AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Tour Ouest : la volière] Si tu savais [PV Point]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: [Tour Ouest : la volière] Si tu savais [PV Point]   Ven 2 Sep - 21:17

Chapitre 1
« Si tu savais »

Poudlard Tour Ouest : La Volière
Matinée des premiers jours de Novembre



"Chère Sophiane,
Ah ! Si tu savais ce que c'était Poudlard. Tu te rappelles ce que tu m'avais dit le jour de mon départ pour cette école ? Tu rêvais de ne jamais avoir été moldue, de devenir à ton tour une sorcière. Mais je peux te jurer que pour moi c'était tout le contraire, j'aurai préféré rester à la campagne pour profiter du bon air. Ici, c'est décidément bizarre. Cette histoire de quatre maisons me fout les jetons, j'y comprends guère plus de chose que pour ce que disais ton père à propos du curilu... Curacu... cucura... Enfin, de l'espèce de plante bizarre là, bref c'était vraiment du grand n'importe quoi pour moi. Remarque : ça l'est toujours ! Enfin...
T'imagines un peu les tensions : les serpentards qui passent leur temps à persécuter les autres, les gryffondors qui tentent toujours de leur tenir tête - ça finit souvent en bataille, une vraie pagaille - les serdaigles qui se vantent de leur supériorité au niveau des notes scolaires - en attendant c'est pas encore tout à fait ça du côté des points de maisons - et je ne parle pas des poufsouffles ; de véritables boulets. Dire que dans l'histoire de la magie on nous disais connus pour notre goût du travail, et bien c'est peut-être la seule chose qu'on ait. Je dis nous, en effet, et d'ailleurs j'ai toujours pas compris qu'est-ce que je fous dans la maison Poufsouffle. A croire que le Choixpeau magique s'est un peu foutu de moi, hein ?
Bref, on aura beau dire tout ce temps passé dans cette école étrange de sorciers totalement tarés c'est du temps perdu pour notre vie tranquille, vous pouvez pas savoir la chance que vous avez vous les moldus, surtout sachant que vous pouvez profiter d'une école normale avec des professeurs normaux, pas de compétition forcée ni de fantômes débiles ou de tableaux qui parlent. Et encore, je n'ai pas parlé des élèves.
J'en ai noté surtout trois qui sont particulièrement flippant. Les premières, ce sont Lizie et Shan, deux folles : l'une se prend pour une noble princesse qui attend son prince charmant et passe son temps à gueuler et... Et j'en passe, elle est indescriptible tellement elle est chiante. L'autre, bah c'est son imbécile de servante. Ce qu'elle peut être cassante parfois... Je ne connais même pas son vrai prénom, elle ne donne que ce surnom, pseudo ou raccourcis, j'ai pas très bien compris. Elles font évidemment parti de Gryffondor, les lourdes. C'est d'un banal. Par contre l'autre fait parti des Serdaigles, et alors lui c'est le pompom : un véritable boulet, aussi noble que peut l'être l'autre tarée, mais en plus d'avoir ce rang il a aussi peu de connaissances que s'il était resté des années durant enfermé dans sa demeure à... Je sais plus où, enfin tu vois le genre. Pour ne rien arranger, il passe son temps à me coller pour que je l'aide. J'en ai marre de cet endroit, tu veux pas venir me chercher ?
... Enfin non, évidemment, tu ne peux pas, ça t'aurai bien plu sinon. Bref, désolé de me plaindre comme ça. Et chez vous, ça va bien ? Cela fait depuis un moment que je n'ai pas reçu de tes lettres, j'aimerai que tu me parles de notre village. De mes parents, des tiens, de ta petite soeur Louisiane. Ah, et le vieux Chester, toujours aussi fou ? ... Ça ne m'étonne pas de lui. Les enfants ont dû grandir depuis le temps, est-ce qu'il font toujours plus de bruit que le troupeau de vaches de madame Blossom ? Je plains ce pauvre Silver à la queue duquel ils avaient accroché un réveil la dernière fois. Pauvre chat, il était devenu fou. Ah, cette ambiance de la campagne me manque, donne-moi des nouvelles de tout le monde. Et n'oublie pas de me donner des nouvelles de toi aussi.
Vous me manquez, priez pour que je sois pas fou quand je reviendrai.
A la prochaine,
Keir."


Le jeune homme soupira en faisant tourner la lettre entre ses doigts plein d'encre. Voilà, cette fois-ci ça devrait aller. Enfin, ce n'était pas bien différent de la première lettre qu'il avait écrit, mais c'était mieux que les vingt-sept autres. Décidément, il détestait toujours autant écrire des lettres. Non, il détestait tout simplement écrire, c'était plus simple. Quelle idée d'avoir un tel système de plume aussi, c'est horrible pour écrire ces choses ! Ah, ça aussi ça lui manquait, les fusains, les crayons... Les stylos, merveilles humaines ! Bon, évidemment, dans une école aussi étrange que Poudlard, il ne trouverait pas si facilement un stylo potable, ou alors cela pourrait coûter cher, et évidemment son père faisant toujours la tête à sa mère et donc automatiquement à lui depuis sa naissance il ne pouvait en aucun cas lui demander de lui prêter des galions, des mornilles ou ne serait-ce que des noises. Quelle poisse vraiment...

Il se tourna vers sa vieille chouette qui, depuis le temps, commençait à avoir de plus en plus de mal à faire la distance entre sa petite campagne et le grand château de Poudlard, mais lui glissant tout de même des encouragements il lui donna la lettre et le petit oiseau un peu rabougris au plumage couleur de neige s'envola dans une nuée de plumes grisâtres aux pointes. Il prit la direction de la porte, bifurqua légèrement pour éviter un poteau trop près de l'entrée, piqua de manière très courte et... Avant même qu'il n'ai pu remonter, il poussa un cri de surprise et rentra de plein fouet dans une ombre qui venait de paraître dans l'entrée. Keir qui rangeait tant bien que mal ses affaires sursauta, faisant à nouveau tomber son pot d'encre qui cette fois-ci déversa une partie de son contenu sur l'insigne noir et or du Poufsouffle et alla achever de se vider sur le sol de pierre. Keir jura d'une manière plutôt forte avant de se retourner soudainement, cherchant son oiseau des yeux, inquiet après un tel cri de surprise de sa part.


Dernière édition par Sitou le Sam 3 Sep - 12:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cricri
Maître du jeu yaoiste
avatar

Messages : 1292
Date d'inscription : 24/04/2010
Age : 21
Localisation : Bah dans mes vêtements, aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: [Tour Ouest : la volière] Si tu savais [PV Point]   Ven 2 Sep - 23:02


Ce matin-là, les cachots avaient été tout simplement glacials. Les Serpentards avaient déjà du mal à toujours se sentir à l'aise, même si la plupart du temps ils taisaient leur soucis, pas soucis de rester grandioses justement. Daï ne se gênait pas lui pour fuir purement et simplement ces lieux sombres, oppressants et toujours plus chauds en été ou plus froids en hiver. L'arrivée du mois de Novembre n'avait rien arrangé, et même si ce n'était pas aussi froid qu'en Décembre dernier lorsque le lac avait givré, cela restait tout de même considérablement agaçant. Par ailleurs il aurait bien préféré rester enfermé dans une salle plus chaude comme la salle du banquet, puisqu'ils pouvaient profiter de cette journée pour se prélasser. Petit soucis néanmoins : il avait besoin d'argent au plus vite. Et oui, en effet notre cher Daï était quelque peu à cran dernièrement, et sa spécialité était surtout de briser quelque chose quand il s'énervait un peu trop. Résultat, le livre des monstres en avait sérieusement pâtit lorsqu'il avait eu le malheur de réussir à le mordre, et on ne mentionne pas ce qu'est devenue sa plume lorsque son voisin l'avait fait déraper sans le vouloir, laissant ainsi sur le parchemin une magnifique trace d'encre verte. Une magnifique plume argent et propre, dire qu'il aurait pu l'utiliser encore longtemps comme ça. Bref, il aurait bien besoin d'un coup de main de son oncle pour une fois, question de récupérer quelque galions et ainsi aller faire quelques emplettes. Argh, le shopping, qu'il soit avec les moldus ou seul cela lui retombait toujours dessus.

Arrangeant sa vieille cape trouée et usée, il montait deux à deux les marches menant à la volière, voulant au plus vite envoyer sa lettre et s'enfuir des hauteurs de Poudlard, là où le froid se faisait encore plus sentir. En plus, à cause de ce fichu trou à l'arrière de sa cape, au niveau du dos, Daï ressentais clairement le vent glacial se glisser entre les mailles grisonnantes de son pull-over, chose qui était des plus inconfortable. Dire que s'il ne s'était pas battu avec cet idiot d'Oliver Dry il n'aurait pas eu à supporter un horrible trou mal placé et des plus larges dans sa cape. Une cape toute neuve ! Enfin, elle ne l'était plus tellement depuis, surtout connaissant l'attention que pouvait porter le jeune Serpentard à ses affaires. A quoi bon s'en préoccuper, franchement, quand on a assez d'argent pour s'en racheter des centaines ? Quoi que, depuis le temps, il doit sérieusement approcher de la moitié de cette même centaine, il devrait peut-être songer à appliquer les dires de sa tante quant à y porter un peu plus attention... Non ?

Daï atteint alors les plus hautes marches de la tour, n'en attendant pas plus pour se précipiter vers la porte et... Alors qu'il allait entrer dans la volière et se précipiter sur sa chouette, une sorte de Tyto Albae brune et blanche tachetée de points noirs et possédant un visage d'un blanc immaculé aussi rond que la pleine lune, un peu bancale quand elle volait mais particulièrement rapide tout de même pour porter ses messages, un torrent de plumes et de griffes lui tomba littéralement dessus, évidemment directement dans le visage. Pas de chance, il aurait été un peu plus grand en taille peut-être qu'il aurait pu éviter cela, mais que voulez-vous : même pour un quatrième année il était de fait vraiment de petite taille, et passait facilement pour un première année. Enfin, cela n'empêchait pas les autres Serpentards de le respectait comme leur aîné, mais ceux qui n'avaient pas connaissance de son âge ni même de son sang-pur avaient tendance à le sous-estimer. un peu...

En outre cette petite taille lui avait valu déjà quelques bonnes baffes de la part du stupide oiseau qui lui avait foncé dessus en poussant un cri de surprise et s'évertuait à battre des ailes pour s'échapper à présente. Daï referma brusquement ses main sur le cou de l'animal avec un grognement concluant son agacement, ses yeux lançant des éclairs et son visage tendu par la colère. Ce stupide oiseau - sans doutes une sorte de vieil harfang trop blanc qui commençait à grisonner et semblait tassé sur lui-même tant il paraissait petit - avait fini d'achever sa mauvaise humeur, il allait tâter de sa colère ! Mais... Mais qui avait l'idée d'envoyer un idiot de hiboux par la porte alors qu'il y avait des fenêtres de tous les côtés dans cette fichue tour ?! Daï releva la tête, dardant son regard aux couleurs si impressionnantes sur celui qui se tenait au milieu de la pièce. C'était un jeune homme au visage plutôt mature mais qui semblait bien embêté. Ses yeux verrons - un bleu et un marron-or précisément qui lui donnaient un style à mi-chemin entre un côté sauvage et l'autre doux - semblaient chercher son stupide hiboux. Il avait la peau plutôt pâle, bien que d'un autre côté à cette période ce n'était guère surprenant puisqu'il n'y avait aucun soleil et tout le monde était un peu plus pâle que la normale, et portait de longs cheveux couleur de jais attachés en une longue queue de cheval. Il portait visiblement l'uniforme scolaire ; logique, c'était sans doutes le cas de tout le monde à cette période pour être sûr d'être bien au chaud que de porter sa cape par dessus ses autres vêtements. Seul petit problème : son pot d'encre était tombé sur l'insigne devenue invisible.

Daï soupira en le voyant, se décidant à attraper le harfang plutôt au niveau des ailes avec douceur pour le maintenir, avec un minimum de fermeté, attendant qu'il cesse de se débattre pour doucement passer son doigt entre les plumes de l'animal. Quelques pointes grisâtres parurent sur le passage de cette caresse, et quelques petites plumes rabougries et sans doutes mal-menées par l'oiseau agité s'échappèrent de leur emplacement. Le Serpentard secoua légèrement la tête, faisant s'accrocher l'oiseau à son bras sur le tissu de sa cape, et époussetant son insigne verte et argent comme pour indiquer au jeune homme d'essuyer la sienne avant que ça n'empire, il reporta son attention sur ce mauvais dresseur de hiboux.

"Veuillez pardonner ma présence qui semble avoir troublé quelque peu votre... quotidien, dit-il avec ironie et achevant sur un reniflement méprisant. Si je puis me permettre, de larges fenêtres semblent ouvrir un panorama plus agréable pour l'envol de votre Harfang, il serait préférable qu'il évite de perdre plus de plumes ou de se briser une aile, quand bien même qu'il semble plutôt costaud pour son âge."

Il passa doucement sa main dans le cou de l'animal en portant de l'attention à ses grands yeux couleur de glace qui lui donnaient une apparence de jeune hibou.

"... Tu as beaucoup voyagé toi... Tu devais être une belle espèce, hein..."

Il murmurait ces mots à l'oiseau comme s'il apportait plus d'attention à lui qu'à l'élève qui semblait avoir de sacrés problèmes avec son encre. Enfin, ce n'était pas comme si, c'était bel et bien le cas, car rappelez-vous que Daï ne portait guère beaucoup d'attention déjà à ses affaires, alors imaginez les affaires des autres. Sa seule passion, étant solitaire, était après tout de passer du temps avec sa vieille chouette et les oiseaux de la volière, quand il ne traînait pas dans la chambre de Garett Lies pour s'occuper de ses deux chats ; après tout le jeune Serpentard avait insisté pour que Daï rejoigne leur groupe, les élèves de cette maison traînant rarement seuls, alors il devait assumer un peu les conséquences de ses actes. Remarquez que ce n'étaient pas les deux Siamois qui allaient s'en plaindre avec l'attention que leur portait le jeune homme quand il venait squatter la chambre de son prétendu "ami".



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Tour Ouest : la volière] Si tu savais [PV Point]   Mer 11 Avr - 20:50

Keir retint une grimace de surprise en voyant la gaffe qu'avait faite son hibou : il était en train de battre frénétiquement des ailes comme un pendu en plein dans la figure d'un élève de bien petite taille qui tentait tant bien que mal de repousser le torrent de plumes et de griffes qui s'agitait nerveusement dans un mouvement de panique devant ses yeux pour tenter de s'échapper et s'envoler plus loin. Mais l'élève captura l'oiseau entre ses propres griffes, le tenant par la gorge ce qui eut pour effet de faire taire l'oiseau même s'il ne se débattait pas moins. Keir blêmit à la vue de cette scène. L'élève paraissait particulièrement hors de lui, comme s'il allait égorger la pauvre bête. Le Poufsouffle déglutit avec difficulté en reconnaissant l'insigne vert et argent de l'élève : ce n'était autre qu'un Serpentard, et pour ne rien arranger un Serpentard énervé. Qu'avait-il donc fait pour mériter ça ?

L'inconnu releva d'ailleurs ses yeux d'un profond violet améthyste vers lui. Il n'avait pas l'air très engageant, son visage était très fermé et d'une pâleur maladive malgré ses origines à première vue asiatiques et son regard glacial semblait blasé et méprisant. Il avait une marque sous l’œil gauche qui appuyait un peu sur ce côté menaçant avec ses cheveux noirs qui prenaient à la lumière des reflets bleutés. Sa cape ne paraissait pas en bien bon état, et Keir ne voulait même pas savoir pourquoi elle semblait si abîmée : qui c'est, c'était peut-être un élève du genre à se battre avec le premier venu ? Keir déglutit en le voyant le fixer longuement, baissant les yeux pour tenter de passer inaperçu, peine perdue évidemment mais c'était une habitude du jeune homme que de fuir le regard d'autrui en se disant qu'il disparaissait. Alors qu'il commençait à croire qu'il avait définitivement disparu, le Serpentard lâcha un long soupir et les bruissements d'aile cessèrent. Keir releva les yeux vers l'inconnu, surpris : il tenait l'oiseau en douceur entre ses mains plutôt larges, passant son doigt le long de la tête et du cou du hibou en une caresse rassurante qui semblait l'avoir calmé.

Impressionné, Keir en resta bouche-bée. Il avait toujours entendu dire que les Serpentard étaient des élèves peu fréquentables, d'abord à cause de leurs origines mais aussi parce que de caractère ils étaient loin d'être les plus doux, mais il avait là devant lui un Serpentard bien doux qui semblait particulièrement préoccupé par l'état de santé de l'oiseau qui venait de lui bondir toute griffes dehors à la figure ; était-il donc masochiste ? Kair sursauta en retenant des rougeurs de terreur quand l'élève releva les yeux vers lui, comme s'il avait entendu ce qu'il venait de penser. Mais il se contenta d'épousseter son insigne vert et argent d'un air méprisant et appuyé. Keir baissa les yeux sur son insigne face à un tel regard, écarquillant les yeux en ne voyant plus qu'une large tache noire dessus.


"Vingt Dieux
, jura le campagnard avec un fort accent en tentant vainement d'essuyer l'encre noire qui semblait plus s'étaler encore.
-Veuillez pardonner ma présence qui semble avoir troublé quelque peu votre... quotidien."

Keir releva la tête vers le Serpentard d'un air embarrassé à l'entente de son ton ironique et de son reniflement méprisant. Décidément, aujourd'hui, il n'avait vraiment pas de chance...


"Si je puis me permettre, de larges fenêtres semblent ouvrir un panorama plus agréable pour l'envol de votre Harfang, il serait préférable qu'il évite de perdre plus de plumes ou de se briser une aile, quand bien même qu'il semble plutôt costaud pour son âge."


Le Poufsouffle rougit de honte en rentrant la tête dans les épaules. Évidemment, mais allez expliquer cela à un hibou, ce n'était pas pour rien que l'on parlait de cervelle d'oiseau. Keir ramassa son pot d'entre, entendant le Serpentard s'attarder sur les plumes et le regard de glace du vieil Harfang, murmurant quelques mots qui intriguèrent un instant le jeune homme.


"... Tu as beaucoup voyagé toi... Tu devais être une belle espèce, hein...

-Euh... Excuse-moi mais..."


Keir laissa échapper un sourire admiratif et à la fois attendrit. Il était difficile à la fois de se comporter envers cet élève comme envers quelqu'un de son âge, il semblait si petit. Peut-être qu'il était en première année ? Malgré son air sérieux et réfléchit, bien à son aise dans l'établissement et avec les habitudes du monde de la sorcellerie, Keir ne voyait pas vraiment en lui un élève de la même année ou d'une année supérieure, mais juste un élève un peu jeune qui avait réussi à se faire sa place, après tout les Serpentard avaient toujours paru bien plus à l'aise que les autres maisons à Poudlard, surtout sachant que leurs dortoirs se trouvaient au niveau des cachots. Keir ne voulait même pas imaginer le calvaire que cela pouvait être d'habiter un tel endroit. Il sourit aimablement au jeune Serpentard après avoir reposé le pot d'encre vide sur le pupitre au centre de la pièce, allant se placer devant le jeune inconnu en se baissant à son niveau.


"Tu aimes les oiseaux, c'est ça ?"


Il sourit de plus belle comme il l'aurait fait à un enfant pour le détendre. Il s'était toujours très bien entendu avec les plus jeunes dans son village, après tout il faisait partie de ceux que l'on suivait aisément là-bas, comme un petit leader, mais à Poudlard au contraire il était plutôt de ceux qui suivaient et subissaient, et pour ne rien arranger il avait atterrit dans la maison des Poufsouffle. Admettons que cela lui convenait bien quant à son caractère, ce n'était tout de même pas vraiment le mieux pour être respecté bien que l'on dise que les élèves de cette maison aimaient travailler. C'était son cas, mais bon...


"J'ai entendu parler d'un élève qui passait beaucoup de temps à la volière, alors c'était toi ? Les jours où tu passais, les hiboux semblaient étrangement plus calme, c'est impressionnant de la part de quelqu'un de ton envergure, je te félicite."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Tour Ouest : la volière] Si tu savais [PV Point]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Tour Ouest : la volière] Si tu savais [PV Point]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un petit tour à la volière [libre]
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» Tour de Farce
» La Tour du Savoir
» Entre éthique politique et mauvais tour de la communauté internationale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le monde des jeux de rôles :: JDR :: Archives-
Sauter vers: