme qui s'activait derrière un ordinateur. Ce dernier cria aux autres que c'était l'heure de la pause et tous se dispersèrent dans des rires et des soupirs alors que la jeune femme qui posait plus tôt s'éloignait sans rien ajouter en direction des vestiaires, cachant son visage de la lumière en ramenant sa main devant ses yeux si bien que l'on ne vit d'elle que ses formes élancées et équilibrées pour une longue chevelure d'un noir abyssal. Raphaël s'approcha des autres membres du staff, et plus précisément du jeune homme qui se trouvait encore assis devant l'ordinateur.

"Bonjour les gens ! Je vous rapporte le photographe.
-Enfin !, s'enquit une jeune femme en s'approchant avec un grand sourire, un paquet de tenues dans les bras.
-C'est pour ça que tu t'es levé tôt ce matin ?, l'interpela un homme en haut qui se chargeait d'arranger les éclairages.
-Heey, je sais me lever tôt parfois quand même !", couina Raph d'un air boudeur.

Il y eut des éclats de rires puis Raphaël se retourna vers le jeune homme assis devant eux.

"Raven, je te présente Angel, c'est notre graphiste.
-Yo le jeune, lui fit l'asiatique avec un sourire chaleureux.
-Angel, reprit Raph, il est de bonne humeur aujourd'hui ?
-Ça passe, il faut juste y aller calmement", répondit l'intéressé en retournant à son clavier.

Raphaël hocha la tête puis prit le poignet de Raven avec un grand sourire.

"Aller, je vais te présenter les vrais mannequins~", fit-il d'une voix enjouée avant de le tirer soudainement vers les vestiaires sans lui laisser le temps de réagir.

Il semblait très peu soucieux du fait que dans les vestiaires devait se trouver en cet instant même un jeune femme, et se contenta d'ouvrir la porte sans même prendre le temps de toquer, tirant Raven à l'intérieur avec un grand sourire joyeux.

"Kyusoooo~
-LA FERME LE CAFARD !"

Il se reçu en pleine figure une robe, ce qui ne manqua pas de lui arracher un cri de surprise. Il rabaissa le tissu avec un sourire idiot à l'intention de celui qui se trouvait ici. Car en effet, dans la petite pièce qui constituait les vestiaires ne se trouvait aucune jeune femme, juste deux jeunes hommes. L'un était de petite taille, blond aux cheveux bouclés et au visage de poupon. Il tenait dans la main du nécessaire à maquillage. L'autre, quant à lui, était grand, bien proportionné et d'une minceur enviable. Il avait de si longs membres que l'on reconnaissait tout de suite ici le mannequin masculin du magazine : Kyuso Abe, "Noir de glace". Il adressa un regard exaspéré à Raphaël avant d'arranger son pantalon, seul vêtement qu'il portait sur lui en cet instant, tirant ses longs cheveux de jais vers l'arrière avec un regard froid au passage pour le photographe ; un regard si glacial, plus froid qu'un iceberg.

"Allons Kyuso-chan, répondit Raph avec un ton puéril, ne soit pas si coincé.
-Si tu m'appelles encore une fois comme ça je t'étripe, vermine, grogna l'intéressé.
-Allons, ne vous disputez pas", intervint le maquilleur d'une petite voix nerveuse.

Raphaël rit joyeusement avant de laisser Raven passer, lui indiquant le grand Kyuso avec un grand geste :

"Raven, je te présente Kyuso Abe, même s'il ne se présente plus. C'est lui, les mannequins", fit-il en appuyant sur ces derniers mots.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Loyer mensuel   Sam 7 Avr - 13:56

Notre jeune garçon rougi de sa bêtise, mais l'image était si réaliste qu'il n'avait regardé que le visage de ses deux personnages parfaitement accordés. Le réalisme était flagrant même si en visualisant un peu mieux l'affiche on pouvait apercevoir quelques imperfections. Le jeune homme fit la moue, c'était réellement un professionnel qui avait fait ses photos, Raven en doutait des erreurs simples que même un amateur n'aurait pas osé faire, sinon c'était fait exprès, encore là il resta septique. Il suivait encore le manager dans tous ses couloir pour tomber nez à nez avec de nouvelles personnes, certainement l'équipe photographique vue tous les instruments de hautes technologies qui traînaient un peu partout dans cette pièce. Raph' s'avança près d'un autre homme avec qui il échangèrent quelques paroles. Bien sûr, le gentil manager de présenta à un nouveau membre avec qui il allait travailler. La seule chose que notre personnage pu faire c'était un simple hochement de tête en guise de salutation.

Une fois leurs discutions terminer, on l'entraîna dans les vestiaires pour rencontrer enfin les deux mannequins, en arrivant il avait cru croiser une jeune fille qui s'en allait dans la même direction qu'ils entreprenaient maintenant. C'était sans doute la même demoiselle qu'il avait croisé sur l'affiche. Ses joues ce teinter de rouge en repensant à cette affiche si réalise et pourtant si mal faite. Levis entra dans une des nombreuses loges du couloir sans même frapper à la porte de cette dernière, n'avait-il pas peur de rencontre la demoiselle en léger tenus ou même d'arriver à un moment opport un pour elle. La suite ce fit court, sous ses yeux la tête de Raph' avait disparus sous un tissu orange rouge flamme qui semblait être une robe si on la portait normalement. Dévisagent le lanceur, c'était le même garçon que sur la photographie légèrement plus menacent. Sur le coup, tu commenças à regretter de ne pas être resté avec la petite affiche du bureau tout gris rencontré quelque minute au part avant.

D'un rapide coup d'oeil au plus grand des deux hommes ton intention retomba sur ce pauvre manager qui devait subir les misères de cette personne entêtée à premières vue. Cela ne devait pas être la première fois vue comme le jeune homme avait réagi avec son ahurie habituelle. Leurs discutions était des plus mouvementés alors qu'une maigre voie essaye de les calmés. Un peu dure avec sa tête de poupon de s'imposer devant un clown et un loup. Raph' te fit passé devant lui pour te présentait encore une fois ans un membre de l'équipe. Cette fois-ci, il se demandait si c'était au maquilleur à qui allait parler ou bien à ce grand dadait effrayant qui lui donnait des frissons partout dans ton corps depuis qu'il avait eu le malheur de poser son regard sur ce dernier. Le ménager le fit passé devant lui, juste sous les pupilles du garçon qui te terrorisait. Il le présenta d'un geste magistrale avec sont rire et sourire qui donnait l'impression d'avoir un petit enfant à ses coter.

- Raven, je te présente Kyuso Abe, même s'il ne se présente plus. C'est lui, les mannequins

A cette phrase, Raven chercha l'erreur qui avait, il avait parfaitement entendus dire les mannequins pourtant Kyuso Abe n'était qu'une seule personne... donc le maquilleur devait jouer la fille. Mais alors pourquoi c'est lui, toutes ses questions ce bousculèrent dans son pauvre esprit qui ne savait vraiment pas par quoi commençait ni même par quoi répondre en premier, pour pouvoir savoir comment réagir avec son futur modèle, il se sentait soudain pris de malaise devenant certainement encore plus blanc qu'à son habitude mais, il s'en moquait sachant bien sûr que son visage ce tordait dans une expression d'incompréhension total. Son indexe se releva, pointant l'intéresser pendant que ton visage ce tourné vers le seul personnage à qui il osait s'adresser. Il ne prit conscience de sa bêtise qu'une fois qu'il entendut les mots ce siffloté à ses oreilles :

- C’est un travelo ? Lui ?

Une aura menaçante ce fit sentir dans la pièce. Une petite fois murmura timidement comme un murmure. Tournant timidement la tête vers Kyuso, il fallait absolument qu'il rattrape son cout sinon il ne donnait pas cher de sa peau dans la rédaction de 'rose bleue '. Il ne semblait pas vouloir s'excuser pour autant, mais il ne voulait pas que le mannequin le prenne mal. Raven n'avait pas était des plus fervent des admirateurs de cette rédaction comparaient à sa mère qui en raffolait à l'époque de ses débuts. Sauf que là le jeune homme ne pouvait rien faire à part se faire fondre dessus par cette aigles qui allait s'en doute le déchiquetai. Il essaya de poser son regard sur le visage de Kyuso, mais la gêne et la honte l'empêcher de le remonté plus haut que ses épaules. Vus comme il réagissait avec son simple prénom légèrement modifier pour paraitre affectif.

- Heu …

Il ne savait pas quoi dire, notre pauvre jeune homme était malade. Il se cacha derrière Raph' légèrement choqué et terrifier. Il tremblait en partie, il voulait se faire enterrer si pieds sous terre pour pouvoir échapper à la honte et à la futur haine qu'allait provoquer cette remarque non contrôlé. Kyuso était magnifiquement célèbre, il allait certainement détruite ta carrière et ta vie. Il ne se rendait pas compte qu'il était en train d'imaginer son père a la place de cette célèbre vedette mais, pour l'instant il s'occupait simplement d'imaginer les pire voir catastrophique des pires scénarios possible qui pourrait arriver à un pauvre mortel.

Revenir en haut Aller en bas
Cricri
Maître du jeu yaoiste
avatar

Messages : 1292
Date d'inscription : 24/04/2010
Age : 21
Localisation : Bah dans mes vêtements, aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Loyer mensuel   Sam 7 Avr - 15:40

Raven sembla troublé par les paroles de Raphaël, et plus particulièrement par ce qu'il ajouta en fin de phrase, insistant bien sur le pluriel. Pourtant, dans la pièce ne se trouvait qu'un mannequin et... Le maquilleur rougit de surprise en remarquant que Raven lui avait prestement accordé un regard, comme si il le soupçonnait d'être la fille. Mais en quoi le blondinet pouvait-il ressembler un seul instant à Bôtan Hasegawa, la beauté flamboyante et rieuse que l'on pouvait voir sur toutes les affiches de la Rose Bleue ? Le jeune photographe blêmit, s'attirant un regard interrogateur de la part de Kyuso alors qu'il regardait nerveusement dans sa direction, semblant hésiter. Il releva un doigt vers Kyuso d'un air perplexe, se tournant vers Raphaël pour lui demander timidement :

"... C'est un travelo ? Lui ?"

Il ne sembla alors se rendre compte de ce qu'il venait de dire que trop tard. N'importe qui serait mort de honte sur le coup ou de terreur, d'ailleurs il sembla devenir plus livide qu'un linge blanc, son regard hésitant entre chacun qui se trouvait en ces lieux avant de se poser sur les épaules de Kyuso dont il n'osait pas regarder le visage. Il finit par trembler de terreur en bafouillant, hésitant de plus belle avant de se cacher derrière Raphaël qui, d'un air interloqué, le regarda avec surprise. Il éclata de rire en voyant sa réaction, arrachant du même trait ainsi un sourire embarrassé au maquilleur alors que Kyuso relevait un sourcil d'un air interrogateur. Il ne semblait pas plus choqué que ça et passa une main dans ses cheveux pour les lisser avec un sourire narquois en coin des lèvres, lâchant un ricanement moqueur au photographe.

"Pas si bête que ça finalement."

Raphaël rit de plus belle à cette phrase alors que Kyuso se retournait vers le jeune maquilleur pour lui faire un signe de remerciement avant d'enfiler enfin une chemise qu'il laissa néanmoins ouverte, lâchant un soupir d'aise en se retournant enfin vers le manager.

"Raph, je vais chercher quelque chose à mon appartement, signale-le à Maguelone au passage.
-Oui chef", plaisanta Raphaël avec un grand sourire.

Il se décala pour laisser le mannequin passer alors qu'il fermait enfin quelques boutons de sa chemise avant de laisser son regard rapidement s'égarer sur le photographe. Il s'arrêta à sa hauteur : on remarquait tout de suite la différence de taille entre Raven qui atteignait peut-être tout juste la taille moyenne, et encore, alors que Kyuso atteignait bien le mètre quatre-vingt-dix sans doutes. Il le détailla un long moment de son regard semblable à des épines glacées, avant de finalement lui flatter le crâne comme à un gamin.

"Travaillons bien ensemble", se contenta-t-il de dire assez sèchement en détournant les yeux, se dirigeant vers l'extérieur dans une démarche désinvolte.

Raphaël se pencha pour regarder Kyuso s'éloigner et sourit à Raven, d'un sourire doux et admirateur, ses yeux pétillant légèrement.

"Voilà Raven. Maintenant tu fais parti du cercle très fermé de ceux qui connaissent le secret de la Rose Bleue : Kyuso Abe et Bôtan Hasegawa sont la même personne."

Il se redressa, indiquant le jeune maquilleur qui rougit à nouveau en se tendant comme en piquet, plus nerveux que n'importe qui.

"Je te présente au passage Gabriel, notre maquilleur. Si tu dois discuter d'une scène précise, c'est à lui et au responsable du décor qu'il faut parler. Gaby, je te présente Raven notre nouveau photographe.
-E-enchanté..." balbutia Gabriel avec un léger sourire.

Raphaël fit alors signe à Raven de le suivre après les présentation. Il le tira hors des vestiaire et les deux personnages, suivis de Gabriel qui semblait en avoir fini de son côté, retournèrent dans la salle où les membres du staff semblaient moins s'activer et bavardaient simplement. Raphaël ramena Raven près de Angel qui discutait avec trois jeunes femmes.

"Voilà, maintenant que tu as rencontré Kyuso autant te présenter les autres personnes avec qui tu vas travailler, s'exclama Raphaël.
-Hé, Raph, s'exclama une jeune femme aux cheveux châtains clairs courts, c'est le nouveau photographe ?
-Tout juste !", répondit le manager.

Aussitôt, les autres membres du staff s'approchèrent. Ils n'étaient pas très nombreux, en tout et pour tout une dizaine en comptant ceux que Raven connaissait déjà, entre autre Gabriel, Angel et Raphaël. Ce dernier se tourna vers le petit monde avec un grand sourire.

"Je vous présente Raven, notre photographe de génie, il travaillera ici à partir d'aujourd'hui."

Il y eut des sourires et des salutations de la part des curieux. On aurait dit un groupe de jeunes qui venaient accueillir un nouvel ami dans leur groupe, ce qui n'était pas tout à fait faux ; il fallait avouer que les membres de la rédaction du magazine étaient particulièrement jeunes pour la plupart à première vue, bien qu'ils soient tous les aînés de ce pauvre Raven. Raphaël s'avança alors, indiquant l'asiatique toujours assis devant son ordinateur.

"Je te l'ai déjà présenté mais autant refaire un tour : voici Angel, il est chargé des arrangements graphiques et photographiques généraux et de la mise en page du journal.
-Évidemment si tu as les compétences pour tu pourras te charger des arrangements photographiques, je ne suis pas un professionnel dans ce domaine", avoua l'intéressé avec un sourire.

Il apparaissait comme plutôt grande asperge, plutôt fin mais avait bien des traits asiatiques au même titre que Kyuso, mais contrairement à ce dernier il avait bien l'accent français et non celui japonais qu'avait le mannequin. Raphaël se tourna alors vers Gabriel et une jeune fille un peu large au visage rond et aux cheveux bruns attachés en arrière avec de multiples barrettes et un élastique. Elle tenait dans ses bras des tenues de tous types.

"Voici maintenant les responsables de la tenue de Kyuso, Aude chargée de l'habillage et Gabriel chargé du maquillage.
-Heureux de te rencontrer !", lança d'une voix très dynamique Aude alors que Gabriel baissait respectueusement la tête avec un sourire.

Puis Raphaël indiqua un jeune homme aux traits témoignant de ses origines indonésiennes et une jeune femme aux cheveux mi-longs châtains et aux larges lunettes qui souriait fièrement.

"Les responsables de la rédaction, Manon et Rama."

Ils saluèrent tous deux d'un même geste Raven et Raphaël passa plutôt vite sur les trois derniers qui s'approchaient tout juste. C'était un jeune homme d'apparence plutôt simple mais à la démarche de leader, suivit d'un autre dont le visage était digne d'une figure grec. Enfin, plus à l'avant, une jeune femme au visage souriant et un peu rond et aux cheveux courts, châtains clairs et ornés d'une petite tresse salua d'un signe de tête Raphaël.

"Dans l'ordre, Pierre chargé de la lumière...
-Tu peux m'appeler Gold, l'apostropha au passage l'intéressé à l'apparence de monsieur tout le monde. C'est comme ça que tout le monde m'appelle ici.
-Paul, responsable du décor, poursuivit Raphaël en indiquant le jeune homme au visage de figure grec qui répondit d'un signe rapide, et Maguelone notre secrétaire.
-Enchantée de faire ta connaissance Raven", fit la jeune femme d'une voix enjouée en lui tendant la main.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Loyer mensuel   Sam 7 Avr - 19:02

Raven voulait mourir, le rire incessant de Raph' à son oreille et les phares blessante de Kyuso lui avait donné envie de fuir loin de cette rédaction de malheur. C'était comme ça avec lui, il fuyait à chaque fois qu'il se sentait être de trop ou le centre de l'attention de toute une assemblée, deux ou trois personnes suffisaient pour te sentir de trop. Le jeune photographe avait était humilié, mais au moins le mannequin ne semblait pas avoir un grain de colère contre ce pauvre garçon qui n'avait pas mesuré le pour et le contre, de ses paroles. Ils se fixèrent un moment, le jeune homme était réellement petit comparait à la hauteur de M'Abe. Des cheveux noirs comme la nuit, un regard percent. Des fois le photographe se demandait si ses yeux bleus ne le trahissaient pas quelquefois. Une voie sèche directe venait troubler toutes les images qu'il avait faite de son futur modèle. Il reversa tout ce qu'il avait imaginé, mais connaissant notre personnage il n'appréciait pas de juger les personnes qu'il venait de rencontrer avec un seul échange de parole.

Le manager te présenta enfin au maquilleur, il était le seul avec qui devait être aussi gêné que le pauvre Raven. Lui-même il bafouilla qu'il était ravie de le rencontré et espéré que leur futur travaille serait des plus prestigieux. Peu de personnes aurait pu savoir qu'à cet instant précis le pauvre garçon pensé encore à ce regard si dur que Kyuso lui avait jeté en boutonnant sa chemise. Il pouvait comprendre que ce qu'il avait dit était vexèrent, mais comment aurait-il pu réagir autrement. Savoir que les deux plus grandes stars de la mode actuel, aussi bien féminin que masculin n'était en réalité que les mêmes personne. Ce qui venait de s'ajouter à sa liste d'incompréhension fut le regard pétillent que Raph' avait fait en le regardant l'air complètement admiratif. Cela, lui fessait tournée la tête au point même qui se demandait si c'était vraiment une bonne idée de travailler parmi eux. Tout le monde avec l'air ravie de le rencontré comme si c'était le messie sauf le mannequin à qui notre super héros de la photo avaient fait la plus mauvaise des impressions

Ce fut le moment où il regretta de ne plus être à l'école primaire, là-bas, il était si facile de pouvoir demander pardon sans avoir des représailles derrières. À ses époques, le petit homme n'avais était si timide que maintenant. Il se mordit la lèvre inférieure, que faire pour ce faire pardonner auprès de cette sombre brute qui l'avait fait sombrer dans une peur effrayant en croisant son regard de braise. Raphaël lui fit signe de le suivre, malheureusement Raven n'avait aucune envie de le suivre. Il voulait retourner dans son trou a rat, donné à manger à Micha et pourvoir enfin se vider la tête tranquillement en prenant quelque photo de son animal préféré qui s'amuserait à faire des pose grotesque pour le plus grand plaisir du jeune homme. Mais, il ne pouvait pas partir comme ça laissant Raph' sur ses laurier, en plus il n'avait pas vue tout le personnel de l'agence. Alors, fallait mieux terminer cette journée en ayant vu tout le monde comme ça il n'aurait plus a courir derrière le manager.

Raven allait devoir se forcer à mémorisé chaque visage avec le bon nom dessus. Il fallait au moins ça pour une bonne entrait. Suivie de Gabriel le petit timide, vous retournez dans la première salle qu'il avait visitée. Traversant le couloir en sens inverse, ton coeur semblait s'accélérait de plus en plus fort à chaque pas qu'il fessait. La sortie donna sur cette salle où énormément de personnes c'était regroupé. Papotant de tout et de rien, ils avaient l'air tous très occupé ce qui ne gêna pas pour autant Raph' qui de son ton habituel et joyeux coupa la discussion de monsieur Angel et de trois dames. L'une d'elle d'ailleurs avait appelé tous les autres, en s'exclament qu'il était le petit nouveau. Comme à la maternelle, tout le monde venait voir la nouvelle curiosité de Presque aussitôt, tout le reste de la salle l'entoura y compris Gabriel, Angel et bien sûr le manager pour des présentations en bonne et due forme. On commença par lui reparler d'un personnage qu'il commençait à bien connaitre, celui qui s'occupait de la mise en page l'asiatique derrière son ordinateur.

Le jeune homme allait bien sûr s'occuper de tout ce qui venait coter photo, pas question de laisser quelqu'un d'autre touché à ses seuls amis. Mais il fit un signe de la tête pour montrer son accord. Une seconde, il crut voir Kyuso à sa place, certainement par qu'il était tout deux des asiatiques. Raven lui-même en était un malheureusement, le côté paternelle avec tirer davantage sur le côté physique, ses yeux bleus, sa peau blanche, les seules choses qu'il tenait de sa mère était sa corpulence, ses finie lèvre rosé et sa chevelure souple couleurs charbon, rien en lui n'aurait pu faire croire qu'il avait une mère japonaise. Ensuite on le présenta aux personnes donc il aurait souvent besoin d'eux pour l'habillage et le maquilla de son nouveau modèle. Saluent poliment Aude et Gabriel même si ce dernier, le jeune photographe le connaissais déjà. Puis Raph' continua avec le personnel de la rédaction, Manon ressemblait à un petit lutin avec ses cheveux courts et Rama qui devait venir du côté occidentale à cause de son nom peu commun. Encore un hochement de tête en guise de salutation.

Raph' te désigna les trois dernières personnes qui te fascinaient légèrement, le premier avait une tête de meut de hyènes. Mais, cela il le garda pour lui répondant que par un hochement de tête habituel, Gold, il s'occuperait de la lumière, Raven essaye de retenir son visage tandis que le manager continuer les présentations qui ne semblaient pas vouloir se terminer. Paul fut le suivant, c'était le responsable des décors, ton regard se posa enfin sur le troisième personnage le plus important pour toi. Vus que si les décors n'était pas bon, les photos qu'il allait tirer n'allait pas être bon aussi. C'était des détails comme celui-là qui était important dans ce métier. Même s'il privilège les environnements réelles que se fictifs, mais bon, il fallait aussi qu'il fasse des concessions pour pouvoir être accepté dans ce métier. Le photographe était l'un des plus chouchouté avec les mannequins. Si l'un ou l'autre n'allait pas bien, tout devait s'arrêter et être a leur petit soin pour pouvoir continuer le magazine. C'était peut-être pour ça que le jeune homme avait tellement stress en apprend la vérité.

Pensait à Kyuso refait vivre l'affreuse présentation qu'il avait eue entre eux. Essayant de se concentrer pour la dernière personne. Ce fut la seule qui n'avait pas encore vus, mais qui connaisse déjà de nom. Maguelone, c'était donc cette jeune femme, la secrétaire de l'agence et celle aussi à qui devait parler Raph au sujet de Abe. Le jeune homme remarqua qu'elle lui tendait la main de façon enjouée. Il hésita, ayant reculé avec de serre la main de la dame avec un petit phare comme moi de même. Raven récupéra sa main puis avec un timide mouvement de recul, il se recacha derrière le manager. Lui timide ? Non comment avoir une telle idée. Maintenant, il pensait avoir fait le tour de toutes les personnes qu'il devait voir, il allait s'en doute pourvoir rentré chez lui, il avait hâte. De retrouver des rivages familiers ainsi qu'une personne qui ne le métrait pas au centre de son attention. Son arrivée ici avait était mieux qu'il l'avait espéré, mais voilà il avait quand même eu droit à cette insupportable cérémonie de bienvenus, où le pauvre garçon était toujours le centre des attentions.

Observant, le petit monde qui venait de leur passé devant Raven regarda Raphaël d'un air interrogateur. Qu'allait-il lui faire faire maintenant que les présentations avec toutes les personnes de la rédaction c'étaient présentés. Il hésita longuement en longent le couloir pour regarder, la vu qu'ils avaient sur le dehors. Le photographe commencé à ressentir de la fatigue à cause de son manque de sommeil et de son cri de famine que fessait son estomac à cause de ne rien avoir avalé depuis le diner d'hier soir. Cette matinée l'avait épuisé, il s'en doutait un peu après tout, un corps normal pouvais tenir une journée entière, mais le sien était légèrement plus faible s'évanouissant à chaque fois que son corps n'avait plus assez de force. Un choc ne lui était pas fatal, mais sa force ne devait pas dépasser celle des jeunes filles de ton âge de constitution normal ne fessant pas de sport. Cela l'énerver un peu de toujours être comparait à une jeune fille, mais il n'y pouvait rien si son corps était fin. Raven se retourna vers Raphaël pour le regarder timidement sous les yeux, d'une voie qui semblait plus poser, plus normal :

- Qu’est-ce qu’on fait maintenant que j’ai rencontré tout le monde ?


Dernière édition par Raven Clorem le Dim 8 Avr - 15:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cricri
Maître du jeu yaoiste
avatar

Messages : 1292
Date d'inscription : 24/04/2010
Age : 21
Localisation : Bah dans mes vêtements, aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Loyer mensuel   Sam 7 Avr - 23:34

Maguelone sourit de plus belle quand Raven accepta sa poignée de main avec une rapide phrase bafouillée. Elle ressemblait à un rayon de soleil, l'astre du jour de l'équipe. Néanmoins, après de telles présentations, le photographe eut un soudain mouvement de recul, retournant derrière Raphaël à la surprise générale. Il y eu un ou deux regards perplexes mais en majorité des sourires amusés, attendris, ou juste chaleureux. Raph fut d'ailleurs le premier à éclater de rire, ce rire joyeux que Raven devait commencer à bien connaître. Ils échangèrent alors quelques mots, Maguelone invitant Angel, Gold et Gabriel à venir manger avec elle et les autres filles, puis ils se dispersèrent en continuant de papoter, laissant Raphaël et Raven à leur place sous le regard curieux de ce dernier qui les regardait passer sans un mot avant d'adresser un regard interrogateur Raphaël. Raven se détacha un instant du manager pour s'approcher un peu de la porte qui séparait la salle de travail et le secrétariat, regardant quel paysage il pouvait apercevoir de l'extérieur. Après un instant, il se retourna vers Raph sans oser fixer son regard.

"Qu'est-ce qu'on fait maintenant que j'ai rencontré tout le monde ?"

Raphaël se redressa avec un sourire mais avant qu'il n'ait pu répondre un gargouillis bruyant se fit entendre, le faisant virer au rouge. Il donna quelques coups du bout des doigt sur son ventre en lui adressant un regard accusateur.

"Y'en a un qui réclame une pause avant même d'avoir travaillé là, c'est de l'abus de pouvoir, grogna Raph d'un air presque sérieux. Bon, je propose d'aller se remplir la panse, ça nous remettra d'aplomb ! Je connais un bon petit café à côté où je vais régulièrement, tu m'accompagnes ?"

Il adressa un nouveau sourire innocent et puéril à Raven, lui indiquant la sortie avant de s'y diriger d'un pas tranquille, les mains dans les poches après avoir remonté ses lunettes rondes sur son nez. Lorsqu'ils arrivèrent enfin au dehors après que Raphaël ait papoté inutilement avec les secrétaires de l'accueil qui gloussaient à la moindre occasion - on ne pouvait pas dire pourtant que ce que Raphaël disait soit bien drôle ni même charmant, ce n'étaient que ses remarques stupides habituelles mais cela suffisait à enjouer les demoiselles - le manager se décida enfin à se retourner vers Raven avec un regard qui semblait poser des questions de lui-même.

"Alors, cette première matinée ? C'était plutôt court mais mouvementé, qu'as-tu pensé de tes futurs collaborateurs ?"

Il posa ses questions tout en indiquant à Raven la direction à suivre, le menant d'un pas tranquille jusqu'au petit café dans lequel ils pourraient déjeuner tranquillement. Au vue de l'heure avancée, les rues étaient plus remplies, et quelques travailleurs sortaient déjà tranquillement de leurs lieux de travail pour aller également déjeuner en groupe, papotant et riant.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Loyer mensuel   Dim 8 Avr - 11:13

Un bruit étrange venu couper la discussion, une demande de nourriture rapide avait était demander par le ventre de Raph', il se retenait de rire et même t'affichait un sourire encore trop mal à l'aise avec les dernières personnes qui les avaient quittés avec ce regard presque étrange qu'avait lu le jeune photographe dans leurs yeux. Il fut heureux de voir qu'il n'était pas le seul à avoir envie d'un bon petit plat. Il imaginait déjà le tas de nourriture qu'il allait engloutir pour pouvoir assouvir sa faim. Il suivra le manager qui lui avait proposé de manger en tète a tète, quelque chose que ce petit glouton n'allait pas laisser passer seulement pour le plaisir d'avoir un truc sous la dent. Courant presque derrière la célébrité qui le guidait. Il remarqua le nombre de femme et de personne qui l'appréciait, ce n'était pas étonnant que Raven ce soit enticher de lui. Il salua quelques quelques personnes toujours en étant légèrement en recul part à port à ce manager si rapide. Son matériel l'alourdissait un peu. Quittant la rédaction pour s'engouffrer dans la ville légèrement remplis lors des heures de pointe.

Tout le monde voulait manger rapidement pour retourner au travail ou prendre tout son temps pour pouvoir bravade pendant des heures avec leur amie, famille ou encore enfant qu'il était allé chercher à l'école. Lui, il allait manger dans un petit café avec son supérieur pour seul titre à l'entrée « Café chez Némé ». Il le suivra longtemps, ne répondant pas aux questions qu'avait posé Raphaël avant d'être à l'extérieur de ce lieu qui était assez conviviale. Les couleurs était chaude ce qui donné une impression familiale au lieu. Le jeune homme enfantin t'ouvrit une table où vous vous installèrent tous les deux faces à faces. Ses affaires de photographie près de lui coter fenêtre, personne ne pourrait les voler comme ça. Son regard se posa sur lui du manager avec entre tes doigts la petite cartes qu'il lui avait donné quelques heures au part avant. Il allait manger, quand ses fesses avaient touché la baquette moelleuse, le jeune homme avait failli s'évanouir sur celle-ci sous une crise d'hypoglycémie Raven espéré pouvoir avaler quelque chose avant de tomber.

- Cette matinée était des plus impressionnent, tout le monde avait l’air si excitée, ils ont l’air tous très gentil … sauf …

Il n'osa pas continuer, son esprit était embrumé par Kyuso. Il n'arrêtait pas de penser à lui et à l'horrible présentation que vous aviez eu. Il s'avait qu'il radotait, mais c'était la seule chose négative qu'il lui était arrivé de la journée et certainement la plus terrifient. Raven aurait aimé que sa mère le conseil dans ce moment-là. Elle était d'une grande sagesse et avait toujours les bons mots pour redonner confiance à ce pauvre homme alors que son père ne savait que l'enfoncer. C'était peut-être pour ça qu'il avait tellement de mal à se faire des amis au lycée. La seule personne avec qui le photographe était resté en contact n'était que son mentor. Il vouait pratiquement un culte à cet homme qui savait enseigner l'art de la photo comme personne. C'était une âme généreuse toujours avec un sourire de gamin sur le visage, un peu comme Raph', il avait tous deux un comportement puéril qui arrivait à détente le petit gamin coincé qu'était le pauvre enfant des Dexclorem.

Commandant son repas, il se demandait déjà comment allait ce passé l'après-midi qui suivait se déjeuner. Les autres allaient-ils continué de regarder Raven comme une bête de foire assez drôle pour les diverties, Raph' serait peut-être encore là pour le guider même s'il n'y croyait pas trop. Et ... bien sûr il reverrait certainement Kyuso avec son air glacial et supérieur. Ce fut avec un mouvement de rage que souffla fort avant de reprendre son courage à deux mains pour ne pas ce mètre à déprimé devant le manager. Si ça se trouve, il était le seul à en faire toute une montagne alors que l'autre se fichait parfaitement de ce que pouvait penser son futur photographe. Secouant la tête pour ensuite regarder de nouveau la seule personne avec qui il avait passé toute le mâtinée de son premier jour de travail. Le seul aussi qui réussissait à le faire parler sans bafouiller. Autant dire qu'il était exceptionnel pour pouvoir ainsi donner confiance a tous. Mais maintenant l'esprit de Raven partie en direction du bon steak que lui apporter un serveur avec un sourire blasé.
Revenir en haut Aller en bas
Cricri
Maître du jeu yaoiste
avatar

Messages : 1292
Date d'inscription : 24/04/2010
Age : 21
Localisation : Bah dans mes vêtements, aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Loyer mensuel   Dim 8 Avr - 13:24

Raven ne sembla pas refuser le moins du monde l'invitation, semblant au contraire heureux d'entendre cette proposition. Alors qu'ils approchaient du petit café, qui en effet n'était pas si loin que ça et se présentait comme plutôt rustique et simple avec son ambiance de petit restaurant familial, Raphaël en profita pour se mettre à la hauteur de Raven pour l'aider à porter ses sacs, le trouvant sans doutes trop lent à son goût avec tout ce matériel qu'il portait à bouts de bras. Ils s'installèrent à une table que Raphaël indiqua, sa table habituelle pour tout dire, l'un en face de l'autre après que le jeune photographe ait réussi à ranger ses affaires côté fenêtre pour ne pas se les faire voler.

"Cette matinée était des plus impressionnantes, tout le monde avait l'air sir excité, ils ont l'air tous très gentils. Sauf..."

Il laissa sa phrase en suspend, arrachant un air interloqué à Raphaël, mais ce dernier sembla bien vite comprendre, prenant un air plus sérieux. Ils cessèrent néanmoins un instant leur discussion puisque la serveuse était arrivée pour prendre leur commande. Raven commença par commander, assez précipitamment sans doutes sous l'effet de la faim, bien vite suivi par Raphaël dont la commande ne semblait pas en finir, bien que la serveuse semblait à peine surprise, prenant une expression désespérée avant de lâcher un long soupir : elle était habituée aux énormes commandes du manager de la Rose Bleue. Elle se dépêcha de s'éloigner pour aller passer la commande au cuisinier, laissant les deux hommes seuls. Raphaël sourit joyeusement :

"Tu veux parler de Kyuso-chan ? Il est toujours comme ça, ne fait pas attention, on finit par s'y habituer. Et puis on s'y attache à force, c'est comme un molosse de compagnie, quand il s'habitue à nous c'est un gentil chaton !"

Il éclata de rire après cette phrase bien que la comparaison soit peu envieuse et ne ressemble pas vraiment à la réalité. Cela semblait par ailleurs beaucoup l'amuser. Un serveur s'approcha alors, donnant sa commande à Raven avec un sourire blasé avant de repartir, laissant Raphaël attendre son repas avec impatience. Le manager croisa les bras derrière la tête avec un soupir perplexe avant d'adresser à nouveau son éternel sourire au jeune photographe, l'invitant d'un signe de tête à ne pas l'attendre pour manger.

"Et puis Kyuso-chan aime son travail. Tant qu'on le respecte dans son travail, il n'est pas si mal que ça à supporter. J'aime beaucoup travailler avec lui, même si on le connait à peine dans l'équipe on l'admire tous énormément. Il suffit de ne p...
-Raven !"

Raphaël tourna la tête, surpris. C'était Maguelone qui venait d'entrer dans le café d'un pas précipité, semblant extrêmement pressée. Dans sa main, elle tenait un téléphone portable. Elle s'approcha du photographe et du manager, tentant de reprendre son souffle alors que Raphaël se relevait pour l'inviter à s'asseoir.

"J'espérais que Raven serait avec toi, quel soulagement, soupira Maguelone en refusant de s'asseoir.
-Un problème Maggy ?, s'empressa Raphaël.
-La patronne qui fait des siennes...
-HEH ?!"

Quelques regards se tournèrent vers eux alors que Raphaël se retournait soudainement vers Raven.

"Dépêche-toi d'avaler quelque chose, ça ne présage rien de bon !
-Je vous accompagne", s'enquit Maguelone en se relevant, allant attendre d'un pas précipité à l'entrée du café.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Loyer mensuel   Dim 8 Avr - 15:25

En mâchant sa délicieuse viande le photographe écouté les arguments du manager pour lui faire comprendre que Kyuso n'était pas si cruel qui l'avait imaginé. Tout ce que disait Raph' l'enfoncer un peu plus dans les craintes, qu'il avait formé à son égard. La comparaison avec molosse de compagnie avait était trop faible à son gout pour lui cela ressemblait plus au Kraken dans la mythologie. Son premier jugement avait était vraiment très négatif c'était la première fois que quelqu'un le marqué à ce point. Il avait l'air abandonné dans un sens même si cela se cachait derrière un masque de monstruosité ou d'orgueil. Raven expert peut être trop le pardon de cet être qu'il avait certainement offensé. Il aime certainement autant son travail que Kyuso s'il comprenait bien les paroles de Raphaël. Comment respecter quelqu'un qui n'avait pas l'air d'assumer son travail, s'il l'assumait réellement il ne serait pas parti à moitie contrarié contre ce pauvre nouveaux.

Il mangeait en regardant ce pauvre manager qui n'avait encore rien dans son assiette. Comme quoi pour une fois il avait eu plus de chance. Mais elle ne dura pas longtemps, à la fenêtre on voyait apparaitre une jeune femme qui courait rapidement jusqu'à passer à l'entrée de restaurant, sur le coup d'avait imaginé que c'était Maguelone, mais c'était trop rapide pour être sûr que c'était elle. Préfèrent grignoter les petites frites avec sa viande que s'attarder sur des histoires invraisemblables qui te prenaient d'inventer. C'était certainement la faim qui continuait à te jouer des tours pourtant une ou deux secondes après l'avoir vu passer et on la voyait à votre table pratiquement à bout de souffle qui venait de crier légèrement fort le prénom de Raven dans tout le restaurant, forcent le jeune à cacher sa tête entre ses épaules. Voilà une fille venait de le mètre au centre de l'attention de toutes ces personnes, il allait vraiment finir par les détestes ou les fuir à cause d'une peur ridicule. Son téléphone à la main.

Son visage semblait fatiguer malgré le fait que la rédaction n'était pas si loin de ce petit café. Raphaël l'invita à s'asseoir mais, elle semblait bien trop occupée par le jeune garçon, elle l'avait cherché un peu partout vue ce que Mag' avait supposé en disant qu'elle espérait le trouvé avec Raph'. Elle n'avait pas eu tort, Raven n'allait pas quitter l'homme de toute la journée sans doute jusqu'à qu'il eut l'autorisation de quitter la rédaction. Comme un petit chien fidèle à son maitre, le jeune adule n'allait pas sympathiser avec les autres bien trop timide pour cela, il avait déjà du mal avec Raph qu'il côtoyait depuis quatre ou trois heures. Maguelone parla avec Raph' pour expliquer sa venu subite qui les coupaient en plein repas. Elle avoua a couple court c'était la patronne à l'autre bout de la ligne qui avait tant secoué cette pauvre femme. En y réfléchissant bien c'était encore la seule personne que le photographe n'avait pas vue, alors que normalement ça aurait dû être la première personne avec qui il aurait dû discuter, une fois arrivé à l'agence. Il ne prit même pas la peine de finir son steak et ses pauvres frites qu'il lui fessait pourtant envie.

- J’arrive tout de suite, je n’ai plus faim !

Attrapant son matériel de photographie, ce clissant sur ses pieds charger comme une mule, il suivra à la trace Raphaël avait qu'il quitta le café suivi de très près de la femme qui prenant la tête du retour à la rédaction. Tout le monde pouces tout le monde pour passer en premier. Les deux personnes devant lui fessait pareille alors qu'il se contentait de les éviter prudemment pour ne pas les blesser, collant les talons du manager il se surpri de ne pas être tombé, étaler sur le goudron dur du passage piéton. Ce fut en une rapidité hors norme que vous atteignez l'entrée de la rédaction, pénétrant dans l'enceinte de ce lieu pour ensuite partir dans des couloirs incessant pour s'arrêter devant une porte avec une petite plaque en or ou en tout cas en doré avec noter 'Bureau de la directrice'. Ton corps ce mis a tremblé avant de suivre l'exemplaire Raph' qui tapait à la porte pour ensuite rentrer dans la pièce. Restant à une certaine distance de lui en regardant la femme qui se cachait derrière son bureau de bois renfermement d'un coup sec son téléphone fixe sur le cachet. Elle semblait avoir patienté un long moment, il écouta la conversation ...
Revenir en haut Aller en bas
Cricri
Maître du jeu yaoiste
avatar

Messages : 1292
Date d'inscription : 24/04/2010
Age : 21
Localisation : Bah dans mes vêtements, aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Loyer mensuel   Dim 8 Avr - 18:42

A l'entente de la nouvelle, Raven sembla un instant blêmir. Il était vrai que la directrice était la dernière personne qu'il n'avait pas rencontré en tête à tête malgré le fait que ce soit elle qui ait insisté pour qu'il fasse partie de l'équipe. Néanmoins, alors que Maguelone les attendait encore au dehors, semblant presque courir sur place sous l'effet de l'empressement, Raphaël prit Raven au mot quand celui-ci se releva, délaissant son assiette en s'exclamant :

"J'arrive tout de suite, je n'ai plus faim !"

Ils se précipitèrent alors au dehors sur les pas de Maguelone. La jeune femme n'était pas la plus rapide mais elle avait pris la tête alors qu'ils se précipitaient vers le studio. A l'entrée du secrétariat, Raphaël ne s'arrêta même pas cette fois-ci pour baratiner avec les secrétaires, trop pressé par l'idée que la directrice pouvait "avoir fait des siennes". A l'entente de cette expression, il avait tout de suite réagit, et à dire vrai pour le moment seul Raven ne devait pas savoir de quoi relevait ce type de paroles à l'encontre de la directrice de la Rose Bleue. Après tout, elle restait une identité très respectée mais peu connue malgré l'importance de son magazine. Ils se bousculaient presque à l'entrée de la salle de photographie - qui prenait bien les deux tiers du bâtiment il fallait l'avouer - et traversant la salle d'un pas toujours précipité ne purent reprendre leur souffle que quant au détour du couloir de gauche ils arrivèrent devant une porte ornée d'un plaque d'or intitulée "Bureau de la Directrice".

Raphaël prit cette fois-ci les devant, reprenant son souffle. Il arrangea sa tenu, ré-enroulant son écharpe autour de son cou et tirant un peu sur son pull pour le remettre correctement, avant de se redresser et de toquer à la porte. Une voix répondit presque aussitôt derrière la porte bien que peu distincte. Raph ouvrit la porte, un peu tendu, et entra d'un pas respectueux, la mine sombre. Maguelone referma la porte derrière eux quand Raven fut entré, et alla se poster à côté du bureau avec un regard un peu plus sévère que celui si doux qu'elle portait à l'accoutumer. La directrice se redressa en voyant Raven, raccrochant son téléphone. Elle avait un visage très doux pour quelqu'un de son âge puisqu'elle devait sans doutes atteindre la quarantaine aisément selon les témoignages. De longs cheveux bruns cuivrés encadraient son visage en une masse ondulée et brillante alors que ses deux yeux gris fixaient le photographe. Elle se releva avec un sourire respectueux.

"Raven Dexclowen ? Enchantée de pouvoir faire ta connaissance en personne, je suis Dalida Fonte, la directrice de la Rose Bleue."

Raphaël ramena sa main devant sa bouche, se raclant la gorge d'un air sérieux. Il s'attira un regard interloqué de la femme qui se rassit en croisant les mains sous son menton.

"Un problème Mr Levis ?
-Veuillez m'excuser de vous interrompre ainsi Madame, mais Maguelone m'a informé du fait que vous avez pris des initiatives une fois de plus ?
-Des initiatives ? Oh, rien de bien important, juste un petit déménagement."

Maguelone et Raphaël échangèrent un regard sous l'air surpris de la directrice qui semblait prendre la situation comme très légère, ce que eux prenaient comme une situation extrême dans de telles circonstances se rapportant à la femme. Elle se releva avec un sourire, faisant le tour du bureau pour s'y asseoir, face à Raven. Elle portait un pantalon blanc plus large en bas et qui laissait ressortir ses hanches larges mais envoutantes avec sa taille fine et sa poitrine conséquente sous son haut rouge, le tout accompagné de quelques accessoires tels que ceinture noir, bijoux... Rien qui ne semblait faire d'elle la directrice de la Rose Bleue en connaissant les tenues extravagantes que pouvait créer le styliste du magazine, tenues qui d'ailleurs malgré leur genre très décalé et original trouvaient toujours acheteur depuis l'inauguration du magazine. La directrice sourit à Raven.

"On t'as présenté à l'équipe ?
-Excusez-moi de vous couper madame", insista Raphaël.

La femme adressa un regard sévère à son manageur qui le soutint néanmoins, non sans tremblements pour autant. Il reprit d'une voix sérieuse et peu à peu le regard de la directrice s'adoucit.

"J'ai cru comprendre de source sûre que cela se rapportait à Raven, pourrions-nous avoir plus d'informations sur la situation ?
-Ah, l'appel ? Oui, justement, je pensais que Maguelone vous aurait dit...
-Je pense qu'il est plus de votre devoir d'en parler que du mien, répondit Maguelone en la saluant d'un signe de tête avant de sortir pour éviter toute possibilité de rétorquer à la directrice.
-... Quoi ?, fit la femme en clignant des yeux. Allons, ce n'est tout de même pas la mort de vendre un vieil appartement qui ne convient pas à la profession de notre petit géni...
-Pardon ?!"

La directrice cligna des yeux en direction de Raphaël qui semblait paniqué. Il se démonta soudainement, se tournant vers Raven avec des sueurs froides en balbutiant :

"Ahaha, n'en veux pas à la directrice elle fait souvent ça, on doit bien avoir récupéré tes affaires on va trouver le moyen d'arranger cela et...
-La proprio a dit qu'elle avait trouvé meilleur acheteur et que ça l'arrangeait de récupérer l'appartement au plus vite, le camion avec ses affaires doivent être devant le studio."

Cette fois-ci Raphaël pâlit, se précipitant vers la directrice en parlant à toute vitesse d'une voix affolée :

"Vous n'allez tout de même pas me dire que vous avez vendu un appartement comme ça sans vous soucier d'où logerait Raven ?!
-Euh..."

Raphaël laissa sa tête tomber avec un soupir désespérer. Soudain, quelqu'un frappa à la porte.

"Entrez !"

La porte s'ouvrit, laissant reparaître un grand homme bien familier malgré ses lunettes noires qu'il retira d'ailleurs aussitôt qu'il mit un pas à l'intérieur du bureau, tirant ses longs cheveux noirs vers l'arrière : Kyuso Abe.

"Veuillez m'excuser pour le dérangement, fit-il en relevant un sourcil voyant tout ce petit monde dans la pièce. Devrais-je repasser plus tard ?
-Non Kyuso, tu tombes bien !", s'exclama la directrice avec un grand sourire.

Le mannequin allait repartir mais referma aussitôt la porte, se retournant vers la directrice avec un air interloqué. Il adressa au passage un regard perplexe à Raphaël qui se recula de quelques pas de devant la directrice, puis laissa retomber ses yeux semblables à deux perles noir d'abysse sur le photographe en un silence lourd. La directrice retourna aussitôt à sa place avec un sourire.

"J'ai trouvé une solution qui pourra contenter tout le monde : afin que Kyuso ne reste pas toujours seul, que Raven ne soit pas sans abri et qu'ils puissent bien s'entendre pour l'avenir, Raven n'a qu'à aller habiter chez Kyuso en attendant d'avoir suffisamment en poche pour prendre un nouvel appartement à la hauteur de sa personne !
-Vous plaisantez ?", grogna Kyuso en lui lançant un regard dur.

La directrice répondit au regard sans grande difficulté :

"Pas le moins du monde."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Loyer mensuel   Dim 8 Avr - 20:08

Un hochement de tête en guise d'accord, c'était la seule chose qu'avait pu faire le photographe devant t'en de précipitation. Raphaël avait l'air paniqué perdant son sourire enfantin pour laisser place à un visage très sérieux ce qui fit bien comprendre à l'enfant que l'heure était grave pour que cet personne perde son air de gamin. Son regard détailla la femme qui lui avait fait quitter son bon repas, cette dame ne ressemblait pas plus que ça à une directrice d'agence de mode. Semblant ce préoccupé de la petite personne qu'était Raven, à chaque question qu'elle posait le photographe acquises avec un timide hochement de tête. Raph' quant à lui n'avait pas perdu de sa nervosité et n'hésita pas à couper deux fois sa supérieure pour commencer un long discourt pour parler encore une fois de la même personne. Le pauvre enfant eu du mal à savoir pourquoi tout le monde était comme ça avait lui, la jeune dame qui n'était pas si jeune que ça vue qu'elle devait approcher facilement de quarante-cinq ans avaient donné l'impression d'avoir fait le pire erreur pour mettre les deux autres personnes de ses pièce dans une telle étât.

La discutions en était au fait que Maguelone devait dire quelque chose qu'elle jugeait trop important pour en parler sois même. D'ailleurs à peine venait-elle de finir sa phrase que la secrétaire quitta la salle d'un pas assez rapide. La directrice reprisla discussion d'un air choqué de la froideur de la personne qui venait de les quitter. Le même air que le manger pris pour couper encore une fois la parole, dans son coin, Raven s'occuper de regarder ce qui ce passé dans cette parole si mouvementé. Ce tournant avec un visage fatiguait Raphaël chercher en quelque sorte des mots d'excuse pour pardonner son supérieur. Doucement, à l'intérieur de son être il sentait une sorte de doute le prendre comme un futur changement qui allait changer sa vie, un mauvais présage. Il laissait allait la discussion en commençant à comprendre tous les infimes détaille qu'il n'avait pas suivie jusqu'à lors, leurs paroles au sujet de cet appartement et de cette gérante qui avait trouvé meilleur acheteur.

Cela lui revenait que sa logeuse, lui avait dit qu'il allait bientôt devoir partir à cause de meilleures personnes qui avaient payé plus chercher son appartement tout miteux. La phrase de Raph' as son égard était bien le signe qu'on parlait de son appartement. Ses meuble, toutes ses photos qu'il avait prise depuis toute ses années était rangé dans les armoires de la logeuse en plus des rares images qu'il possédait de sa mère. Raven blanchie comme un fantôme, la pire chose qu'il aurait pu imaginer venu près de ses yeux et le fit presque perdre pieds sur le sol. Michat, sa petite chatte qu'il aimait temps, avait-elle était emmené en même temps que les meubles où est ce qu'il avait oublié de la rependre et elle serait restée avec cette horrible femme qui se ferait un plaisir de la mettre à la SPA. Nombreux avait était les désaccords entre elle et le photographe à propos de cet animal, elle refusait de l'avoir lui, il refusait de s'en séparer. C'était peut-être pour ça qu'elle essaye de le poucet un maximum à quitter le quartier.

Au fond ce n'était pas une mauvaise chose de quitter cet environnement qu'il détestait à cause des rat, des filles faciles qui quittaient souvent la tanière de ses voisins. C'était un endroit malfamé au très peu de personnes y allait pour le plaisir. La moitié était trop pauvre pour payer en entier leur impôt, d'autre gagner de l'argent malhonnêtement, mais ne voulant pas le déclaré, préféré vivre dans ses dépotoir immonde. Tout cela effraya encore plus cette enfant en passant qu'il n'avait plus de chez lui. Il allait vivre dans les rues, cette directrice vendait son appartement, mais ne prévoyais rien pour qu'il puisse vivre normalement, autant dire qu'il aurait préféré sans fois vivre dans ce petit lieu merdique que dans la rue surtout en cette saison où il commençait à faire de plus en plus froid la nuit. Raven ne pouvais pas prononcer un seul mot, le bruit d'un coup porter à la porte le fit sursauté comme si c'était la mort qui venait le prendre pour l'emporter en enfer. De ses pupilles, légèrement embrumé par tout ce qu'il venait d'entendre qui avait pris un aperçut imaginaire dans sa tête, il croisa le regard avec Kyuso qui venait de faire son apparition au beau milieu d'une tragédie.

"J'ai trouvé une solution qui pourra contenter tout le monde : afin que Kyuso ne reste pas toujours seul, que Raven ne soit pas sans abri et qu'ils puissent bien s'entendre pour l'avenir, Raven n'a qu'à aller habiter chez Kyuso en attendant d'avoir suffisamment en poche pour prendre un nouvel appartement à la hauteur de sa personne !

Le grognement de Kyuso à cette idée, fit tremblé le pauvre Raven qui ne put murmurait à voie assez basse mais, quand même audible qu'il réussirait à se trouvait un logement et que ce n'était pas la peine d'inventer des idées aussi futiles que de vivre en collocation avec le mannequin. Le jeune garçon ne supportait pas l'idée d'être un plait pour quelqu'un ou même de s'imposer dans un lieu où ont ne le désiré pas et voyant comment le travesti l'avait défiguré quelque seconde avant que la directrice l'informe de sa merveilleuse idée. Quand leur regard c'était croisé, le photographe c'était mordu la lèvre inférieure en voyant que Kyuso l'avait balayé du regard. De plus que ce dernier avait du mal à voir le photographe pendant une journée, du moins c'était l'impression qu'il donnait au gamin, alors vivre ensemble allait être la pire expérience de sa vie. Même si d'un autre point de vue ça pouvait renforcer et crée une relation amicale avec lui. Raven n'était pas le genre de personne à croire bien longtemps à ses rêves préfèrent les scénarios catastrophiques qu'il croyait bien plus réaliste. Il savait qu'ils n'avaient aucune chance de bien s'entendre ...
Revenir en haut Aller en bas
Cricri
Maître du jeu yaoiste
avatar

Messages : 1292
Date d'inscription : 24/04/2010
Age : 21
Localisation : Bah dans mes vêtements, aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Loyer mensuel   Dim 8 Avr - 21:43

Kyuso lâcha un soupir exaspéré en tirant une fois de plus ses longs cheveux de jais en arrière. Il se retourna vers Raven avec un air plus détendu mais le voyant soudainement blêmir, devenant plus pâle qu'il ne l'était déjà, le mannequin détourna aussitôt les yeux pour s'approcher du bureau de la directrice. Il plaqua violemment les mains sur le bureau, faisant bondir le gobelet dans lequel la directrice rangeait ses stylos. Les crayons et autres outils d'écritures allèrent rouler au sol sous le bureau sous ce coup plus puissant qu'il n'aurait paru à vue d’œil. La directrice était restée impassible mais on voyait qu'elle commençait à être plus tendue alors que Kyuso lui adressait un regard meurtrier, digne d'un véritable assassin, et d'une froideur telle qu'il en paraissait tout à fait calme par rapport à la directrice qui frottait nerveusement son pied contre le tibia de son autre jambe, maintenant son regard dans celui du mannequin malgré un semblant de recul dans ses gestes.

"Qu'est-ce que tu manigances encore la vieille ?
-Tu comptes fuir encore longtemps comme ça ? T'es plus au Japon maintenant, peut-être que là-bas t'avais aucune raison d'approcher l'extérieur mais aujourd'hui ça a changé.
-Et pour lui alors ?"

Il se releva avec un soupir sec, reculant de quelques pas en mettant les mains sur les hanches, le regard sévère mais évitant d'élever la voix contrairement à ce qu'on sentait qu'il avait sérieusement envie de faire face à l'impassibilité faussée de la directrice.

"Je conçois que je pourrais pas faire autrement, tu t'es mis dans la tête depuis le début de me coller des colocataires, mais tu penses parfois aux autres ?
-Tu n'avouerais pas que ça t'agace, évidemment, soupira la femme.
-Je pense que tu es déjà au courant."

Il appuya cette phrase d'un nouveau regard assassin en direction de la directrice qui cette fois-ci ferma les yeux en serrant les dents un court instant avant de répondre :

"De toutes manières cela serait arrivé un jour ou l'autre dans la situation présente. Comme avec tous les autres.
-Peuh !
-Mais bien sûr si cela te gêne je trouverai un autre appartement ; malheureusement avec le loyer qu'il a il finira bien vite à la rue ou dans un quartier peu fréquentable."

Kyuso se retourna sans un mot, allant pour sortir mais s'arrêta à la surprise de Raphaël et la directrice au niveau de Raven, le prenant soudainement par le bras en adressant un regard noir à la directrice, enfonçant sa main libre dans la poche de son pantalon.

"Si je te laisse réparer tes propres erreurs la vieille, elles ne feront qu'empirer. Je m'en charge."

Il tira Raven au dehors sans un mot, refermant la porte derrière eux. Ils eurent à peine le temps d'entendre un long soupir de soulagement accompagné d'un "Terrifiant..." fébrile. Kyuso tira Raven dans le couloir ; il ne le tenait pas vraiment durement mais suffisamment pour le forcer à avancer s'il n'avait pas voulu venir. Il s'arrêta quand ils furent arrivés dans la salle principale alors qu'il se détendait totalement, laissant échapper un long soupir d'aise en lissant une fois de plus ses cheveux vers l'arrière.

"Baka Obaa-san !"

La phrase résonna un court instant alors qu'il s'avançait vers la chaise sur laquelle était habituellement assis Angel. Il y posa son blouson avec un soupir avant de s'asseoir dessus en se massant le front, adressant un regard à Raven. Cette fois-ci ce n'était pas un regard meurtrier. Il gardait de ce côté froid du personnage, mais restait tout de même plus détendu et interloqué, avec un semblant de compassion.

"Laisse tomber cette vieille, ça a beau être la responsable du magazine c'est la plus irresponsable entre nous."

Il jeta un coup d’œil autour d'eux, voyant qu'il n'y avait définitivement personne dans l'immense salle, et adressant un regard à l'heure indiquée sur l'ordinateur d'Angel se releva avec un autre soupir.

"Vu l'heure tu as dû être appelé assez précipitamment. Tu as eu le temps d'avaler quelque chose ? Vu ta tête t'as pas l'air très résistant."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Loyer mensuel   Dim 8 Avr - 22:42

Raven était complément terrorisé, le bureau avait été mis en désordre avec un simple cout qui n'avait rien de bien dangereux pourtant. Une aura menacent avait étouffé la pièce et ce n'était pas difficile de savoir que c'était Kyuso qui l'émanait. Dans leurs échanges, ils semblaient qui avait des éclairs invisibles qu'il se lance a eu même comme pour prouver leurs supériorités. Ce n'était donc pas la première fois que la patronne choisissait quelqu'un pour vivre avec le mannequin, chaque parole semblait caché un message qu'eux seuls pouvait décrit. Le photographe se sentait de plus en plus mal à l'aise en changent que le sujet même de leur dispute était sa misérable personne. Il ne serait pas dire s'il s'inquiétait pour Kyuso ou si ce n'était seulement pour pas que la directrice lui tient en rigueur de ces déclarations blessante. La dame eu le grand plaisir de rappeler a Raven à quel point il était pauvre et avait courtisé les bas fond des vieux quartiers tout miteux.

Ce qui pourtant semblait avoir fait quelque chose dans l'esprit du personnage qui s'était arrêté à sa hauteur pour l'emmener loin de Raph' et de la vieille femme. Légèrement terroriser extrêmes angoisser le photographe avait eu un mouvement de recul pour se réfugier derrière le manager, mais leur niveau de force était largement diffèrent et il ne put que suivre la démarche rapide de Kyuso a traversé les nombreux couloirs qui fit perdre la tête au pauvre garçon. Il le traîna jusqu'à la salle principale celle où normalement l'asiatique qui était toujours derrière son ordinateur n'y était plus pour la pause déjeuner. Enfin arrivé, le mannequin eu la gentillesse de lâcher Raven qui était à bout de souffle d'avoir marché si vite. Il regardait l'autre garçon qui semblait ne pas avoir fait le moindre effort a marché. Avec sa main, ramenant délicatement ses cheveux en arrière dans une élégance qui frôlait l'indécence.

"Laisse tomber cette vieille, ça a beau être la responsable du magazine c'est la plus irresponsable entre nous."

Un rictus avait failli naitre sur ses lèvres si le jeune garçon n'avait pas était pris par une étrange pouffé de chaleur. Kyuso avait beau dire ça là façon donc il s'était comporté pour sortir du bureau de sa grand-mère vu ce qu'il venait de dire. C'était vraiment lui le plus irresponsable des deux, on aurait dit un enfant à qui on aurait forcé de prendre un jouet pas drôle. Raven avait certainement mal jugé le personnage, il n'avait pas l'air d'un mauvais bougre, Raph' avait peut-être raison quand il l'avait comparé à un chaton. De toute façon rave' c'était juré de ne pas jugeais les personnes sur les premières impressions sa mère lui avait appris qu'il ne fallait pas le faire et oui ! Le jeune Dexclorem vessait toujours ce que disait sa génitrice décédé. Il remarqua que Kyuso avait vu sa pâleur extrême, il allait lever là mais, pour la secouer et dire que tout allait bien malheureusement Raven ne réussit qu'à monter la main avant d'être pris de vertige, son corps ce balançait au-dessus du vide avant de tomber lourdement entrainé par le matériel de photographie.

Ordinateur, appareille photo, décors, couleur, tout pour faire soit même tout le travail d'une équipe est qui pesait plus lourd qu'un âne mort. Il menti si le jeune homme disait qu'il sentait encore ses épaules et ses jambes. Il senti un choc, sa tête heurta quelque chose d'assez dur qui l'avait arrêté. Un petit cri de stupeur et de douleur ce fit entendre entre ses dents avant de murmurer très faiblement qu'il allait bien. Comme quoi le trop plein d'émotion n'était pas fait pour ce garçon. Le renfermement entre les regardaient méprisant et les attentions plutôt sympathiques de Kyuso avaient complètement chambouler le photographe, ce qui s'accumulait a tout ce qui s'était passé avec son appartement vendu et débarrasser toute présence de vie, Michat dont il n'avait aucune nouvelle et tout le reste avait trop remplie le sac qui ne put pas résister avec le fait que ton ventre était à moitié vide. Ton corps était moyen voir faible surtout quand il n'avait pas de carburant pour fonctionner. Regardant légèrement les pupilles froides de Kyuso avait les joues légèrement rouge voir toute rouge, gêner au plus haut point.

- …. Pardon … mais je vais bien … ! déclara-tu en essayes de te remettre sur tes pattes.
Revenir en haut Aller en bas
Cricri
Maître du jeu yaoiste
avatar

Messages : 1292
Date d'inscription : 24/04/2010
Age : 21
Localisation : Bah dans mes vêtements, aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Loyer mensuel   Lun 9 Avr - 0:19

Kyuso cligna des yeux en voyant que Raven ne répondait à aucun de ses propos. Pour être timide, le photographe l'était bien plus que prévu, et finalement c'était peut-être un peu un avantage de pouvoir se rapprocher de lui par colocation, mais le mannequin n'irait pas jusqu'à appeler cela une aubaine au vu de la situation et avouerai volontiers qu'il aurait préféré un rapprochement normal et professionnel plutôt que de devoir vivre de force pendant quelques temps avec son nouveau collègue. Ou avec n'importe quel autre collègue d'ailleurs, il aurait juste voulu vivre seul comme chaque fois qu'il réussissait à se débarrasser d'une autre personne. Sauf... Il releva la tête d'un air interrogateur quand Raven leva alors la main comme pour signifier quelque chose, mais avant même qu'il n'ait pu dire quoi que ce soit il pencha soudainement sur le côté.

Kyuso se releva soudainement en le voyant déchanter de façon inattendue, ses pieds ne semblant plus le soutenir. La chaise du bureau de Angel fut repoussée vers l'arrière dans ce mouvement, tombant au sol avec perte de fracas en un bruit assourdissant qui raisonna dans l'immense pièce si longuement que le mannequin cru que c'était une éternité. Il s'était jeté vers l'avant avec une rapidité qui sur le coup le surprit lui-même avant qu'il ne réceptionne Raven, lequel avait été précipité en avant dans une chute assez surprenante sur le coup. Il paraissait plus pâle que n'importe qui aurait pu l'être ; Kyuso aurait même pu dire avec une pointe d'humour qu'il semblait plus pâle encore que son frangin, mais il n'avait pas vraiment la tête à cela quand il le rattrapa, étrangement faible. Enfin, pas si étrangement que cela, puisqu'il avait quasiment sauté le repas. Il était si léger et fin que le mannequin sentait à peine son poids contre lui alors qu'il le redressait précautionneusement en le retenant par les épaules.

"... Pardon... mais... je vais bien...
-Et pardon mais ce n'est pas ce que je vois", rétorqua Kyuso en se baissant pour regarder son visage.

Il fronça un peu les sourcils en voyant le jeune homme si pâle et affaibli, il ne semblait vraiment n'avoir aucune constitution, plus faible encore qu'un enfant. Le mannequin se demanda même un instant comment un si faible jeune homme pouvait transporter tout son matériel photographique sans se casser quelque chose. Il lui prit d'ailleurs son bagage pour le poser sous le bureau de Angel et, maintenant Raven pour qu'il ne tombe pas et n'ai pas l'idée de se dégager, ramassa la chaise qu'il redressa pour forcer le jeune photographe à s'asseoir dessus, lui faisant signe de ne pas bouger d'un poil. Il s'éloigna juste un peu, allant chercher derrière le décor un sac qu'il tira de derrière pour fouiller dedans. Il en sorti de nombreuses affaires, dont vêtements de rechange - s'attardant d'ailleurs en relevant un sourcil perplexe sur une culotte qui n'avait sans doutes rien à faire ici - quelques outils divers, des conserves dont il regarda la date avec une grimasse...

"C'est pourtant pas facile à passer de date de la bouffe en boîte, il date de combien son sac ?", soupira Kyuso en continuant de fouiller.

Il finit par se relever après un moment, s'approchant de Raven en lui donnant un paquet de pâtes de fruit après s'être rassuré en vérifiant plusieurs fois la date de péremption.

"C'est pas grand chose mais c'est mieux que rien, le sucre te redonnera un peu des couleurs le temps que tu manges quelque chose de plus consistant. Faudrait que tu penses à manger, si tu réussis à défaillir avec juste une matinée sans travail tu vas pas tenir longtemps ici."

Il s'assit par terre en face avec un soupir, entrouvrant un peu sa chemise en semblant avoir chaud malgré le temps qui se rafraichissait en cette saison.

"T'es pas bavard en tous cas, j'ai l'impression de voir mon petit frère", souffla-t-il en regardant autour d'un air distrait.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Loyer mensuel   Lun 9 Avr - 1:46

Kyuso donnait l'impression d'une mère poule il regardait le photographe avec un fond d'inquiétude alors qu'il n'arrivait pas à te regarder sans un air assez cruel. Il l'avait rattrapé tout juste avant que le pauvre garçon tombait sur le sol gelait. Sans aucun effort du moins apparent, Raven fut déposé sur la chaise qu'avait fait tomber le mannequin. Le tournis était toujours présent, fessant balançais la tête à droite et à gauche du jeune homme. Au loin, il semblait voir le jeune homme grimacer à cause de fait qu'il ne trouvait pas son bonheur dans un sac. L'image ce fit plus nette quand le photographe ce la tenue la tête entre ses mains. Le voyant se rapprocher avec un sachet dans les mains qu'il lui donna après être arrivé à sa hauteur. Ouvrant le sachet pour sortir une des pattes coloré et le portait à ta bouche. Raven n'aime pas trop les choses comme ça mais il en mangeait quand même simplement pour ne pas déplaire à Kyuso et pour avoir quelque chose dans le ventre.

Le pauvre enfant ce tassa sur lui-même simplement pour éviter de voir le regard de Kyuso se posait sur lui avec certainement un sourire moqueur. Assis part terre, sa chemise encore défaite, il allait finir par attraper froid s'il continuait ainsi. Sa voie raisonna une nouvelle fois à tes oreilles, cette fois-ci il parlait de son petit frère qu'il lui ressemblait. Ce n'était pas très flatteur pour Raven qui se fessait rabaisser au niveau d'un plus petit que soit. Au fond de lui, il sentait un certain décret de reproche envers le garçon à demi déshabiller quand il parlait de son petit frère comme si ce n'était pas une bonne chose que le jeune homme lui ressemble niveau conversation. D'une voie qui se retrouvait à être trop clair mais, si faible à son gout, certain mot ce mâchouilla dans sa bouche et sortie quelque son pour répondre au mannequin :

- Je n’ai simplement pas l’habitude de parler aux autres

Raven posa le paquet, baissant le regard. Si quelqu'un lui aurait dit quelque heure avant qu'il allait discuter comme ça, telle des amies, le photographe ne l'aurait jamais crus. Il se releva doucement pour être sûr que sa stabilité naturelle lui était belle et bien revenus. Récupérant ses affaires pour ce les remettre sur lui telle une bourrique. Il bafouilla timidement ses quelques mots pour pouvoir s'en aller retrouver Raph est se sentir de nouveau en sécurité. Ce n'était pas qu'il se sentait menacer en présence de Kyuso, mais seulement il y avait quelque chose qui l'empêchait de le regarder dans les yeux comme une crainte intérieure. Le regard qu'avait lancé le jeune homme à leur première rencontre l'avait marqué. Il se tourna vers l'autre garçon de la pièce se sentant d'un seul coup encore plus malheureuse que tout à l'heure seulement par qu'il venait de s'écrouler sur son corps d'Apollon.

- … Excuse-moi … je vais te laisser tranquille, je ferais bien de rentré chez moi …

Cette phrase résonna comme creuse dans sa gorge, il n'avait plus de chez lui maintenant que la directrice avec tout vendu, il n'avait plus nulle part ou allait à part la maison de Kyuso et il ne pense pas que c'était vraiment le bon moment de se retrouvait avec lui. Il voulait partir, loin pouvoir se reposer ....
Revenir en haut Aller en bas
Cricri
Maître du jeu yaoiste
avatar

Messages : 1292
Date d'inscription : 24/04/2010
Age : 21
Localisation : Bah dans mes vêtements, aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Loyer mensuel   Lun 9 Avr - 2:07

Kyuso rabaissa les yeux sur Raven alors que celui-ci lui répondait enfin. Il ne semblait pas enchanté par la précédente remarque du mannequin ; après tout il ne connaissait pas le frère de ce dernier. Il est vrai qu'il n'était pas le meilleur petit frère qu'il puisse y avoir, mais il avait tout de même un bon paquet de qualités à côté de ça. Le mannequin haussa les épaules pour chasser l'idée de lui en parler : cela n'avait aucun intérêt, et puis Raven ne pensait sans doutes pas à cela. Peut-être l'âge ? A vue de nez ils avaient tout au plus deux ans de différence. Peut-être la conversation ? Il est vrai que ce n'était pas une qualité mais Kyuso était tout autant affublé de ce défaut que lui, il avait juste pris l'habitude de discuter un peu plus en arrivant en France. D'ailleurs, ce fut en ces termes que Raven répondit à sa précédente remarque :

"Je n'ai simplement pas l'habitude de parler aux autres."

Kyuso le fixa silencieusement, sans un mot, son regard de glace détaillant le visage du jeune homme. Il n'y avait pas grande chose à répondre de toutes manières, et lui faire la morale serait purement et simplement une perte de temps. C'était plutôt du genre de Raphaël et son habitude à remonter le morale, ou de Gabriel qui aimait tant aider les autres, ou même de Gold et son esprit de leader. Mais notre mannequin était plutôt le genre de personne qui préférait ne pas étaler ses connaissances et ne pas donner de leçons, c'était trop ennuyeux et ça n'avait aucun intérêt à ses yeux. De toutes manières, il y avait trop à dire et trop peu de personnes pour écouter. Il vit alors Raven se relever doucement, se glissant précautionneusement jusqu'au bureau pour récupérer ses affaires.

« Quelle tête de mûle... », pensa Kyuso en le voyant balbutier.
"... Excuse-moi... Je vais te laisser tranquille, je ferais bien de renter chez moi..."

Cette dernière phrase sonnait horriblement faux. Kyuso se contenta de fixer silencieusement le jeune homme. De toute évidence, il n'avait pas besoin de préciser l'absence d'abri du photographe pour le moment, il devait parfaitement être au courant de son propre état. Mais à en voir le visage de Raven qui à nouveau blêmit à ses propres mots, Kyuso se décida à se lever avec un soupir, s'approchant de lui en lui faisant signe de ne pas faire plus d'efforts.

"Je comptais pas rester de toutes manières, les clichés que l'on prenait dernièrement n'étaient qu'à titre d'essai, je n'ai pas besoin de rester là si c'est pour ne pas travailler. On va t'installer, j'imagine que Obaa-san doit déjà avoir appelé l'agence de déménageurs pour envoyer tes affaires chez moi. Et puis tu as besoin de manger, j'ai pas grand chose chez moi mais c'est déjà de quoi te mettre quelque chose sous la dent."

Il soupira après cela, semblant trouver lui-même qu'il parlait trop. Il se rappelait Raphaël et ses monologues incessants dans lesquels il se lançait quand il s'ennuyait en présence de quelqu'un, ou qu'un trajet semblait trop silencieux à son goût. Il est vrai que les paroles de Raph accompagnaient déjà l'équipe de la Rose Bleue depuis longtemps, et si c'était souvent un monologue sans intérêt qu'il se faisait sur les trajets ou pendant les pauses, cela continuait d'occuper un peu tout le monde, tant qu'il faisait bien son travail ça ne pouvait gêner personne.

« Je commence à comprendre comment il se sent généralement... et je déteste cette sensation », garda le mannequin pour lui-même avec un semblant de grimace.

Il indiqua à Raven de le suivre, mais finalement le prit simplement par le bras pour qu'il ne refuse pas une fois de plus l'invitation, et le tira alors doucement vers l'extérieur pour qu'il ne défaille pas à nouveau. Il ne lui laissa pas vraiment le choix, le tirant jusqu'au parking pour se diriger vers une voiture dans laquelle il lui indiqua de grimper avant d'y entrer également pour la démarrer avec un soupir.

"J'appellerai Obaa-chan tout à l'heure pour lui dire qu'on prend l'après-midi de repos, on se mettra plus sérieusement au travail demain pour rattraper le retard."

Il adressa un regard en coin à Raven.

"Tu vas pas me faire de l'anémie en court de route, hein ?"





Dernière édition par Point de Suture le Mer 11 Avr - 3:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Loyer mensuel   Lun 9 Avr - 11:43

Raven ne savait plus quoi faire, d'un cote il aurait préféré rester pour pouvoir commencé à travailler de l'autre, la pensées d'avoir tout perdu même Micha le poussé à quitter ce lieu. Ses pieds s'entremêlent légèrement, il avançait prudemment pour ne pas se ramasser devant le mannequin qui se serait payé une bonne rigolade. Il n'était pas allé loin, voire il n'avait pratiquement pas avançais vu que Kyuso était juste en face de lui. Par-dessus la tête qu'ont parle de déménageur, c'était normalement son rôle de voir où il devait aller et vendre lui-même son appartement mais, cette veille folle avait déjà tout fait sans même lui en parler au préalable ce qui fessait que le jeune garçon allait devoir s'imposer chez l'autre garçon. Même lui avouait qu'elle avait téléphoné aux personnes charger de vider sa maison de l'emmener chez ce pauvre Kyuso qui n'avait rien demandé et surtout pas à devoir servir de nounous pour le photographe.

La fin de sa phrase signala au jeune homme qu'il allait l'accompagner jusqu'à sa nouvelle demeure. Se préoccupent de son état de santé ce qui était fort sympathique, mais ce n'était pas grave. Naturellement la peau de l'enfant était blanche comme la neige, donc il ne fallait pas toujours croire qu'il était malade. Il senti que Kyuso l'avait attrapé son bras avec sa main et commençât à l'entrainer comme tout à l'heure dans un course infernal. Raven remarqua quand même que ce dernier avait largement réduit le pas et qu'il arrivait à le suivre. Le mannequin entraîna le garçon jusqu'à un parking ou des ranger de voiture était rangé, vus à quoi ça servait c'était logique. Ils continuèrent jusqu'à tomber née à née avec une jolie voiture. Enfin lâcher, le photographe n'avait pas d'autre choix que de grimper dedans. Il n'y montait pas par qu'il en avait particulièrement envie simplement pour ne pas offenser son propriétaire en sortant une baliverne en disant qu'il prendrait les transports en commun. C'était certainement perdu d'avance vus comme il ne l'avait pas quitté de tout le chemin. Le photographe devait se faire une raison et attacher sa ceinture.

De tes grands yeux bleu de l'admirer étonné de ça si grande gentillesse, il pensait à tout même à lui trouver une excuse pour sécher le travail cet après-midi. Même si dans les circonstances actuelles, Raven avait bien le droit de se reposer. Doucement pour pas abimer le cuivre qui recouvrait les fauteuils, il cala sa tête contre la vite pour regarder le paysage de l'extérieur. Cela fessait une éternité que le jeune homme n'avait pas mis les pieds dans une aussi belle voiture, son père en avait de toute sort comme celle-ci, prenant sa femme et son fils à port ils partaient faire de longue promenade au port de la mer pour passait du temps en famille, sa mère pensait que c'était bon pour eux de tous ce retrouvé dans un endroit loin de la maison, que sa renforcer les liens père fils qui à cet époque était proche de se de maintenant, elle savait bien qu'elle devait toujours assister à ses voyages parque sinon elle aurait eu peur de les retrouvaient mort fond d'un ravin a force de se prendre chacun pour le chef. Ce fut la voie de Kyuso qui coupa ses rares souvenirs où il avait était heureux avec ses parents.
"Tu vas pas me faire de l'anémie en court de route, hein ?"
- Ne t’inquiète pas, je ne suis pas si faible que ça …

Là, Raven ne put retenir un sourire, faible mais, bien présent à l'égard du jeune homme. Fermant les yeux, essayant d'imaginer Kyuso paniqué s'il venait à s'évanouir de nouveau. C'était drôle à penser que ce personnage si froid et distant était en quelque sort au petit soin avec lui, comme une mère poule qui aurait peur que son enfant ne se salissait un vêtement neuf ou sa peau après être sortie de bain. Il mit les clés sur le contact, la voiture grogna légèrement et vous étiez partie pour votre maison. Sur la route ce fut le silence qui régna en mètre ou du moins s'il t'avait parlé, Raven ne l'avait certainement pas entendu bien trop content de voir les paysages défiler à toute allure sous ses yeux. La route dura un bon quart d'heure avant de pouvoir sentir la voiture s'arrête progressivement. Fixant au loin les déménageurs, son coeur bondi à l'idée de leur demander s'ils avaient vu un chat parmi les meubles de son appartement. Le jeune homme blanchie de nouveau à croire qu'à chaque fois qu'il était en stress cela ne le réussissait pas. D'une voie qui se vouait timide, il posa une question idiot dont il avait le secret mais, pour lui c'était seulement pour le rassurer

- C’est ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Cricri
Maître du jeu yaoiste
avatar

Messages : 1292
Date d'inscription : 24/04/2010
Age : 21
Localisation : Bah dans mes vêtements, aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Loyer mensuel   Lun 9 Avr - 12:23

Raven était entré dans le véhicule sans faire d'histoires et, la tête posée contre la vitre, laissait son regard se perdre sur l'extérieur en silence. Il ressemblait à une ombre en définitive, malgré le fait qu'il voulait faire croire être plus résistant que ce qu'il ne l'était, mais aux yeux de Kyuso qui avait eu un élevage plutôt particulier il n'était qu'un petit animal sans défenses et affaibli par la solitude.

"Ne t'inquiète pas, répondit néanmoins le photographe, je ne suis pas si faible que ça..."

La mannequin haussa les épaules, remettant ses lunettes d'un air presque désintéressé avant de démarrer la voiture. S'il le disait, après tout. Le véhicule s'ébranla avec un discret ronronnement de moteur avant de partir sur la route, laissant disparaître au loin le studio de la Rose Bleue. Sur le trajet régnait un lourd silence. Enfin, pas si lourd que cela d'un autre côté. Le photographe n'avait pas beaucoup de discussion, mais Kyuso n'avait pas non plus vraiment le désir de discuter à cet instant, se contentant parfois de jeter un oeil du côté de son passager, sans lui toucher le moindre mot. Le jeune homme observait silencieusement le paysage qui se déroulait devant ses yeux, l'air particulièrement rêveur à cet instant. Ils n'échangèrent pas un mot du trajet, jusqu'à arriver dans un quartier plus aisé.

Kyuso ralentit en vue de ce quartier alors que Raven se redressait à la vue d'un camion de déménageurs. Ces derniers venaient sans doutes d'arriver et deux d'entre eux commençaient à débarquer quelques affaires pour plus de praticité. Le photographe se tourna vers son hôte d'un air plutôt fébrile, semblant très inquiet à propos de quelque chose.

"C'est ici ?", demanda-t-il timidement comme pour se rassurer.

Kyuso ne répondit pas face à l'évidence. Il gara rapidement sa voiture et sortit sans un mot, retirant ses lunettes en se dirigeant vers un déménageur qui lui toucha deux mots quant au déménagement. Le mannequin soupira en se dépêchant d'aller leur ouvrir le studio et revint vers la voiture. Il alla du côté de Raven, lui ouvrant la portière et lui adressant la parole :

"Ils vont mettre un moment pour amener tes affaires. Heureusement que tu n'as pas grand chose..."

Il tira sa longue chevelure vers l'arrière en levant les yeux au ciel d'un air pensif.

"Ils ont dit avoir trouvé un chat, ils l'ont mis dans une caisse pour chat le temps du transport. Tu devrais peut-être aller le récupérer en attendant qu'ils aient fini de tout rentrer."





Dernière édition par Point de Suture le Mer 11 Avr - 3:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Loyer mensuel   Lun 9 Avr - 13:39

"Ils ont dit avoir trouvé un chat, ils l'ont mis dans une caisse pour chat le temps du transport. Tu devrais peut-être aller le récupérer en attendant qu'ils aient fini de tout rentrer."

Merci mon dieu, pensa-t-il en sortant de la voiture pour ce ruée sur les déménageurs pour récupérer sa chère Micha. Elle lui avait t'en manqué en si peu de temps qu'il allait finir par croire qu'il était amoureux d'elle. Il interrogea un des nombreux déménageur qui se trouvait ici pour lui demande au trouver son chaton, il lui pointa une caisse dans un coin où il l'avait laissé avec de repartir à ses travaux manuels. D'un pas vif, oubliant presque qu'il avait le tournis. Récupérant la boite ou le pauvre chat était terrorisé et s'était cachet au fond de cette boite à sardine. Raven la posa par terre et ouvrit la porte pour en sortir l'animal qui lui fit sa fête. S'agrippent à son sweetpour lui léchouille la joue avant de ronronner contre son torse lors des douce caresse que fessait son maitre.

Le photographe avait retrouvé le sourire en portant son chaton dans ses bras pour l'emmener loin de ses brutes qu'il lui avait dit de déguerpir. Cherchant du regard Kyuso, il alla le rejoindre pour faire les présentations d'un airs gènes voir penaude. Micha n'avait pas était prévu enfin normalement le mannequin avait accepté de l'héberger à contre-coeur alors devoir garder le chat. Raven imaginer directement la phase qu'allait dire le jeune homme en voyant le petit être gris centré aux beaux yeux émeraude. Tentant quand même sa chance, ce séparé de son chat lui était impossible donc même s'il devait forcer et même se faire haïr de Kyuso, il le ferait. Le jeune garçon était déterminé à garder son petit protégé jusqu'à sa mort. C'était le photographe, lui-même qui pris la parole en premier, ce qui devait certainement surprend le mannequin, qui lui avait reproché de ne jamais parler. :

- Abe, je te présente micha …

Il resserra l'emprise de ses bras sur son chat croyant qu'elle allait lui sautait dessus pour le mordre et/ou le griffé. Mais elle n'en fit rien préfèrent descendre de l'enceinte de son maitre pour aller ronronner connement contre le pied de Kyuso comme s'il s'agissait de Raven. Elle s'assise à coter de son pied dans un petit miaulement pour avoir une caresse de la main de l'inconnu. Ce n'était certainement pas le genre de Micha qui préfère largement lasserai à coup de grippe les mains et pieds de tous ceux qui osait entre dans son territoire. Toujours le poile hérissait quand le jeune homme rentré avec son mentor à la maison n'hésitant pas à lui sautait dessus pour le mordre au visage. Le photographe la récupéra en souriant bêtement en lui caressent la tête avant de regarder Kyuso timidement.

- Tu dois lui plaire, elle n’est pas comme ça normalement avec les étrangers.

Si Micha l'avait apprécié c'était certainement parque le garçon n'était en réalité pas mauvais du tout, cela lui avait permis d'éclaircir au moins un point de sa liste de doute envers Kysuo. Maintenant, il ne restait juste à savoir si le jeune homme serait d'accord pour la garder. Ce relevant sur ses deux jambes son teint palissa de nouveau. Cherchant à fuir Kyuso en sachant pertinemment que c'était impossible. Ce personnage le fasciné autant qu'il le terrifiait de l'intérieur. Son regard était la chose qu'il lui permet de comprendre certaine chose chez lui. Quand il avait parlé de son frère, tout à l'heure à l'agence ses yeux avaient l'air de se refermer sur eux-mêmes. Maintenant, il était légèrement stress de découvrir son logie et surtout il allait essayer de comprendre pourquoi le jeune homme et la directrice c'était disputé quand ils avaient parlé de la collocation, leur sens cachait.
Revenir en haut Aller en bas
Cricri
Maître du jeu yaoiste
avatar

Messages : 1292
Date d'inscription : 24/04/2010
Age : 21
Localisation : Bah dans mes vêtements, aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Loyer mensuel   Lun 9 Avr - 21:17

Avant même qu'il n'ait pu ajouter quelque chose, Kyuso vit soudainement Raven se lever, se précipitant malgré ses vertiges et sa faible constitution vers les déménageur. Le mannequin le regard s'éloigner en retenant un semblant de grimace : évidemment, ça ne l'enchantait pas de devoir héberger un chat, et il avait de bonnes raisons à cela, mais puisqu'il devait garder ce photographe chez lui autant garder l'animal aussi. En espérant juste qu'il reste à sa place. Il se retourna avec un soupir, s’adossant à la voiture tout en levant les yeux au ciel d'un air pensif. La directrice l'avait encore piégé de toute évidence, il s'y était un peu attendu en voyant la tête de Raven pour la première fois puisqu'il n'avait pas vraiment l'apparence de quelqu'un qui avait une vie bien stable, mais il avait espéré vainement pour une fois que Obaa-san ne lui ferait pas un si mauvais coup. Il soupira en passant une main dans ses cheveux de jais mais se figea à l'entente d'un son : un miaulement.

"Abe, je te présente Micha..."

Kyuso tourna lentement la tête vers Raven. Celui-ci avait retrouvé le sourire et semblait également avoir un peu repris des couleurs, mais le mannequin ne prêta pas attention à cela malgré le fait que cela le rassurait tout de même - il aurait été regrettable que le photographe de la Rose Bleue finisse à l'hôpital à peine engagé, surtout s'il était sous la responsabilité de Kyuso - mais ce fut plutôt la petite chose qu'il tenait à cet instant qui tenait tous les sens du mannequin en éveil : une petite créature dont les grands yeux verts brillaient d'un intérêt semblable à celui d'un être démoniaque prêt à bondir sur un nouveau jouet à déchiqueter dans ses griffes acérées avec des sifflements maléfiques à la moindre occasion, une bête assoiffée de sang dont le mannequin osait à peine donner le nom. C'était une de ces bêtes qui s'appelaient Chat. Kyuso eut un léger mouvement de recul, plutôt rassuré que Raven resserre un peu son emprise sur la bête carnivore, mais ne pouvait empêcher une grimace envers l'animal cette fois-ci.

"Ah..."

Mais alors qu'il pensait s'éloigner un peu discrètement après quelques mots pour faire penser à l'astucieuse bête du mal qu'il ne la craignait pas, celle-ci sembla sans aucun doute sentir sa crainte car elle se glissa hors de l'emprise de son surprenant maître - ou peut-être de son esclave ?! - pour aller se frotter contre les jambes de Kyuso avec un de ces ricanements machiavéliques qu'on appelait ronronnement, cherchant sans doutes à savoir quelle était la meilleure partie à attaquer. Le mannequin cette fois-ci recula d'un pas avec un frisson de terreur, retenant une grimace qui risquerait de laisser voir à son ennemi de toujours qu'il était en situation de malaise. La créature démoniaque releva ses grands yeux avides vers lui comme amusée par la situation, lançant un de ses terribles cris de victoire : le miaulement. Raven se baissa vers l'animal avec un rire, récupérant le chat dans ses bras en adressant un sourire timide à Kyuso :

"Tu dois lui plaire, elle n'est pas comme ça normalement avec les étrangers."

Mais malgré les dires de Raven, Kyuso s'était déjà éloigné de plusieurs pas alors que le photographe s'était baissé pour récupéré Micha et, caché derrière un poteau électrique, il gardait ses distance d'un air terrifié qui ne convenait pas du tout à son habituelle expression : malgré le fait que son visage gardait de sa froideur naturelle, il avait prit l'air d'un gamin terrifié par une méchante grosse bête, une larme au coin de l'oeil et le regard prudent comme pour vérifier que ladite Micha la terreur des litières ne vienne pas à nouveau planifier sa mort à coup de miaulements pour réclamer les caresses si fatales. Comme quoi même les plus terrifiants avaient eux-même des terreurs, et Kyuso ne semblait pas assumer le moins du monde sa félinophobie à en connaître ses pensées vaguement étranges à ce sujet.

"T-tant mieux mais elle va rester avec toi hein, j'en veux pas à côté de moi", balbutia-t-il d'une voix hésitante en rentrant la tête dans les épaules sans retenir le moins du monde une large grimace sur son visage d'enfant apeuré.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Loyer mensuel   Mer 11 Avr - 20:54

Le premier mot qui venait à l'idée du photographe en voyant le jeune mannequin ce cachet derrière un poteau décidément bien trop étroit pour cacher sa corpulence fut de dire qu'il trouvait sa mignon. Micha lança un regard à son maitre d'un petit air supérieur et fier, ce qui ne fit que marqué le garçon qui avait une forte envie de sourire, comprenant mieux pourquoi elle ne c'était pas jeté à son cou pour le défigurer. Il garda pourtant un visage impassible comme pour ne pas donner honte à Kyuso. Il lâcha la pauvre bête, la gardent près de lui avant t'attraper son oreille en la pincent légèrement. Ce n'était plus un chat qui courait, mais belle et bien une fusée qui allait se cachait loin de Raven et du garçon qu'il l'accompagnait. Du bout de ses doigts, le jeune homme caressa sa joue qui venait être blessé par l'animal en cavale, sa picoté un peu, brulant sa peau blanchâtre d'une couleur rouge vif.

Depuis que la mère du garçon avait attrapé le chat par les oreilles pour la faire sortir de la salle de bain ou de la pièce avait était des plus sensibles sur cet endroit. De plus quand le jeune Raven était terrifié par l'orage, ses dents avaient sauvagement mordu la chatte sur sa pauvre oreille droite qui ne supportait plus les mauvais traitements. Depuis ce jour, elle avait l'habitude de fuir quand on lui toucher son oreille, il se tourna faire Kyuso pour se rapprocher de lui. Le regardant de ses grands yeux cendre pour plonger dans les siens qui était encore plus profond que les abysses eux-mêmes telle de perle noir aussi luisent que troublante. Son teint pâle perdit ses petites couleurs qu'il avait retrouvés une fois avec son chat. Avalent sa salive avant de bafouiller timidement ce sentant honteux d'avoir forcé la main à ce pauvre mannequin qui ne semblait pas bien s'entendre avec l'animal à quatre pattes qui ronronne gaiement en se pelotant sur les corps des hommes.

- Elle ne supporte pas ça … si elle s’approche trop de toi à ton gout fait la fuir comme ça … elle ne se vengera pas !

Raven commençais à fatiguer, toutes ses affaires de photographies pesaient vraiment lourd et avec les maigres ressource qu'il possédait. Ses pieds marchèrent pour rencontrer son nouveau chez lui, sans vraiment avouer il avait réellement hâte de se couchait, il avait envies de ce mètre au chaud dans un lit bien douillet pour pouvoir dormir jusqu'au lendemain où il faudrait malheureusement retourner dans cette rédaction de malheur. Une femme avait une fois de plus chamboulé la vie de ce pauvre enfant. Dieu a inventé les femmes pourquoi ? Pensa-t-il en pénétrant enfin dans ce lieu qu'il allait maintenant devoir appeler sa maison temporairement évidemment, mais quand même cela allait être son appartement qui partagerait avec Kyuso le felinphobe comme il l'avait définie en voyant sa peur de félidé.

Déposant délicatement ses affaires à l'entrée, son regard ce posant surtout de ce qui comportait l'appartement sans vraiment voir. C'était différent, étrangement semblable à ce que Raven avait imaginé. Ses vertiges le reprennent quelque peu, ce n'était non pas à cause de son manque de force vital mais, à cause du fait de sentir chez lui sans vraiment l'être, un étrange sentiment qui lui brulait le coeur. Sortant de sa poche un mouchoir pour ne plus voir sentir le sang qui coulait de sa joue, sa le brulé encore plus sachant que sa peau était aussi froide que le marbre et le liquide aussi brulant que le soleil. D'une fenêtre, il voyait Micha fricotait avec quelques autres de son espèce masculine vue comme il tournait autour d'elle comme si c'était un pot de miel. Une pointe de jalousie prise le jeune photographe qui ne voulait pas se faire volé sa Micha à lui, il s'y dirigea d'un air boudeur.

La fixant au loin, sachant pertinemment qu'elle ne reviendrait pas avant deux ou trois jours pour cause de vengeance personnelle envers son maitre. Telle un père, il commençait à imaginer les scénarios qui l'auraient voulu à courir après cette bande de don juan pour les frappaient à cout de ballait d'avoir fait du mal à sa chèreMicha. Il s'imagina un moment à sa place, c'était des jolies jeunes femmes qui prendraient soins de lui pour une fois au lieu de lui faire des misères, des femmes à la peau lisse et aux mains douces comme les fleurs de printemps. Ses joue légèrement bombé, le regard vide et la voie qui se prononça plutôt fort sans même qu'il le veuille, ses pensées intérieures étaient audibles pour toutes personnes présence avec lui :

- Je suis un peu envieux que tous ses garçons lui tournent autours ... J'aimerais bien savoir comme ça fait de couchet avec quelqu'un ...

Revenir en haut Aller en bas
Cricri
Maître du jeu yaoiste
avatar

Messages : 1292
Date d'inscription : 24/04/2010
Age : 21
Localisation : Bah dans mes vêtements, aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: Loyer mensuel   Ven 13 Avr - 15:35

Kyuso regarda avec méfiant l'horrible créature alors que celle-ci semblait se contenter fièrement de la situation. Raven semblait visiblement avoir beaucoup de mal à cacher son amusement quant à cet événement si soudain, mais il garda son expression toujours aussi pâle et mal à l'aise qu'il portait habituellement. Le mannequin l'observa se pencher doucement pour retenir l'animal, relevant doucement ses doigts vers une oreille de l'animal, oreille qui comportait déjà une légère marque, et la pinça sans grande conviction. La pression eu pour effet direct que le photographe se reçu un violent coup de griffe sur sa joue, laissant une large marque sanguinolente à l'emplacement du coup, avant que le chat ne s'enfuit en courant. Cette fois-ci, Kyuso ne prêta pas attention au passage de l'animal à côté de lui ; après tout il s'enfuyait, ce n'était pas la peine de crainte plus longtemps un couard. Il garda son attention sur le photographe et ses joues blessée.

Raven s'approcha de lui, l'observant avec attention, alors que le mannequin soutenait son regard. Il avait presque une expression interrogative, curieux il faut l'avouer à propos de la blessure sur la joue du photographe, mais il n'avait pas vraiment l'envie de lui demander tout simplement, trop solitaire à l'accoutumer, c'était déjà un miracle qu'il ait tant parlé pour sa première rencontre avec le jeune photographe français. Raven perdit un peu plus de ses couleurs, ses joues redevenant aussi pâles qu'un linge par l'absence soudaine du petit monstre sur patte qui ne les avait pas attendus pour se carapater dans la rue d'à côté. Il déglutit, bafouillant quelques mots si bien que le mannequin du se pencher un peu vers lui pour comprendre ce qu'il disait :

"Elle ne supporte pas ça... Si elle s'approche trop de toi à ton goût, fait-la fuir comme ça... elle ne se vengera pas !"

« C'est pas vraiment ce que semble dire la marque sur ta joue », pensa Kyuso en lançant d'ailleurs un regard appuyé sur les griffures.

Mais le photographe se détourna bien vite, s'éloignant en direction de l'entrée du studio alors que les déménageurs finissaient d'entrer les dernières affaires de Raven à l'intérieur. Kyuso soupira en tirant ses cheveux vers l'arrière : cette cohabitation allait être plus ou moins mouvementée, mais ce qui était sûr c'est qu'elle ne serait pas du tout semblable aux précédentes. Il suivit son nouveau colocataire à l'intérieur du studio, traînant un peu derrière pour remercier au passage les déménageurs avant qu'ils ne partent. Il entra calmement, lançant un regard perplexe aux cartons laissés dans l'entrée. Cela risquait de rester un moment ainsi, au vu de la constitution de Raven et de la fainéantise de Kyuso en dehors de son travail. Le studio comportait en tout et pour tout trois pièces : un petit couloir très court et plutôt serré, plus encore avec les monticules de cartons de Raven, la salle principale particulièrement grande avec un grand lit d'un côté, un canapé devant une immense baie vitrée qui composait tout le mur de ce côté-là, un petit bureau et pas loin du couloir un renfoncement pour une petite cuisine aménagée, et enfin une petite salle de bain, un confort simple et luxueux à la fois.

On ne pouvait pas dire qu'il y avait grand chose dans cet appartement, ce qui prenait le plus de place restait une petite bibliothèque de livres visiblement jamais ouvert, la cuisine avec ses quelques équipements rustiques et enfin le lit qui visiblement n'avait pas été fait ce matin. Kyuso avisa le sac de Raven à l'entrée : visiblement, ce qui allait combler un peu l'espace, ce seraient les affaires de son colocataire. Enfin, DES colocataires, si on comptait cette horrible créature satanique. On ne pouvait pas dire que cela gêne plus que ça le mannequin de savoir la petite bête féline au dehors, elle aurait moins de chances de l'attaquer pendant son sommeil si elle restait ainsi dehors, quoiqu'il soit encore plutôt tôt puisque l'heure du repas n'était pas encore tout à fait passée ; cette pensée rappela d'ailleurs Kyuso à l'ordre, lequel se dirigea vers sa petite cuisine pour vérifier ce qu'il pouvait récupérer au fond de son réfrigérateur.

Il releva la tête après avoir mis des restes à réchauffer, voyant Raven s'essuyer la joue avec un mouchoir pour faire partir le sang. Le mannequin soupira, se dirigeant brièvement vers la salle de bain pour attraper sur une commode près de l'entrée une petite boîte de secours ; après tout, en tant que mannequin, il devait être prêt à toute éventualité pour éviter les marques et blessures qui risqueraient d'altérer sa beauté et donc de rendre son travail "moins bon". Il s'approcha de Raven par derrière alors que celui-ci s'était posté devant la baie vitrée pour lancer un regard noir à des créatures démoniaques qui fricotaient avec sa petite bête des enfers sur le balcon d'une maison non loin, dans la rue juste à côté. Le studio avait un panorama considérable qui permettait d'observer toute la rue en toute tranquillité, et de grands rideaux à cet instant écartés permettaient aussi de le faire en toute discrétion.

Kyuso lança une mine perplexe vers les animaux qui miaulaient et se cajolaient sur le balcon d'une petite maison à deux étages, l'air de rien, mais cette simple scène pourtant sans doutes naturelle ressemblait à de la provocation aux yeux du photographe qui lançait des regards meurtriers aux matous. Le mannequin haussa les épaules, posant la petite boîte de secours sur le canapé à côté pour commencer à sortir une compresse et du désinfectant, prenant un air totalement détendu : il était bien plus rassuré maintenant que cette fichue bête se retrouvait au dehors, loin de lui et donc dans l'incapacité de l'attaquer par surprise ou de le terrifier. Il allait se retourner pour interpeler le photographe et lui donner la compresse quand il l'entendit réfléchir tout haut d'un air pensif et rêveur.

"Je suis un peu envieux de tous ces garçons qui lui tournent autour... J'aimerai bien savoir comment ça fait de coucher avec quelqu'un..."

Kyuso releva un sourcil d'un air perplexe face à une question aussi naturellement posée. Et à part ça, il était gêné juste à l'idée de regarder le mannequin en face juste parce qu'il était un peu froid de nature ? Le brun laissa échapper un rire discret comme pour lui même, gardant pourtant son expression d'indifférence naturelle, et s'approcha du photographe par derrière, le retenant d'un côté à l'épaule en posant de l'autre avec délicatesse la compresse humidifiée par le désinfectant sur la joue meurtrie de Raven.

"Ça, il n'y a qu'en essayant qu'on peut le savoir", lui souffla-t-il dans la nuque.

Il se retourna avec un sourire narquois tout en lui laissant la compresse, allant sortir le plat qu'il venait de faire réchauffer pour le photographe en reprenant une expression plus posée, faisant mine de longuement réfléchir.

"D'ailleurs, il va falloir que l'on parle affaires."

Il releva les yeux vers lui tout en servant les restes dans une assiette, l'air particulièrement sérieux.

"Le loyer de ce genre de studio est plutôt élevé, sans compter les courses hebdomadaires cela revient généralement à beaucoup, le genre de studio que tu ne peux pas te payer en travaillant pour une petite entreprise si tu vois ce que je veux dire."

Il se redressa en croisant les bras, le détaillant d'un long regard.

"Alors justement, parlons loyer : quitte à m'occuper de toi, je préfère m'assurer tout de même de ne pas me retrouver à avoir des lacunes dans ma petite vie quotidienne. Ma précédente colocataire avait su se montrer très serviable pendant son séjour passé ici mais tu ne me sembles même pas assez résistant pour faire tout ce qu'elle avait fait jusqu'à maintenant. Alors, tu as une idée pour me rembourser un peu ton séjour ?"



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Loyer mensuel   

Revenir en haut Aller en bas
 
Loyer mensuel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» le salaire mensuel des personnalités..
» Défis mensuel
» Augmentation prochaine du salaire minimum en Haiti: 150-200 gourdes
» LE BUREAU DE LIAISON DE LA DIASPORA EN HAITI
» Rapport mensuel du marche mondial du riz

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le monde des jeux de rôles :: JDR :: Archives-
Sauter vers: