AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 221B Baker Street [Pv. Roserouge]

Aller en bas 
AuteurMessage
Cricri
Maître du jeu yaoiste
avatar

Messages : 1296
Date d'inscription : 24/04/2010
Age : 22
Localisation : Bah dans mes vêtements, aux dernières nouvelles...

MessageSujet: 221B Baker Street [Pv. Roserouge]   Jeu 7 Juin - 16:33

Peu à peu, les dalles de la rue commencèrent à se colorer d'or tandis que le soleil au loin noyait le ciel dans ses rayons orangés. Les arbres chantaient au fil du vent qui balayait leurs feuilles au dessus des bancs en arabesques noires dont l'ombre s'étendait presque jusqu'à l'eau du fleuve le long des quais. Les passants trainaient un peu le pas, profitant du temps agréable de fin de saison, avant que les feuilles ne deviennent rouges et le sol ne se couvre de pluies glaciales. Il n'y avait rien de plus agréable que les températures de fin d'été et les paysages de fin de journée. Le bibliothécaire sourit paisiblement en regardant le paysage de découper peu à peu de l'ombre des oiseaux qui dansaient dans le ciel à peine nuageux. Il se baissa pour s'emparer de l'enseigne de la boutique afin de la rentrer, annonçant pour lui et sa petit bibliothèque privée la fin de la journée. Une ombre apparu devant lui alors qu'il se redressait, portant alors son regard sur le nouveau-venu, clignant de ses longs cils derrière ses lunettes rondes. Il afficha un large sourire.

« Oh, bonsoir... Je comptais fermer la bibliothèque pour ce soir, mais si vous souhaitez emprunter un livre ; je dois encore régler quelques tâches avant de fermer complètement. »

Disant cela, il poussa du talon la porte derrière lui, entrant et utilisant l'enseigne comme cale-porte avant de se diriger vers on petit bureau, un simple petit secrétaire en bois sombre assorti à l'ambiance légèrement lugubre mais doucereuse des lieux. Il y avait peu de lumière dans la petite bibliothèque, la plupart des lampes étaient des lampes de bureau aux chapeaux rouge sombre posées au coin des quatre tables qui servaient à se poser, ou encore la jolie lampe à pied au fond de la boutique à côté d'un charmant canapé rayé de noir et de blanc, un vieux canapé auquel le bibliothécaire semblait beaucoup tenir. Lui qui semblait si jeune, on pouvait songer qu'il l'avait reçu de sa famille, mais en vérité il aimait raconter qu'il avait trouvé ce meuble dans des enchères et qu'il avait appartenu à un personnage illustre dans le monde de la littérature, dont il se gardait bien de dire le nom. Avec ses cheveux blonds en brosse, il ne ressemblait pas au lecteur assidu et faiblard qu'on pouvait s'imaginer, il était d'ailleurs plutôt grand et musclé, sans non plus sembler être un grand sportif ou une armoire à glace, mais suffisamment pour dissuader les plus agressifs de se tourner vers lui. Il braqua un sourire rayonnant sur son dernier client alors que la lumière du soleil couchant lézardait fébrilement entre les étagères fort nombreuses de cette petite pièce, meubles de bois sombre comme le bureau et qui semblaient avoir été difficilement rentrés dans le petit espace qui avait été offert à cette petite bibliothèque privée.

« Il n'y a pas beaucoup de lecteurs en cette période... Avec la rentrée des classes, peut-être que ça changera ! »

Disant cela, il ferma son ordinateur portable et le glissa dans sa sacoche, s'asseyant à sa chaise pour commencer à sortir quelques papiers : malgré les technologies avancées du XXIème siècle, il avait toujours préféré garder traces manuscrites des données importantes pour la bibliothèque. Il s'installa confortablement, et invita d'un geste son client à se diriger vers une petite bibliothèque un peu plus vide que les autres. Elle se trouvait tout au fond de la bibliothèque, à peine visible en vérité, on la remarquait juste quand le bibliothécaire l'indiquait, mais l'ombre des autres étagères empêchait presque de la distinguer.

« N'hésitez pas à aller voir les derniers arrivages. Il y a quelques livres... plutôt intéressants. »

N'en ajoutant pas plus, il baissa ses yeux noisettes vers ses papiers, un sourire doux sur les lèvres.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
roserouge
Maître du jeu vampirique
avatar

Messages : 1696
Date d'inscription : 24/01/2010
Age : 27
Localisation : A fond dans mes jdr!!

MessageSujet: Re: 221B Baker Street [Pv. Roserouge]   Ven 8 Juin - 8:49

Ce fut une journée comme il y en a tant d'autre, elle sortie de chez elle, laissant dernière elle une petite maison que ses parents avaient acheté dans leur jeunesse et qui était assez grand pour trois personnes,
elle commença sa promenade du soir regardant de temps en temps son iPhone xyz vieux de 3 ans qu'elle avait choisie parce que c'était celui à avoir même si il coûté un salaire entier,
elle recevait des messages de ses amis, elle en avait ni trop ni pas assez juste comme cela lui suffisait, oui ça vie était commun avec le standard qu'on attendait d'une adolescente de son âge, d'ailleurs elle en avait 16 bientôt 17 et elle était au lycée, un lycée général assez commun avec tout les autres lycées de cette ville.

Oui ça vie était plutôt simple et assez calme, cette jeune fille n'avait jamais rien connu d'autre et ne semblait pas en demander plus, et ce jour est un jour comme les autres ou elle marche vers la bibliothèque à quelques rues de son lycée ou ses amies l'attendaient devant la grille ou elles se donnaient rendez-vous le matin pour aller en cours ou le soir pour traîner comme c'était le cas aujourd'hui

mais avant cela elle devait aller chercher un livre qu'elle devait lire pour son cours de français.

Elle rentra dans le bâtiment et s'avança voyant un homme l'accueillir et l'inviter à récupérer se qu'elle avait besoin ou de voir les nouveautées avant la fermeture.

Elle le remercia et s'avança d'un pas un peu plus rapide pour ne pas trop traîner après tout ses amis l'attendaient aussi, et elle alla vers les étagères dédié à ce qu'elle recherchait mais ne trouva rien se qui la fit soupirer en silence et commença à torde ses cheveux du bout des doigts, des cheveux long et frisé de couleur brun, de ça elle en était assez fière refusant de les coupés depuis sa petite enfance.

Elle alla vers les nouveauté après tout peux être trouvera t'elle le livre dans les arrivages, elle alla jusqu'à l'étagère et parcouru les livres du bout de ses doigts fins et délicats, caressant d'un regarde doux et émeraude les titres, et marchant d'un pas calme comme détendu d'être la malgré le peu de temps qu'elle devait avoir...


Même si je ne te voie pas, je pense a toi puisque plus tu es loin et plus je t'aime!

Mieux vaut mourir incompris que passer sa vie à s'expliquer.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cricri
Maître du jeu yaoiste
avatar

Messages : 1296
Date d'inscription : 24/04/2010
Age : 22
Localisation : Bah dans mes vêtements, aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: 221B Baker Street [Pv. Roserouge]   Ven 8 Juin - 14:12

Le silence avait pris place dans la bibliothèque. Un silence lourd comme le plomb, à l'effroyable gravité. On aurait pu le qualifier d'"assourdissant silence", en de tels lieux ce n'aurait pas été hors de propos, mais au contraire d'assourdir c'était un silence qui éveillait les sens : le moindre son revenait au triple de son intensité normale, le moindre grattement contre le bois, le moindre vent entre les étagères. Le bibliothécaire était figé comme une statue, son regard fixé sur un point. Non loin de là, à l'endroit même de ce point, un homme d'une certaine présence se tenait. Il semblait en tout et pour tout très normal, presque banal, avec des cheveux légèrement grisonnant qui lui donnaient une chevelure d'argent, et pourtant semblant encore jeune, comme un travailleur acharné qui vieillissait avant l'âge. Son visage fin et élégant était marqué d'une barbe de trois jours qui appuyait cette première impression, et son regard à l'iris noir était froidement planté sur le bibliothécaire. Celui-ci déglutit, et il semblant que ce simple bruit de salive avalée pouvait s'entendre depuis l'autre bout de la pièce. A dire vrai, même sa voix résonna dans le silence à une intensité bien supérieure à ce qu'il aurait pu sembler.

« P-puis-je vous aider ? »

L'homme, enveloppé dans un long manteau, semblait venu d'un autre âge. Il tenait dans sa main une canne noire au pommeau banal, peut-être un peu ancien, qui semblait l'aider vaguement à sa soutenir, mais il se tenait parfaitement droit dans sa tenue. Son manteau semblait d'une manufacture moyenne, comme le genre de manteau que l'on achetait pour le travail, qui s'usait rapidement, et dans lequel on ne voulait pas mettre trop de moyens pour favoriser les tenues exceptionnelles. En dessous, il portait une élégante chemise de tissu léger, rayée sur la longueur de noir et de bandes argent et chocolat, et dont le col était élégamment entouré d'un foulard cendré. Sous les jambes de son pantalon grisonnant, d'élégantes chaussures noires contrastaient avec son apparence simple et ancienne. Il glissa un regard attentif sur toute la bibliothèque. Le simple mouvement de sa tête sur son port de cou, de sa peau frottant contre le col de sa chemise, sembla comme un sifflement de serpent à l'oreille des hommes présents. Son regard s'arrêta alors sur la seule cliente présente, à peine visible devant son étagère entre deux bibliothèques, tranchant comme des lames de rasoir.

« Monsieur ? », insista le bibliothécaire.

Sa voix tremblait légèrement, montait dans les aigus. Il était visiblement très angoissé par la présence de cet homme, et il fallait le lui accorder : malgré son air de rien, son apparence simple et discrète, il semblait imposer une présence étouffante. On ne pouvait même pas réellement parler de charisme, sans doutes l'aurait-on raté s'il avait été dans une foule. Mais le voir là, seul, le regard fixé sur soi, cela avait étrangement quelque chose de captivant, fascinant, mais aussi d'effroyablement terrifiant. L'homme reporta son attention sur le bibliothécaire.

« C'est bon, je n'ai plus besoin de vous. »

Il lâcha sa canne d'une main, se retournant doucement vers la porte. Un explosion assourdissante retentit. Un souffle étouffé. Un bruit sourd contre le parquet. Le bibliothécaire était tombé, inerte. Derrière l'homme, un autre inconnu se trouvait, une arme à feu à la main, un vieux revolver au long canon qu'on ne croirait plus pouvoir voir de nos jours. L'agression avait été directe, glaciale. Comme le regard que l'homme à la canne porta sur le corps à ses pieds : d'une froideur sans nom. Il releva son visage vers la client presque cachée à l'arrière de la bibliothèque, et un sourire vint se ficher sur ses lèvres qui avaient auparavant la sécheresse de la lassitude, tandis que son regard impassible s'éclairait d'une lueur amusée, d'un éclat d'intelligence. Il sembla un instant gagner encore en présence, et chaque trait de son être devint un élément de charisme incontournable. Le discret passant sembla soudain splendide.

« Eh bien, milady. Je vous dis à très bientôt ! »

Tout en sortant il fit claquer son manteau derrière lui tout en posant sur sa chevelure épaisse un élégant chapeau de même couleur, se faisant précéder par son accompagnateur qui maintint la porte ouverte pour lui avant de le suivre. La lumière dehors s'était réduite alors que comme le vent l'homme s'en était allé. Le silence retomba à nouveau un instant, puis un bruit de paroles à l'extérieur, avant qu'un bruit de sabots contre le sol pavé à l'extérieur ne retentisse. Des sabots ? Il n'était pas courant d'en entendre pourtant dans ce coin de Londres. A l'extérieur, la fin d'après-midi se couchant sur la Tamise avait laissé place à une nuit noire comme l'encre. Le passage de l'homme avait laissé place à un autre temps, un autre monde, où dans le paysage nocturne quelques rares immeubles côtoyaient des demeures anciennes desservies par de vieux carrosses.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
roserouge
Maître du jeu vampirique
avatar

Messages : 1696
Date d'inscription : 24/01/2010
Age : 27
Localisation : A fond dans mes jdr!!

MessageSujet: Re: 221B Baker Street [Pv. Roserouge]   Ven 8 Juin - 20:55

Tout en regardant les livres elle soupira doucement ne trouvant pas ce qu'elle était venu chercher, elle sortie son portable de sa poche mais fronça un sourcil en voyant qu'elle n'avait aucun réseau, pourtant elle pensait en avoir dans ce lieu..

Elle allait partir quand elle entendit l'homme de cette bibliothèque parlait vers un inconnu qu'elle n'avait d'ailleurs pas remarqué en rentrant, elle ne voulait pas semblait regarder et commença à marcher la tête un peu baissé gêné mais elle fut vite coupé dans sa démarche et la demoiselle leva la tête et la tourna vers le bruit sursautant.

C'est la qu'elle vit l'inconnu debout mais sa suprise fut de voir le corps à terre, elle porta une main devant sa bouche choqué et se demandant si elle n'était pas la suivante surtout en fixant le regard qui était posé sur elle.

Elle recula quelques peu pour se cacher à côté des étagères mais elle continua de le fixer se demandant quand elle allait mourir à son tour..mais cela ne semblait pas arrivé, bien au contraire il lui adressa quelques mots puis sortie avec son complice.

Hésitante et plutôt effrayé elle fini par courir vers la sortie ouvrant la porte en grand et couru dans la rue, voyant partir une calèche...

Une calèche??? Mais...
Elle regarda autour d'elle ne reconnaissant pas les lieux et elle se demanda si elle ne rêvait pas..pourquoi la rue avait-elle autant changé? Ou sont les voitures? Les bâtiments moderne?


Même si je ne te voie pas, je pense a toi puisque plus tu es loin et plus je t'aime!

Mieux vaut mourir incompris que passer sa vie à s'expliquer.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cricri
Maître du jeu yaoiste
avatar

Messages : 1296
Date d'inscription : 24/04/2010
Age : 22
Localisation : Bah dans mes vêtements, aux dernières nouvelles...

MessageSujet: Re: 221B Baker Street [Pv. Roserouge]   Sam 9 Juin - 0:52

Un fort vent humide et froid se faisait sentir à l'extérieur, tenant à distance l'épais brouillard qui courrait à la surface de la Tamise. En un instant, le silence glacial de la bibliothèque avait été remplacé par le hurlement du vent au dessus des bâtiments et le claquement des sabots sur les sols pavés de pierre noirâtre dans un paysage grisâtre. Pourtant, la nuit s'éclairait aussi d'étoiles, lumières aux fenêtres qui persistaient malgré le ciel grisonnant de nuages épais. Un hennissement, quelques claquements violents et un roulement lourd sur le sol, un carrosse vint bientôt s'arrêter non loin de la jeune fille qui venait de sortir en trombe de la bibliothèque et restait abasourdie face au paysage. Un homme aux rennes de la machine équestre se redressa, poussant un léger soupir d'avoir pu, grâce au cri entendu, remarquer cette ombre dans l'obscurité. Avec ses cheveux noirs bien plaqués et sa discrète moustache en coin des lèvres, il semblait plutôt bien sur lui, mais ne parvenait pas à cacher derrière ce style la jeunesse de ses traits et de ses yeux noisette. Il arrangea une cape de carreaux qu'il portait sur les épaules, sans doutes pour se tenir au chaud pendant ses rondes du soir. Voyant l'intrus sur la route, il la détailla un instant, puis eut un léger sursaut : s'emparant d'un petit haut-de-forme à côté de lui, il le porta à son crâne et bondit de son perchoir pour s'approcher de lui.

« Milady, vous allez bien ? »

Le bruit d'une porte s'ouvrant les surpris : une femme sortit la tête de la voiture arrêtée, descendant doucement. Le voiturier lui fit d'abord signe d'attendre, mais il n'eut pas le temps de dire quelque chose car elle lui répondit d'un même geste un peu brusque qu'elle n'avait que faire de son avis et qu'elle comptait bien se mêler de la situation. Arrangeant sa robe une fois campée sur ses bottines, elle s'empara d'une canne derrière elle. Pourtant, cette femme ne semblait pas bien âgée, ni trop jeune pour autant : elle devait tout au plus avoir dépassé la trentaine, une légère ridule presque insoupçonnée se dessinait au coin de ses lèvres mais aucune marque de vieillesse naissante ne venait briser le tableau de son visage assuré. Avec ses grands yeux pourpres, elle semblait venue d'ailleurs, sans parler de son étrange chevelure rose attachée en deux couettes basses qui caressaient ses épaules d'épaisses mèches ondulées. Sa robe formait un discret corset autour de sa poitrine, remontait en un col roulé élégant, et descendait en manches ballon sur ses longs bras reposant sur sa canne face à laquelle elle se tenait parfaitement droite, les jambes croisées sous sa longue jupe lâche, ses bottines noires vernies étincelant à la lumière d'une fenêtre éclairée un peu plus loin. Elle s'approcha du voiturier et du potentiel suicidaire.

« Que se passe-t-il ?
-Rien de grave madame, j'ai pu arrêter les chevaux à temps, cette je...
-Ce n'est pas à vous que je parle ! »


Le voiturier rentra la tête dans les épaules, un sourire jaune aux lèvres.

« Bien madame. »

Puis, dans sa barbe, tout en se tournant vers la jeune fille pour s'assurer qu'elle n'ait pas de malaise, il marmonna dans sa barbe avec un soupir d'exaspération :

« Toujours aussi aimable, la prochaine fois je ne m'arrêterai pas la prendre, ah ça, on ne m'y reprendra plus, je la laisse aux autres ! »

Bien que la femme sembla parfaitement entendre qu'il ronchonnait, sans pour autant comprendre les mots utilisés, elle se contenta d'un bref regard à son attention pour traduire sa lassitude, puis reporta ses yeux sur la jeune personne secouée qui se trouvait devant elle. Son visage ne semblait pas si sévère que ce que ses mots l'avaient laissé penser à l'égard du voiturier, au contraire elle avait plutôt l'air chaleureuse, mais néanmoins vive et forte de caractère. Sur son chef se trouvait un élégant chapeau violet avec de fausses fleurs et plumes noires, des couleurs assorties à sa tenue ornée de dentelle. On ne saurait trop dire en regardant cela si elle appartenait à une époque ancienne ou si ce n'était qu'un déguisement, car le tissu au contraire semblait plutôt récent et le style assez anachronique. Elle semblait se soutenir avec sa canne dans sa précédente démarche maladroite, et pourtant se tenait bien droite et fière. Elle fronça légèrement les sourcils, son regard se teintant d'inquiétude à l'égard de sa nouvelle interlocutrice.

« Vous allez bien ? Que faites-vous donc ici à courir dans la rue à une heure si tardive ? Les rues ne sont pas sûres actuellement... »

Le voiturier ayant aidé à redresser son presque accident s'assura de son état, la maintenant debout au cas où elle n'en aurait pas la force. Ne constatant aucune blessure, il observa son visage, détaillant ses traits pour tenter d'y voir l'état dans lequel elle se trouvait. La femme, un peu en arrière, pencha la tête sur le côté avec un léger air impatient à son égard, comme s'il était une gêne.

« Elle ne semble pas blessée... Que s'est-il passé pour que vous ayez le diable au corps ainsi ?
-Je vois assez bien pour me rendre compte moi-même de l'absence de blessures, et si cette jeune fille a fait une crise de panique vous ne devriez pas l'assaillir de la sorte ! »


Une grimace d'exaspération se dessina sur le visage du voiturier, mais il n'osa montrer cette expression qu'à sa protéger à la chevelure ondulée, reprenant un sourire humble et un peu nerveux auprès de sa cliente lorsqu'il se retourna, se maintenant derrière la jeune fille d'un autre temps pour la retenir si nécessaire. La femme darda un regard inquisiteur sur son interlocutrice, attendant sa réponse à ses questions, bien qu'un léger sourire semblait indiquer qu'elle ne la pressait pas.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
roserouge
Maître du jeu vampirique
avatar

Messages : 1696
Date d'inscription : 24/01/2010
Age : 27
Localisation : A fond dans mes jdr!!

MessageSujet: Re: 221B Baker Street [Pv. Roserouge]   Lun 11 Juin - 8:52

Mais qu'est ce qui se passe?
Où sont passés les bâtiments? Les voitures et autres avancé moderne! Elle etait en train de rêver?
Elle resta un instant comme paralysé ne sachant quoi faire, puis elle entendit un son assez fort venant de derrière elle, la jeune fille se retourna aussitôt et posa ses bras devant son visage comme dernière possibilité de se protéger.

Après quelques secondes qui lui paru une éternité, elle retira ses bras et vi un homme descendre du calèche allait vers elle et commença a lui poser des questions, elle resta cependant silencieuse ne sachant si elle rêvait ou si elle était devenu folle après avoir vue un meutre devant elle..

Ensuite se fut une femme qui s'approcha, elle était belle et elle semblait grande ou c'était peux être son charisme qui lui faisait penser à cela, elle aussi commença d'interrogatoire tout en grondant l'homme qui à cette instant l'examiner..d'un peu trop près d'ailleurs.

La demoiselle fit un geste de recule semblant en avoir assez qu'on soit aussi proche d'elle.

Rose: je m'appelle Rose Delacour, j'étais dans la bibliothèque quand...

Elle prit un temps ne sachant comment expliquer les choses et elle fini par pointer du doigt les portes encore ouverte par sa sortie brusque et elle se mise à pleurer, tout se stress avait fini par explosé comme une bombe qui avait enfin terminé son compte à rebours, elle ne su finir et se laissa tomber sur les genoux explosant de chagrin, alors est-ce que cela est vrai? Elle avait vraiment vecu un meurtre et une sorte de remontage de temps? Ou quelque chose dans se genre...

Rose: le messieur de la bibliothèque...je n'ai rien pu faire..

Elle arrêta de parler ne sachant comment le dire ou plutôt elle n'y arrivé pas, comme une boulle dans la gorge qui coincé ses paroles et elle arrêta de lutter et abandonna l'explication.


Même si je ne te voie pas, je pense a toi puisque plus tu es loin et plus je t'aime!

Mieux vaut mourir incompris que passer sa vie à s'expliquer.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 221B Baker Street [Pv. Roserouge]   

Revenir en haut Aller en bas
 
221B Baker Street [Pv. Roserouge]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 221B Baker Street! (Apollon!)
» baker (street) ▲ we haven't the same blood but we are family
» Echange Charles Baker/ Himler Rebu autour du CEP
» Eleksyonaval March 20th: Street Gangs Vs Suite Gangs - Le même chose!
» Londres - Oxford Street

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le monde des jeux de rôles :: JDR :: Personnages mystiques :: Passé-
Sauter vers: