AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 I'm not sure this is a world I belong in anymore.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Captain
Joueur de rôle bilingue
avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 10/10/2014
Localisation : Somewhere over the rainbow

MessageSujet: I'm not sure this is a world I belong in anymore.    Mar 3 Fév - 18:54


Part One

~Il faut cliquer pour la lire (a)~



Le temps avait fini par passer, et tout était rentré dans l’ordre, de retour dans le monotone train-train quotidien. Mais rien n’avait été oublié. Sauf peut-être du côté de sa compagne, du moins en avait-il l’impression, car elle avait été l’heureuse élue, la gagnante. Marc lui, n’avait rien oublié, malgré la saison qui avait terminée, malgré la neige qui eut disparue pour laisser place au printemps. Dans ses moments de solitude, il se repassait en boucle ces instants où il avait pu échapper à sa réalité. D’autant plus lorsqu’il repassait devant ce club nommé Pays des merveilles. Le tout ne restait que souvenir, par la crainte du pire qui pourrait l’attendre. Par la crainte, du retour des questionnements, de ce dilemme, et des réponses. Conscient de sa décision de revivre aveuglément, parfois il se prenait à souhaiter autrement, à voir plus loin. Dans le doute, il ne savait si le tout n’avait été qu’une expérience, qu’une phase. Il restait encore troublé, de se revoir un peu trop souvent repenser à Kay, avec ce petit ressentiment qui lui faisait comprendre qu’il lui manquait.

Et depuis ces derniers temps, il semblait bien que ce n’était que pire. Son manque de réponse, à simplement savoir comment il allait, ce qui pouvait bien se passer avec lui, revint le hanter un peu plus souvent qu’il ne l’aurait cru. Le pire dans tout ceci, étant bien son imagination qui se jouait de lui, qui décidait à ses moments les plus intimes, de le faire réapparaitre dans son esprit, en faisant presque disparaître les rondeurs du corps tout autre qui se trouvait sous lui. Évidemment, il garda tout ceci dans le plus profond des silences. Croyant qu’il finirait par oublier.

Croyance s’avérant fausse, qu’une illusion de conviction. Et pour comme s’en débarrasser, il avait pris la décision de profiter de l’absence d'Hilda, un peu dans les brumes d’un premier verre. Et la première idée qui lui eut passé par la tête, fut de retourner là où ils s’étaient rencontrés. Il lui avait dit après tout, qu’il était un habitué, et la soirée avait débutée. Aller le voir directement à son appartement lui semblait être la pire des approches, alors va pour celle-ci.

Il avait cette impression de déjà vu, de retour en arrière, de malaise prenant en y remettant les pieds. Mais étrangement, le tout ne dura pas très longtemps, que le temps de payer son billet. Il observait la scène d’un tout autre œil, l’ayant déjà découverte après tout. Moins sous l’influence de la crainte, il paraissait plus décontracté que la première fois, moins sur les nerfs, moins prêt à mettre son poing dans la figure du premier qui oserait le toucher. En grande partie car après tout, il s’était quelque peu décoincé grâce à Kay. Celui pour lequel il était revenu, celui avec qui il avait fait bien plus que partager une simple accolade amicale. Il était venu avec cette idée, pour au final l’oublier après quelques verres. Sa recherche devenue quête de défoulement et d’échappatoire à ce qui se trouvait derrière ces portes du bâtiment, et le bar fut délaissé pour la piste de dance. Peu lui importait à qui appartenait les mains, ou les corps l’entourant, parfois le collant. Sa gêne était partit en vacance, et il n’en avait que faire. Ce n’était que de la dance après tout.

Et au final, il osa pousser plus loin son amusement, ayant posé le regard sur cette créature qui l’appellerait. Elle ne bougeait pas, elle semblait simplement l’attendre. Un instrument dans toute sa splendeur, mise de côté, qui l’avait fait sourire sur le coup. Une batterie, source qui lui avait été défoulement et grand amusement. Avant de la laisser tomber, pour cause de nouveau cheminement. Il se demandait s’il ne l’avait pas oublié, s’il était rouillé, à la ferraille, ou encore apte. L’aspect foule ne lui traversa même pas l’esprit, alors qu’il alla sans plus demander au DJ s’il pouvait l’essayer. Marc eut découvrit que les gens ici, étaient pas mal chouette au final, pour permettre dans l’instant même un oui, un pourquoi pas vieux essaie toi. Et en moins de deux il se retrouva devant l’instrument enlevant son t-shirt pour cause d’extrême chaleur, et s’amusant à découvrir qu’il n’avait au moins pas perdu le sens du spectacle avec le jeu de ses baguettes. Une annonce se fit, une présentation de lui-même pour le plaisir des uns et des autres. En temps normal il aurait déjà disparu, se cacher en particulier. Mais là il ne trouva que le moyen de sourire et de rigoler avant de débuter le spectacle ! On fait les bases au début, mais tôt un solo débordant de rythme et d’énergie se fit. Et au final, il n’y avait plus que lui qui attirait toute cette attention. Il n’avait rien perdu, décidément, et les acclamations étaient siennes.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loupio
Joueur de rôle bilingue
avatar

Messages : 104
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: I'm not sure this is a world I belong in anymore.    Mer 4 Fév - 6:18

Toujours dans ce même foutu club.
Kay, t'es qu'un pauvre minable.
Il aurait pu baiser avec Jamie. Le jeune lui faisait ouvertement des avances depuis quelques temps et il aurait été des plus facile de se laisser tenter par l'attrait de la luxure, de l'interdit. Parce que Jamie avait beau avoir 23 ans, il était l'un de ses étudiants. Et aussi tentante la chose lui semblait-elle, il avait fait preuve d'une once de sagesse pour une fois et renoncé à cette relation d'un soir des plus prohibées.
Minable, mais pas à ce point.
Il regardait passer les petites Alice qui dandinaient leurs fesses dans leur costume. Il n'en avait rien à faire, de leurs fesses. Rien à faire d'elles, point barre. Pourtant, quand elles venaient lui refiler un nouveau verre, il les trouvait tout à coup bien gentilles ...
Encore à te morfondre sur ta vie dans un flot d'alcool. Crying over that pussy of a cop. Parce que t'as rien d'autre à faire de ta vie. Tu te croyais bien fort, mais au fond t'es qu'un faible. Au final, il t'aura bien eu, ce con.

Il se leva avec un soupir et cala le reste de son verre. Un peu de courage liquide, de feu brûlant dans sa gorge et parcourant son corps dans une délicieuse caresse.
Décidément, t'es tombé bien bas.
Il prenait la direction des toilettes, vers cette cabine étroite dans laquelle venait de disparaître un homme. On referme la porte derrière, pivote ... Fait face à un autre corps. Pas trop grand, assez robuste. Chaud, tellement chaud. Péché. Délivrance. Des doigts se glissèrent contre ses lèvres; il les entrouvrit sans hésiter, acceptant sur sa langue la petite forme ronde familière qu'il avala aisément. Ce ne serais pas la première fois qu'il prenait de l'ecstasy ...
I really hope it's just ecstasy ...
Des baisers brûlants. Lents, langoureux, profonds. Why the fuck not. On tire sur le chandail, on grogne un peu, satisfaction ou désapprobation, on s'en fou. Parce qu'il était là, qu'il en ait réellement envie ou non, et il tirait un peu plus l'homme vers lui chaque fois qu'il se reculait un peu, pour l'embrasser franchement.
Puis il le repoussa. Une poussée un peu brutale, vers le mur de la cabine. Un sourire carnassier, sur les lèvres de l'autre, il revenait à la charge, ignorait la menace. Et Kay le laissait revenir, se laissait un peu désirer, puis le reprenait. Love and hate. Désir et dégoût. Il en voulait plus. Libérait son cou à l'homme, le laissait le ravager.

Il sortait, une dizaine de minutes plus tard, après avoir planté monsieur sur place. Il en avait plus envie. Il voulait plus de lui, de ce con, de ce corps trop différent et trop pareil.
How'd you want to forget if you keep pushing people away like that? Just let someone screw you real good. Give up. Get fucking laid, man...
He couldn't.
Le corps chaud et collant, tout en sueur; ou peut-être n'étais-ce qu'une sensation due à la drogue, il traversait la place et regagnait son coin; tout seul, à l'écart des autres. Une autre soirée, du pareil au même, la débauche qui ne mène nulle part et qui lui laisse sans cesse ce goût amer et cette plaie béante sur le coeur.

Kay ne remarquait toujours pas, cette présence, non pas nouvelle, mais peu habituelle, dans le club. Il attendait de se sentir mieux. Il ne se sentait jamais, mieux. L'ecstasy aidait. Il finissait bien par sourire comme un con, danser avec n'importe qui presque à en vomir partout par les couleurs plus brillantes, la chaleur plus intense, tous ses sens trop en alerte. Et il adorait autant qu'il détestait. Parce que le lendemain, il se sentait toujours comme une merde; et savait pertinemment qu'il recommencerait quand même.
It's just a guy. It's just a fucking guy. Why the hell did he make him feel so dam awful?
Les gens commençaient à s'énerver. Qu'ils ferment donc leur gueule...

Et soudain; son monde fut entièrement tourné à l'envers par la simple prononciation d'un nom. Des exclamations de la foule qui se mirent à acclamer et le scander alors que résonnaient les premiers rythmes de drum. Aussitôt, son coeur battait plus vite; plus vite que l'ecstasy, plus vite qu'il ne l'aurait dû. Il fut sur ses pieds en moins de deux, cherchant à fendre la foule, à jeter un oeil. Un regard pour voir, pour se rassurer, pour se faire mal ...

Marc ...

Un homme, derrière la batterie. Un homme talentueux. Un homme...
Il connaissait tout des définitions de ce torse, connaissait le goût de sa peau et son odeur bien à lui, des points les plus sensibles aux muscles les plus fermes. Il connaissait tout de ce corps dans de bien trop intimes détails. Et pourtant ne connaissait rien de cet homme.
Rien, ou alors trop peu. Trop peu par manque de temps.
Ça faisait plus mal qu'il ne l'aurait cru.

Il recula brutalement de quelques pas; renversant presque une petite Alice et jetant au sol son plateau de boissons. La foule s'écarta, dans un mouvement à l'unission, brisant quelque peu le rythme intense et envoûtant qui s'était installé par le déchaînement à la batterie. Un solo des plus enthousiastes ruiné en une fraction de seconde. Quelques excuses marmonnées, un air sincèrement désolé à l'intension de la jeune femme; parce que Kay l'était vraiment. Mais il avait toute l'attention, désormais. Et il devait fuir.

Il releva les yeux, risqua un regard vers Marc. Un regard presqu'effrayé.
Sans attendre un seul instant de plus, il écarta quelques personnes, se fraya durement un chemin en jouant des coudes et des épaules et atteignit en un temps record la porte, qu'il franchit sans se retourner.

Stop hunting me down, you bastard...


You are the only exception:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Captain
Joueur de rôle bilingue
avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 10/10/2014
Localisation : Somewhere over the rainbow

MessageSujet: Re: I'm not sure this is a world I belong in anymore.    Dim 8 Fév - 7:16

Il était bien vite entré dans cette atmosphère, comme coupé du reste, s’emportant coups après coups, un peu plus. Animé, alimenté par la petite foule de danseurs. Mais aussi vite se coupa-t-il de la réalité, aussitôt le ramena-t-on sur la planète Terre. Un bruit, et plus que cela encore, venant briser l’atmosphère, tout autant que le troupeau. Un trou se forma, une attention totalement concentré vers le point qui eut causé tout ceci. Marc cessa dans le quasi immédiat, mettant un temps avant de remarquer le qui, et surtout de le reconnaître parmi les lumières, les légers étourdissements et surtout l’alcool qui lui ralentissait les cognitions. Et un regard, de yeux à yeux, un contact se faisant.

Il avait eu devant lui, l’homme qu’il cherchait depuis son entré, lui faisant par le fait même rappeler le pourquoi de sa venue ici. Dérivé, par lassitude, par quête de défoulement et d’oublis. Mais contrairement à ce qu’il aurait souhaité, rien de bien ne résultat de cette forme de retrouvaille. Sans mot, qu’une fuite, allant dans la mauvaise direction –selon son avis-. Contraire à son endroit, et partant assez vite merci. Marc ne perdit pas un instant de plus, attrapant son haut délaissé et courant sans plus attendre vers la porte de la sortie. En se permettant de s’exclamer fort de lui laisser la voie libre pour passer. Pour… mettre le plus de chance de son côté? Il ne réfléchissait pas vraiment de toute manière. Il se contentait d’agir tout simplement. Et une fois dehors, il ignora le coup de vent assez frais qui l’eut pris, contraste énorme entre deux atmosphères du chaud et du froid. Il avait encore chaud, de toute manière, et n’avait ni le temps de remettre quoi que ce soit, ni l’envie. Ça le rafraîchissait du même coup quoi.

Un regard rapide pour y voir la direction dans laquelle Kay avait entamé sa fuite, pour sans plus se préoccuper des autres, de ce lieu, de l’heure et du temps, des voisins. Et il cria tout simplement pour tenter ne serait-ce que de le ralentir, de lui donne une chance de le rattraper.

« I’M SORRY KAY ! »

Il continua malgré tout de le traquer, n’ayant point perdu sa conscience ni sa mémoire. Qui de toute manière s’était ravivé, pour lui rappeler ses amers souvenirs de leur derniers adieux. Par la faute d’Hilda, qui avait mis de par sa découverte, un terme froid et sec à leurs relations. Interdite, certes, qu’il n’aurait jamais dû commencer. Il en était le seul et unique responsable, et le choix avait été fait. Alors qu’un avait été blessé, désormais le comprenait-il pleinement. Il avait pourtant cru que le tout aurait passé. Il découvrait que non, que Kay semblait encore lui en vouloir pour ce coup. Sans plus en connaître. L’orgueil ne fut même pas de la partie pour un tant soit peu retenir ses dires.

« I DIDN’T MEAN TO HURT YOU KAY ! »

Et évidemment, à force de courir et manquer d’équilibre, il ne se manquant pas. Détruisant à la fois le tibia, et ses chances de le rattraper sans le moindre doute. La borne fontaine n’était pas assez rouge, décidément. Et il se l’était mangé en pleine course, lui explosant le tibia et l’envoyant au sol par le fait même. On oublie tout de suite toute réussite de sa tentative de ne pas se manger le ciment. Au moins les bases des mains devant étaient encore présentes.

« F*CK! CAN’T YOU STOP RUNNING !? I’M TRYING TO COMMUNICATE WITH YOU. »

À noter que le mot grossier n'était pas tant adressé à l'homme, mais plutôt à sa chute et tout le reste qui venait avec. Il se retrouvait quand même avec un mal de chien, à tenter malgré tout de se relever. Ne résultant que de lui qui devait certainement balancer un à la suite de l'autre tous les mots sacrés de la bible!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loupio
Joueur de rôle bilingue
avatar

Messages : 104
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: I'm not sure this is a world I belong in anymore.    Dim 8 Fév - 20:18

Il lui fallait fuir. Il entendait les pas derrière lui, les cris, la foule; mais il n'en avait rien à faire et refusait de s'arrêter. Une fois la porte franchie, c'est dans la nuit qu'il s'enfuit, le coeur battant, les sens embrouillés. L'alcool et la drogue ne font jamais bon ménage... vivement qu'il retrouve le confort et la solitude de son appartement, pour dormir là-dessus et espérer avoir tout oublié au réveil.

C'était pour l'instant de futiles pensées. Son poursuivant n'était pas prêt d'abandonner, criant à son intention quelques mots qui ne le firent même pas ralentir. Des excuses. Des excuses qu'il lui avait déjà servies au moment de leurs adieu, et ne voulaient pas dire grand chose. Parce qu'il avait beau être désolé, la situation restait la même, toujours aussi douloureuse, aussi cruelle. Marc ne pouvait-il donc pas le laisser tranquille ?! Il était disparu de sa vie il y a une saison de cela- et qu'il le reste! Il ne pouvait pas juste réapparaître quand ça lui chantait, pour venir refoutre sa vie en l'air! Kay aurait voulu hurler "bullshit". Il n'en fit rien. Si l'intention n'était pas de blesser, il avait bien raté son coup.

« LEAVE ME ALONE, MARC! »

Sans même se retourner. Une belle façon de lui laisser comprendre qu'il ne voulait rien savoir; qu'il était mieux pour lui d'abandonner la partie maintenant car rien de bon n'en sortirait. Il ne voulait pas le voir, ne voulait pas lui parler. Pourtant il se surpris à ralentir, lorsqu'il entendit quelques jurons poussés et une demande définitive d'arrêt. Peut-être par curiosité plus que par obéissance à la demande.

Kay en vint ainsi à un arrêt complet, prenant une profonde inspiration avant d'enfouir ses mains dans les poches de sa veste et se tourner pour faire face à l'homme. Malgré la certaine distance qui les séparait, il pouvait voir qu'il se remettait debout de peine et de misère, visiblement incomodé par une grande douleur. Il s'était cassé la gueule, donc. Bien fait pour lui. Kay poussa un soupir puis se résigna à agir comme un être civilisé, faisant quelques pas dans la direction de l'homme, s'autorisant à s'approcher jusqu'à ce que quelques mètres seulement les séparent. Il se laissait une petite distance de sécurité, une possiblité d'échappatoire si la situation tournait mal.

« ... What do you want, Marc? »

Le simple fait de prononcer son nom, après tout ce temps, était comme un coup de couteau dans sa poitrine. Et en même temps, la sensation était douce et presqu'agréable...


You are the only exception:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Captain
Joueur de rôle bilingue
avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 10/10/2014
Localisation : Somewhere over the rainbow

MessageSujet: Re: I'm not sure this is a world I belong in anymore.    Dim 8 Mar - 6:15

Thank God, il avait cessé de courir. Il trouvait dommage qu’il ait eu besoin de manger le sol et de se brutaliser le tibia pour ce faire. Ah et aussi de perdre une certaine patience face à Kay, assez pour devoir lui intimer plus fortement à bien vouloir cesser de le fuir de la sorte. Pourtant il ne lui en voulait pas d’agir de la sorte, comprenant bien au contraire que dans le cas d’un échec, c’était bien mérité. Il l’avait bien cherché, et désormais il comprenait le tort qu’il avait pu faire à l’homme. Et lui qui s’était attendu à des retrouvailles avec un certain malaise certes, mais avec possibilité d’un petit retour à la normale. Il ne savait pas, qu’il l’avait blessé à ce point. Ce point tel qu’il l’avait poussé à prendre fuite au plus vite, à s’éloigner le plus possible de lui. Il ne voulait rien savoir, c’était bien clair.

Et le pire dans tout ça, c’est qu’il lui aurait bêtement filé entre les doigts, alors qu’il n’aurait définitivement pas pu le rattraper. Il peinait à se remettre sur pied, alors on oublie le reste. Il y avait cette douleur poignante qui lui intimait à ne pas bouger encore et de patienter un bon moment en quête d’un peu d’apaisement. Attendre que ça passe quoi. Et par un quelconque miracle il vit cette tête qui lui avait tant manqué, se rapprocher. Il aurait certes voulu un peu plus, mais il comprenait que ce qu’il avait était déjà bien. Ce pourquoi il n’osa pas plus, restant là où il se devait de rester.

Évidemment la question tant attendue vint, et il garda le silence un instant. Car il ignorait quoi réellement répondre à cette si simple question. Ce qu’il voulait? Il était bien au courant qu’il ne pourrait pas le ravoir. Il l’avait perdu en entièreté, et il espérait pouvoir ne serait-ce, que récupérer un peu du lien qu’ils avaient auparavant, de cette bonne entente du moins.

« I… miss you Kay. »

Il laisse le silence s’installer de nouveau, un moment. Se contentant d’observer l’homme, ayant avoué ce quelque chose qui en temps normal, aurait préféré taire. Marc n’avais pas les pardons et les je t’aime facile. Il faisait partit de ces gens –là. Toutefois, dans un cas comme dans l’autre, peut-être l’aurait-il dit au final, car il le méritait bien.

« I know I f*cked up. I didn’t mean to hurt you. I just… I… J’aurais jamais cru que ça t’aurais fait autant mal, tu vois? Autrement… Je l’aurais pas fait. I swear … »

Il se refusait à abandonner son regard posé, la preuve qu’il était franc, qu’il le pensait réellement. Il aurait cru à une relation plus banale, qu’il n’était pas trop tard pour laisser tomber cette histoire. Mais il avait eu tort, terriblement. Autant d’un côté comme de l’autre. Car même lui en ce jour, ne voulait que retrouver cet homme qu’il avait perdu.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loupio
Joueur de rôle bilingue
avatar

Messages : 104
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: I'm not sure this is a world I belong in anymore.    Lun 23 Mar - 6:08

Kay ne savait pas à quoi s'attendre alors qu'il restait debout, face à Marc mais à une distance respectable de lui. Sa question posée témoignait de son incompréhension: que lui voulait cet homme, après tout ce temps? Pourquoi semblait-il surpris de sa fuite, de sa réaction si spontanée et rapide qui avait été de l'éviter ? Il ne semblait pas avoir conscience du mal qu'il lui avait fait, mais Kay n'arrivait pas à s'en attendrir et lui donner le bénéfice du doute. La douleur était encore trop fraîche, brûlante dans sa mémoire et dans son coeur, pas prête de s'en aller. Revoir Marc ne faisait qu'empirer les choses...

I miss you.
Des mots qu'il n'aurait jamais cru entendre venant de l'homme. Pendant un instant, on pu voir une lueur tendre dans le regard de Kay, comme un mince espoir qui osait les illuminer brièvement, avant qu'ils ne redeviennent froids et intenses, rivés sur Marc. Il retrouvait instantanément tout son sang-froid, ne produisant pas un seul son et se contentant de fixer dans l'attente de la suite, d'une explication, de mots qui peut-être le mèneraient à reconsidérer. Il ne voulait pas se laisser influencer par un petit 'I miss you' et des beaux yeux. Il ... Il avait peur.

La suite vint, et le laissa plus perplexe encore. Pendant de longues secondes, il ne répondit rien, méditant sur les paroles de Marc et assimilant l'information. Fucked up, c'était bel et bien le mot. Il avait réussi à brillamment lui donner de faux espoirs, pour ensuite les lui arracher et laisser sa copine les piétiner, avant de lui offrir un semblant d'adieu pourri. He fucked up real good. Kay fronça finalement les sourcils, semblant voir au-delà de la douceur voulue des mots, laissant sa rancune l'emplir pour n'en tirer que le moins bon côté:

« Si tu avais su, right ? Si tu avais su que j'aurais eu aussi mal, tu aurais fait les choses autrement ? I loved you, Marc. I loved you but you made your choice very clear. Only, it was never out of love for me. Ça ne l'aurais jamais été. Pourquoi aurais-tu fait autrement ? Par pitié ? 'Cause I don't want your pity. I don't need it. If that's all you have to say, my answer is : leave me alone. »

Son regard menaçait de se voiler, aussi il détourna les yeux suite à ses derniers mots. Il lui en voulait, énormément. Lui en voulait de l'avoir repoussé cette journée-là, et lui en voulait de réapparaitre aujourd'hui avec ses simili-excuses et ses belles paroles. Il aurait voulu fuir à nouveau; au lieu de quoi il restait planté là, en colère, mais vulnérable ...


You are the only exception:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Captain
Joueur de rôle bilingue
avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 10/10/2014
Localisation : Somewhere over the rainbow

MessageSujet: Re: I'm not sure this is a world I belong in anymore.    Sam 11 Avr - 16:55

Il l’avait perdu, il le comprenait de plus en plus malgré son vouloir de croire autrement. Mais il gardait espoir, d’arriver à l’approcher, ne serait-ce qu’un tout petit peu. Pour le moment il ne recevait que cette lourde froideur, un mur dressé en obstacle devant lui. Il aurait bien aimé y passer la masse, mais il était bien au courant qu’il n’en résulterait que pire, qu’il ne fallait rien forcer et encore moins provoquer.

Il ne comprenait pas, il comprenait mal, dérivant le sens réels de ses propres mots lorsqu’il lui eut avoué ses torts et ses regrets. Accentué encore et encore, en comprenant la merde qu’il avait créée. Il avait vécu dans le cœur de l’autre, sans jamais le réaliser. Il avait pris sa place, et l’avait quitté pour ne lui laisser que ce gros vide. Ignorant et complètement aveugle, il ne s’était douté de rien. Une amitié sortant de l’ordinaire agrémenté des plaisirs de la chair qu’il avait appris à découvrir, mais pas encore à accepter.

« You’re wrong. J’aurais fait autrement, pour éviter de te faire tu tort et non pas par simple pitié. I like you Kay. I like who you are. And when I say I didn’t mean to hurt you, it really is true. You might don’t want to believe me, I can understand that. I know I deserve it, even if I don’t want it. »

Il l’avait perdu, de par son unique faute. Et désormais son air se fit tout autre, entre déception profonde, et abandon. Entre la compréhension des faits, et la défaite. Mais il se refusait encore de complètement le laisser tranquille, non pas sans tenter encore de s’expliquer, de tout donner ce qui pouvait bien lui rester.

« I miss you Kay, I really do. ‘Cause I can be real with you. You’re not pushing me in the right or the wrong way. You’re just here, with me, without trying to control me. You broke my chains, you freed me. You where there when I needed you most. I feel like I can be myself with you, no lies and no stupid masks. »

Il l’avait emporté dans un autre monde. Là où il lui était permis de cesser de se poser la moindre question, de simplement vivre comme bon lui semblait. Mais on lui avait remis ses chaînes, et sous les habitudes, il s’était laissé emporter et éloigner de lui par le fait même.

« I’ll leave you alone… Even if I don’t want to. Even if I’ll miss you. I’ll do my best to disappear I promise. If that’s what you really want, I can at least to that to you. »

Il ne voulait pas. Ses mots prononcés, presque forcés. Mais il n’avait pas le choix, il ne pouvait pas se permettre de faire son égoïste une nouvelle fois. Il ne voulait pas….

Et cet élan le prit de nouveau, quelque peu contradictoire avec ses derniers dires. Alors qu’il fit un pas devant pour se rapprocher. Il aurait voulu en faire plus, il aurait voulu laisser ses doigts et ses mains s’emparer de lui au moins pour une dernière fois. Mais il savait bien qu’il n’avait plus ce droit.

« Will you ever forgive me ? » Eut-il dit, de son regard qui lui demandait presque désespérément, de retirer ses paroles. leave me alone….


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loupio
Joueur de rôle bilingue
avatar

Messages : 104
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: I'm not sure this is a world I belong in anymore.    Mer 15 Avr - 5:01

Vulnérable. Faible et vulnérable, c'était tout ce qu'il était. Ça n'avait pas toujours été le cas. Personne auparavant n'avait réussi à franchir tous ses murs et se frayer un chemin à l'intérieur pour venir s'ancrer si profondément et le poignarder aussi violemment ensuite. Il avait succombé une seule fois, et en avait payé le prix. Kay n'estimait pas avoir beaucoup de faiblesses... mais il en avait bel et bien au moins une. Une faiblesse du nom de Marc.

Faiblesse qui le forçait à rester debout et à l'écouter s'expliquer, même si aucune excuse, aucune parole ne rendrait la douleur plus supportable et la peine moins grande. Ce qui était fait était fait et rien ne pouvait être changé. Pourtant il l'écoutait, parce que c'était Marc. L'homme qu'il avait tant aimé, qu'il aimait toujours autant. Alors que l'homme, probablement sans l'intention cruelle de lui faire du mal, il pouvait lui reconnaître cela, avait si facilement mis derrière lui leur aventure, effacé toute trace de leur passion et tourné la page pour de bon. Peut-être que pour Marc, il ne s'agissait que de mots à l'encre noir sur du papier blanc; il lui était possible de tout effacer comme bon lui semblerait, de revenir en arrière et prétendre qu'il ne s'était jamais rien produit. Un simple écart surprenant dans le tracé de sa vie. Pour Kay, ces instants étaient gravés, gravés si profondément que les souvenirs étaient impossibles à oublier sans tout démolir par le fait même. Tout son être le poussait à fuir, alors qu'une infime partie de lui, sous l'emprise de cet homme, à la merci de ses sentiments, le forçait à rester debout et écouter.

Un vague hochement de tête vint offrir son accord avec les paroles suivantes; oui, il avait aussi eu l'impression que Marc était lui-même lorsqu'ils étaient ensemble. Il n'aurait su dire pourquoi; un simple sentiment. Ils étaient d'une brutale honnêteté l'un envers l'autre, leur désir et leurs envies pures et simples, auxquelles ils s'abandonnaient sans se mentir ... Il voulait bien croire, qu'il avait cet effet-là sur Marc. Mais au fond, rien ne lui garantissait que cette fois était la bonne. Qu'il ne repartirait pas en courant, fuyant cette liberté que Kay s'évertuait à lui accorder. Il lui aurait décroché la lune s'il avait pu. Ça n'aurait pas été suffisant ...

Aucun mot. Qu'un long silence suivant chaque intervention de Marc, une absence de réaction terrifiante qui ne laissait aucunement transparaître ce qui se tramait derrière ce visage impassible et ces yeux bleus rivés sur Marc. Le calme avant la tempête. L'immobilité totale alors que Marc faisait un pas vers lui, une impassibilité qui laissait présager le pire ... ou le meilleur ? Quelques derniers mots, en une demande de pardon; un éclair passa dans les yeux de Kay.


Il était sur Marc en un instant. L'une de ses mains s'empara de sa nuque et se servit de cette emprise pour l'attirer à lui. Sans une once de retenue, ses lèvres s'écrasèrent sur les siennes. Son autre main s'accrochait presque désespérément à son dos, agrippait son épaule, pressant les muscles, urgeait son corps vers l'avant et plus près du sien. Plus près, plus près encore, jusqu'à ce que la notion même de proximité ne devienne futile et absurde et perde tout son sens. S'il l'avait pu, il aurait littéralement fusionné leurs deux corps. À défaut, il l'attirait à lui avec toute la force et l'empressement dont il était capable. Ils étaient dans une position d'une intimité sans pareille, plus importante encore que lors de leurs ébats; ils étaient pourtant tous les deux vêtus et le seul rapprochement plus concret se résumait en des baisers emplis de désespoir déguisé en passion brute, baisers profonds et pressants, sans relâche et sans faiblir. Il manquait de souffle mais il l'embrassait quand même. La tête lui tournait mais il l'embrassait quand même.

Il lui léchait passionnément les amygdales. Et il en redemandait.

Au bout de quelques longues minutes, Kay arracha sa bouche à la sienne et tituba d'un pas ou deux vers l'arrière, instaurant entre eux une distance plus respectable. Ce faisant, il le relâcha complètement, ses bras retombant le long de son corps, son expression se faisant à la fois perdue et délicieusement ravagée. Ses yeux brillaient non pas d'une enivrante fièvre de désir, mais de réelles larmes tout juste retenues et qui menaçaient à tout instant de s'écouler. Sa voix était enrouée lorsqu'il se prononça, synonyme d'un breakdown imminent.

« I broke your chains, yet you ran right back to them like a damn pussy ... »

Il ne comprenait pas, pourquoi.
Il aurait tant voulu comprendre...

« If I was that good to you, why did you run away... ? »

Sa voix se brisa; toute retenue volant en éclat. Il avait pleuré lorsque Marc était disparu de sa vie. Pleuré, puis rapidement cessé pour plutôt hurler de rage et de désespoir. Exprimer sa peine comme un homme sait si bien le faire: par la colère. Par une violence sourde et un besoin de tout casser. Il avait longtemps pleuré par en-dedans, en silence, en douleur. Mais en cette soirée, il pleurait comme un homme. Comme un véritable homme, qui n'a pas peur de montrer ses faiblesses, qui ne craint pas le ridicule ... qui vit ses émotions comme elles lui viennent. Une première larme roula sur sa joue et il ne fit rien pour la retenir ni même la cacher.

« I blamed you for so long. I blamed you for leaving me, I blamed you for being there that night, for being yourself, a guy I got interested in right away. And then I blamed myself, because I was the one stupid enough to fall madly in love with a man like you. A man that I could never possibly have. I blamed myself for letting you go without putting up a fight, without screaming my lungs out trying to get to you and make you understand how I felt ... I missed the only chance I had to keep you by my side. I let you go. I was scared... I was a coward. »

Une seconde larme s'écoula, et cette fois il leva une main pour l'essuyer. Il eut un petit sanglot étouffé, qui se termina en mince sourire sans joie.

« ... How can I forgive you if I can't even forgive myself... ? »

Kay passa sa langue sur ses lèvres, comme cherchant à y retrouver le goût de Marc, une minuscule parcelle de ce contact dont il s'était tellement langui ... Tous les chemins le ramenaient inévitablement vers Marc. Après un mois, après plus longtemps ... Chaque fois, il devait le recroiser, le destin s'acharnant sur son cas. Il n'aurait pas dû l'embrasser. Le besoin ne s'en faisait que plus grand encore. Il aurait dû partir dès le début, comme son instinct le lui dictait. Au lieu de quoi, son propre corps le trahissait, ses pensées se bousculaient, et tout ce qui lui échappait se résumait à :

« I miss you so bad... »


You are the only exception:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Captain
Joueur de rôle bilingue
avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 10/10/2014
Localisation : Somewhere over the rainbow

MessageSujet: Re: I'm not sure this is a world I belong in anymore.    Mar 21 Avr - 4:43

Il n’eut pas le temps de patienter, de voir, ou d’entendre un soupir, une réponse quelconque. Celle qu’il eut, fut tout ce qu’il y avait des plus physiques. L’espace avait disparue, complètement entre eux, entre leurs deux corps, et l’empressement se faisait ressentir, de se besoin de fusion, l’eut-il bien ressentit. Et s’il figeait pendant quelques secondes, il ne fut pas long avant que ses propres mains tentent de parcourir ce corps qu’il avait jadis connus. Ses doigts s’accrochèrent doucement poussant un peu plus férocement l’homme pour les aider un peu plus dans cet écrasement intensif. Sans retenue ni pensées, ni envie d’y échapper, il s’était coupé du monde en un instant, pour ne renchérir encore plus de son côté. Il oublia les fonctions de respirer, ne les retrouvant que plus tard, pris d’un étourdissement, le souffle plus fort pour ainsi récupérer son air.

Marc garda le focus sur Kay, se retenant de tout commentaire face à cet échange pour le moins passionné. De retour à la réalité, à ce qu’ils avaient laissé en plan, le temps d’un long baiser. Et il n’eut rien dit, devant cette insulte, qu’il se savait mériter. Même si en temps normal il se serait plus que permis de se défendre, dans ses habitudes un brin susceptible, Des plans pour perdre Kay pour de bon. Il l’avait écouté, sans rien dire, et désormais c’était à son tour, de lui porter toute l’attention qu’il méritait. En partie, car c’était le mieux qu’il puisse faire, muet face à ces mots, ne sachant la réponse. Ce n’était pas nouveau, ces questionnements, lui-même se demandant le pourquoi de ses propres décisions. Il aurait pu laisser tomber sa copine, il aurait pu tout laisser tomber, pour garder le chemin qu’il aimait, et qu’il avait emprunté. He ran away like a damn pussy. He was right. . Il avait une partie de la réponse, qui se refusait tout simplement d’avouer. Il s’aveuglait, faisait mine de ne pas voir, de tourner la page en se disant que ce n’était rien.

Alors que c’était complètement faux. Ce n’était pas rien. Ce n’était pas qu’une aventure et expérience sans plus ni moins. On lui avait permis de s’ouvrir les yeux, de goûter ce à quoi il aimait réellement. Mais c’était terminé, il n’y avait plus le droit, enlevé par les autres, qui ne trouvaient là que maladie, que phase passagère…

Et si ce ne l’était pas…?

Ce ne pouvait pas l’être, pas comme ça. On tente une fois et puis on ne replonge plus. On le sait, mais lui, ne le savait pas, perdu dans sa propre brume. Créer par nul autre que lui-même. Alors qu’il savait, que son cœur ne battait pas par le manque d’air, mais bien par cette envie de replonger encore dans cet échange passionné. Il n’en avait pas eu assez. Toutefois, son envie première se vit transformé en un besoin de tendresse, en voyant l’homme craquer, tout juste devant lui, Il savait que peu importe ses pardons, le mal était déjà fait. Il était détruit par la vision, par le savoir du tort qu’il avait causé. Les mots étaient faibles, pour expliquer ce qu’il ressentait. Et le tout paraissait d’autant plus dans les traits de son visage. La douleur de le voir ainsi, la demande du pardon plus grande que jamais. Il était conscient, et ce pleinement désormais, de ce qu’il avait fait.

Il ne savait pas quoi dire, les mots lui manquaient. Il ne savait que s’approcher, tout doucement, en espérant ne pas voir Kay lui glisser entre les doigts, s’éloigner, ou encore le frapper en pleine poire qui sait. Mais il tentait le tout, trouvant le silence et le manque de geste, encore pire. Il passa ses doigts contre se mâchoire, glissant son bras contre ce corps pour l’enlacer en toute douceur. « I’m so sorry Kay… » Il ne savait quoi dire de plus, de leurs visages de nouveau approchés, le tout dit dans un souffle léger. Avait-il seulement le droit de se rendre un peu plus loin? Il ne savait pas. Mais il tenta, un peu plus doucement que la première fois, pour une fois initiateur du baiser.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loupio
Joueur de rôle bilingue
avatar

Messages : 104
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: I'm not sure this is a world I belong in anymore.    Sam 25 Avr - 3:16

Kay n'avait plus la force de réagir, plus la force de chercher à fuir ou nier ce qu'il ressentait. Ce qui était douleur et refus d'avoir affaire à Marc se transformait peu à peu, ravivant tous ces sentiments flamboyants qui se faisaient tout aussi présents qu'au premier jour. Il aimait cet homme. Inutile de se mentir ou chercher à éviter ce qui lui apportait autant de mal que de bien. Il était visiblement prêt à accepter la douleur s'il pouvait avoir droit à ce petit baume sur son coeur, cette présence à ses côtés qui semblait représenter un morceau de lui-même, autrefois perdu. Marc s'était fait une place dans son coeur, et le trou qu'il y avait laissé en partant n'avait jamais réellement cicatrisé. Il était encore sien, encore à réclamer, et Kay savait bien que malgré toutes ses protestations, il finirait bien par céder et le lui laisser...

Il était à deux doigts de faire exactement ça. Peut-être qu'il avait simplement trop bu, ou alors la simple présence de Marc et ce stupide baiser avaient fait faiblir ses résistances, mais toujours est-il qu'il n'avait plus la force de résister. Il laissa Marc s'approcher sans tenter de se défiler ou d'éviter son regard. Une caresse se glissa sur sa mâchoire, alors que lui-même plaçait ses mains contre la taille de Marc et le tenait doucement, tranquillement près de lui. Comme une acceptation, un encouragement à rester dans son espace personnel. Parce qu'il le désirait là. Il le lui permettait à sa façon, sans chercher à le repousser, bien que son air paraisse un peu incertain. Il était conscient de ce qu'il était en train de faire. Retomber sous le charme de cet homme.

« I know .... »

Marc se rapprocha, Kay ne broncha pas. Il avala difficilement sa salive, ses yeux encore brillants, mais sans qu'une seule larme ne s'en échappe cette fois. Il cru bon de répéter « I know » encore une fois, comme pour s'en convaincre lui-même autant que pour rassurer Marc sur le fait qu'il savait; il savait, qu'il était désolé, qu'il n'avait pas voulu le blesser autant. Il comprenait. Il avait mal, mais il comprenait ...
Il ne se vit pas de refuser la suite. Le baiser arriva tout naturellement, alors que Kay répondait avec une facilité surprenante compte tenu de son attitude précédente depuis le début de leur altercation. Ce simple geste de le tenir par la taille se transforma en une étreinte plus concrète mais toujours aussi douce, au fil de leur échange cette fois tranquille mais pas moins dénudé d'émotion. Il lui fallu un bon moment encore pour mettre fin au baiser et regarder Marc dans les yeux.

« I ... I'm too drunk for this right now. Why don't you ... come over tomorrow morning? We could have breakfast and ... see how we go from there? »

Bien malgré lui, il ne pouvait cacher cette mince touche d'espoir sur son visage.

« You know where I live... »

Et s'il s'était retenu de l'inviter dès maintenant à passer la nuit, c'était simplement par principe.


You are the only exception:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Captain
Joueur de rôle bilingue
avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 10/10/2014
Localisation : Somewhere over the rainbow

MessageSujet: Re: I'm not sure this is a world I belong in anymore.    Mar 28 Avr - 6:42

Il écoutait ces simples mots, les laissant parcourir ses oreilles, pour y apaiser ses songes troublés. Troublés des aventures passés, habités par cet homme et par la réalisation du mal qu’il lui avait fait. Il allait qu’un peu mieux, de savoir qu’il comprenait, qu’il pouvait doucement l’approcher sans que ce ne soit peine complètement perdue. Il avait pu se rendre plus loin, retenter ses lèvres, le temps d’un instant.

Il ne savait pas dans quel terrain il avait remis les pieds, il ne savait pas ce qu’il l’attendait, ne sachant lire à travers les yeux de Kay. Il tentait d’y lire la suite des pages, mais resta face à l’inconnu, à la crainte du pire. Et au final, au fil des mots prononcés, il réalisa que ce qu’il était venu, peut-être ne l’aurait-il pas. Mais il y avait espoir, de retrouver ce lien, une partie de celui-ci. Retrouver cet homme, libérateur de ses chaînes. De celles qu’il avait retrouvées... Mais il osait espérer que peut-être, aurait-il au moins sa compagnie pour cette fois. Il ne demanderait rien de plus, pas cette fois, s’en fit-il la promesse.

Puis il eut ce sourire simple léger, qui démontrait plus que bien son accord. Cette proposition ne pouvait que lui pousser à s’exprimer un « Yeah sure. I’ll be there. » Il ne comptait pas gâcher ce qui lui apparaissait être, son unique chance de se rattraper, de retrouver cet être qu’il appréciait tant. « I promise. » Eut-il même rajouté, pour couler le tout dans le ciment. Comme quoi il lui assurait sa présence demain matin. Pour discuter sous un autre jour, une autre condition moins embrouillé. Sous leurs raisons et consciences à tous deux présentes.

Pour le moment, il se contenta d’attraper la main de Kay et de le tirer doucement avec lui, en direction du lieu d’habitation de ce dernier. « Yup ! Aaand that’s where we’re going. Je te raccompagne. » Il ne lui laissait pas vraiment le choix, lui et sa tête de cochon, lui et son côté gentleman qui se refusait de laisser un ancien amant, un ami, quelqu’un qu’il appréciait bref, retourner chez lui dans ces conditions. Et il y parvint, un peu de peine et de misère, devant cette porte. « Tadam. You’re home, and safe now. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loupio
Joueur de rôle bilingue
avatar

Messages : 104
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: I'm not sure this is a world I belong in anymore.    Sam 2 Mai - 5:32

Kay avait enfin esquissé un premier vrai sourire aux paroles de Marc, choisissant de lui faire confiance, de croire en cette promesse faite qu'il viendrait le lendemain matin. Parce qu'il voulait le revoir. C'était peut-être idiot, mais il ne contrôlait pas cette envie de passer du temps auprès de Marc et retrouver un peu de ce qu'ils avaient autrefois. Okay, peut-être que c'était un peu la faute de l'ecstasy, qui commençait à lui donner cette envie de le câliner et le bisouter, amour et bonheur au pays des bisounours... Il s'en mordrait les doigts, plus tard, ouais.

« Okay... »

Un simple murmure, pour accompagner le sourire qui voulait tout dire. Il n'eut le temps de rien dire d'autre, cependant, puisqu'une main se referma sur la sienne et entreprit de le tirer. Il suivit sans se plaindre, serrant compulsivement ses doigts dans les siens comme pour se rassurer sur le fait qu'il était vraiment là, bien réel, bien à lui- nah. Nah, pas à lui. Mais il pouvait faire tout comme, l'espace de cette petite marche, si ça lui faisait plaisir.

Ils furent trop rapidement rendus devant sa porte. Kay entreprit de la déverouiller puis poussa un petit soupir et l'ouvrit, se tournant vers Marc. Il lui fallait au moins le remercier de l'avoir raccompagné. Il devait le faire, mais il ne pouvait s'y résoudre. Il resta quelques longues secondes planté là à l'observer, se mordant un peu la lèvre inférieure, ses pupilles dilatées fixées sur Marc dans l'attente de quelque chose. Que l'homme fasse un premier pas, peut-être, alors que lui s'en sentait incapable. C'était con, à quel point ce gars le déstabilisait, alors même que la drogue aurait dû lui donner des ailes. Il avait presque l'air gêné à se tenir là en silence, hésitant entre l'inviter franchement à entrer et directement lui sauter dessus. Ni une ni l'autre ne lui semblait judicieuse, pourtant il aurait voulu que Marc comprenne lui-même le message et ose. Car Kay ne pouvait s'y résoudre, mais se laisserait volontiers emporter par le courant ...

Il finit par reculer d'un pas ou deux, son corps s'écartant suffisamment du cadre de porte pour libérer un espace menant vers l'intérieur. Petite invitation muette, subtile, alors que Kay fronçait les sourcils et lâchait :

« ... Maybe you shouldn't go back home alone this late ... »

Excuse un peu merdique, mais sur le coup, c'est tout ce qui lui était venu.


You are the only exception:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Captain
Joueur de rôle bilingue
avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 10/10/2014
Localisation : Somewhere over the rainbow

MessageSujet: Re: I'm not sure this is a world I belong in anymore.    Sam 2 Mai - 6:07

Attention à votre innocence

Il était vrai, qu’ils étaient étrangement arrivés un peu trop vite. La porte était déjà là, tout juste devant lui, devant eux. Et il semblerait bien que l’heure des adieux approchait en grands pas. Il se souvenait bien de sa promesse, des derniers dires de Kay. Mais pourtant il n’arrivait pas encore à se détacher complètement. Il restait planté là, sachant quoi dire, gardant le silence au final. Il n’en avait tout simplement pas envie, de lui dire bonne nuit, de tourner les talons et de quitter dans plus ni moins. Pour se retrouver le lendemain pour un petit déjeuner, alors qu’ils auraient toutes leurs têtes. Pas d’alcool, pas de trucs pas très légal, nada de nada. Sauf un mal de tête et un air encore un peu endormis de la veille peut-être. Enfin bref, ils n’étaient pas encore rendus là, ils verraient bien demain matin. S’il se décidait enfin à ouvrir sa bouche. Mais tout comme Kay, il restait muet, à simplement l’observer dans son entièreté. Dans cette analyse qui découvrait, qui demandait, qui attendait. Il voyait l’ouverture, il voyait l’invitation d’abord muette, qui prit la forme de mots, dans toute sa subtilité.

Il eut un petit rire, s’éternisant en sourire en coin, alors qu’il fit un pas vers l’avant. Il embarquait quelque peu dans cette forme de jeu, s’approchant doucement, encore et encore, envahissant l’espace personnel de monsieur. Un peu joueur, un peu agace surtout, il fit frôler leurs lèvres, alors qu’il murmura ce simple mot : « Maybe… » Il n’avait pas envie de dire non, il n’avait pas envie de partir. Il n’avait envie que d’une chose, et elle se trouvait tout juste devant lui. Cette source qui lui avait tant manquée, cette source à laquelle il savait qu’il n’avait pas le droit. Mais il n’y pensait pas, il n’en avait rien à faire en cet instant, et avait pris cette décision d’y goûter, à pleine bouche, encore et encore. Sans oser pousser les choses trop loin, pas encore, alors que malgré tout, une certaine douceur ce fit ressentir. Une parcelle de raison, de lorsqu’il sépara cet échange.

« Or maybe not… »




Dernière édition par Captain le Mar 5 Mai - 18:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loupio
Joueur de rôle bilingue
avatar

Messages : 104
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: I'm not sure this is a world I belong in anymore.    Dim 3 Mai - 5:54

Kay eut presque un mouvement de recul lorsque Marc s'avança. Une réaction de fuite instinctive, une tentative d'échapper à ce qui lui avait autrefois causé tant de mal. Pourtant, un désir se faisait plus grand encore, celui de l'avoir près de lui, celui de trouver l'espace d'un instant ce qu'ils avaient vécu de beau, de fort, de vrai. Un authentique besoin de l'autre, un honnête bien-être à passer du temps ensemble à l'abri du temps dans leur petit monde à eux. Il voulait retrouver cela. Il savait que c'était impossible ... mais il voulait tant y croire, ne serais-ce qu'une soirée.

Il laissa Marc s'avancer, sans réellement bouger bien que le réflexe fut là. Luttant contre lui-même, il s'adossa au mur et l'observa envahir son espace personnel de la plus délicieuse des façons, jusqu'à ce qu'il ne puisse se concentrer sur autre chose que sa bouche qui venait de rejoindre la sienne. Instantanément, un petit gémissement étouffé lui échappa; il n'avait même pas la force d'en avoir un peu honte. Le désir était là, Marc lui avait manqué, et il ferait bien des sons de sex s'il le voulait, okay?! Pourtant le contact fut encore une fois trop court et Marc se recula un peu, en bon agace qu'il était, prononçant deux simples mots. Même s'il l'avait voulu, il n'aurait eu le temps ni la possibilité de pousser le petit jeu plus loin ou ajouter quoi que ce soit d'autre; Kay venait de s'emparer de ses épaules pour le diriger vers le mur opposé de l'entrée et l'y plaquer de tout son corps en retournant à la charge contre ses lèvres.

Il lui arracha quelques baisers brûlants, le poussant toujours contre le mur et envahissant son espace pour se presser sans gêne contre lui, dans la fougue, dans l'empressement, le besoin imminent de l'avoir contre lui, le plus près possible. Redoublant d'énergie et ne tenant définitivement pas en place, il poursuivit sur sa lancée et tira sur Marc pour l'entraîner avec lui. Son dos heurta la porte encore ouverte et la referma sous le choc, alors qu'il allait lui-même s'y plaquer et attirait l'homme contre lui pour poursuivre la conversation passionnée de leurs langues. Puis, le relâchant enfin après ces quelques instants intensifs, Kay planta son regard dans celui de Marc. Le noir avait presque entièrement avalé la couleur claire de ses iris, pour ne laisser place qu'à cette folle envie. Il avait déjà l'air agréablement ravagé, les lèvres humidifiées par la pointe de sa langue qui y passait de façon tentatrice, alors que plus bas, ses mains se glissaient entre leurs deux corps pour atteindre sa propre ceinture. Il la défit sans lâcher Marc des yeux, le bruit de son pantalon en train d'etre détaché étant le seul son venant briser le silence, autre que la respiration haletante de Kay. Sans plus attendre, il fit un show de se débarasser de son pantalon, l'envoyant plus loin d'un mouvement du pied et attrapant Marc par l'une des ganses du sien pour le rapprocher. Il se retourna alors, baissa d'un coup son souvêtement et lâcha, positionnant ses bras contre le mur:

« Fuck me »


You are the only exception:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Captain
Joueur de rôle bilingue
avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 10/10/2014
Localisation : Somewhere over the rainbow

MessageSujet: Re: I'm not sure this is a world I belong in anymore.    Dim 3 Mai - 8:52

Il avait reculé, mais il ne lui avait pas échappé, au final. Pas à lui, pas à son envie de l’instant, envouté par ce gémissement qui ne l’avait poussé un peu plus à le dévorer. Marc avait tenté de se contrôler de lors du détachement, agace comme pas deux. Peut-être aurait-il été préférable de ne pas avoir tenté, car il savait ce vers quoi il s’en allait. Désormais il était bien trop tard, alors qu’il n’eut guère le temps de repousser, ou ne serait-ce que parler. Il avait sentis les mains, la poussée de passion le coller contre le mur, dans cette nouvelle conversation plus passionnée que jamais.

Il commençait à avoir chaud, à sentir son corps se réveiller, parcourut d’électricité. Il redécouvrait, appréciait, son être ne faisant qu’en redemander encore et encore. Il le voulait, lui en son entièreté, cet homme, et tout ce qui l’accompagnait. Retrouver un moment ce à quoi il eut droit, ce qu’il aimait, ce qu’il voulait plus que tout, ce qu’il se refusait. Il en voulait, là maintenant, peu importe qui ou quoi, ou les conséquences. Mais il n’osait pas, pas encore. Préférant laisser Kay les guider, question de voir ce que lui désirais avant tout. Et pour le moment ça allait mal, ou plutôt bien tout dépendant des points de vus. Ils se chamaillaient joyeusement, se poussant d’un côté puis de l’autre, se brutalisant sans réel mal, délicieusement. S’il ne se retenait pas, il sauterait la plupart des étapes, pour ne pas dire toutes.

Toutefois une petite pause se fit, alors que tous deux s’observaient de leurs iris disparue, ravagé et remplis de cette envie presque incontrôlable. Malgré tout, Marc eut un élan de douceur passait ses doigts contre cette mâchoire, ignorant la suite. Pour le moment, car le bruit typique de la ceinture, vint lui donner cette bouffée de chaleur, de délicieux frissons. Le souffle court, il l’observait osant dans un réflexe, poser sa main contre la courbe de se postérieur, pour coller leurs deux bassins en un coup, sous l’envie terrible qui lui prenait du goût de l’action. Il le laissa, son espace quelque peu, juste assez pour ne pas le réfréner, dans ce spectacle qui l’animait de plus en plus. Il n’avait besoin de rien faire pour activer le levier, qui le fut complètement en une fraction de seconde sous le dernier geste, sous les dernières paroles. Il ne pouvait pas dire non, impossible, bien trop plongé dans le moment, dans toute cette intensité pour ne serait-ce songer à reculer. Il avait activé son côté sauvage, alors qu’il donnait un brutal coup de bassin pour le plaquer un peu plus contre le mur.

« Shit… Kay… »

Il n’en pouvait déjà plus, en deux temps un mouvement tout ce qui pouvait bien l’empêcher de s’exécuter, n’avait été que baissé et on remercie gentiment le ciel qu’il ait eut une once de patience pour fouiller dans sa poche et y trouver l’essentiel pour que la douleur soit moindre. Un pantalon oublié parmi les autres, qui contenait ce dont il avait tant eut de besoin en ce soir. Vite fait, bien fait, il ne fit qu’appliquer, et laissa complètement le reste tomber. Et sans plus attendre il s’exécuta, avec impatience ressentie. En douceur pour le premier coup, brutal et profond pour le second, alors qu’un son de contentement lui échappait déjà. Il ne fit qu’écouter ses envies pour la suite, entre brutalité se contentant de coup sans nécessairement opter pour la vitesse. Et pour la première fois depuis leurs expériences, une main qui n’eut connu qu’un unique propriétaire à soulager, vint à l’encontre d’une nouvelle espèce similaire. Pour s’occuper d’un autre, pour un fois, pour doubler les sensations dans tous les sens, alors que son souffle chaud se manifestait dans son cou, dans ses oreilles.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loupio
Joueur de rôle bilingue
avatar

Messages : 104
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: I'm not sure this is a world I belong in anymore.    Dim 3 Mai - 19:01

Écrasé contre le mur par le corps de Marc qui l'y pressait intégralement, Kay cherchait malgré tout à arquer le dos, pousser ses fesses vers l'homme, les mettre en valeur. Gimme. Im ready. Ils avaient déjà fait le tout sans réelle préparation, dû au manque d'expérience de Marc, et jamais Kay ne s'était plaint de l'inconfort, jamais il n'avait cherché à le lui reprocher ou à le faire sentir coupable le lendemain alors qu'il avait un peu de mal à marcher. Non, au contraire, il adorait la petite sensation de brûlure qui persistait et lui rappelait les délicieux souvenirs de sa présence en lui, de cette union pure et simple et si intense. Il n'aurait pas été contre une répétition de la chose dès maintenant, l'aurait accepté avec plaisir, mais il eut rapidement droit à une vague préparation. Enfin, rien qui ne puisse le préparer lui, physiquement, mais les choses se retrouveraient malgré tout facilitées par l'application d'une certaine substance. Kay aurait fait sans. Il était encore plus impatient avec, comme si l'idée d'une si futile attention, vu la rapidité avec laquelle la tâche avait été exécutée, lui faisait croire qu'il pouvait exiger plus intense de la part de Marc. Il ne tenait pas en place, remuant de façon un peu incertaine dans l'attente de la suite, dont il avait si envie, mais qui lui créait chaque fois une vague appréhension qui ne tardait guère à disparaître sitôt que l'action commençait.

Le premier mouvement fut doux mais lui arracha une petite grimace. Ça faisait trop longtemps. Le second était plus brutal, mais déjà plus facile, et tira cette fois un tout petit son à Kay. Entre le plaisir et l'incomfort, rien qui manifestait une désapprobation, bien au contraire, ses hanches semblaient encourager Marc à continuer malgré tout par leur petite ondulation tentatrice. Un rythme s'installa rapidement, tous deux redécouvrant le corps de l'autre et retrouvant cette proximité d'autrefois, cette façon si parfaite aux yeux de Kay qu'ils avaient de se compléter. L'homme n'était pas réputé pour être le plus bruyant, mais ce soir, il l'était pour toutes les autres fois, pour compenser pour les quelques rares grognements échappés lors de leurs précédents ébats. Il semblait accompagner chaque coup solide d'une respiration forte, audible, un petit son rauque qui témoignait de son plaisir. Dès qu'une main se referma autour d'un endroit précis qui manquait cruellement d'attention, la plainte monta d'un cran et fut cette fois clairement plus franche. Il lui fallu bien quelques secondes pour ensuite réussir à souffler:

« Fuck, Marc... »

Son corps se mouvait erratiquement à la poursuite des sensations, torturé entre les deux stimulations qui s'offraient à lui; pousser au creux de cette main, ou aller à la rencontre des coups de bassin de Marc, dur de choisir. Il essayait un peu de faire les deux, tant bien que mal, écartant un peu plus les jambes et utilisant le mur comme support alors qu'il commençait à perdre un peu de tonus sous les vagues de plaisir. Il ne fut pas bien long encore avant qu'il ne se mette à prononcer une suite de mots rapides et incohérents parmi lesquels le nom de Marc semblait revenir souvent, accompagné d'un langage probablement vulgaire à souhait; avant d'être coupé d'un gémissement appréciateur qui annonça le début de la fin. Marc n'avait pas à douter de sa compétence, Kay le lui laissait aisément savoir par les sons qui lui échappaient toujours tout au long de cet instant.


La fin, ou peut-être pas. C'était une forme de fin en quelque sorte, la vigueur qui suivit n'ayant pas forcément lieu d'être en temps normal, mais tirait peut-être sa source du fait que cela faisait beaucoup trop longtemps. Remuant toujours autant et pressant Marc à augmenter la cadence, à poursuivre sur sa lancée, il trouva la force de l'encourager à voix haute:

« Don'tstopdon'tstopdon't... oh god ... »

Encore un peu. Encore un peu, il en fallait plus. Ses muscles se contractaient répétitivement, ses respirations rapides et fortes, tandis qu'il rejetait la tête vers l'arrière sous les sensations trop intenses sur son corps si sensible.

« Fuckfuckfuckfuckfuck »

Et cette fois c'était bien la fin. Pas aussi abondant que la première fois, mais probablement plus féroce encore en intensité, si la façon dont Kay sembla perdre tout le focus en un instant et s'effondrer contre le mur où il parvint à se soutenir de peine et de misère, était une quelconque indication. Les jambes molles et un peu tremblantes, il ferma les yeux et pressa son front contre le mur, haletant toujours, vivant à fond les dernières effluves de plaisir qui le traversaient tranquillement.


You are the only exception:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Captain
Joueur de rôle bilingue
avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 10/10/2014
Localisation : Somewhere over the rainbow

MessageSujet: Re: I'm not sure this is a world I belong in anymore.    Dim 10 Mai - 17:40

C’était intense, certainement la chose qui le fut depuis un très long moment. Comme s’il eut fait des années d’abstinences, et que le moment de la rupture était cet instant. Il avait soif de son ancien amant, de ce corps qui savait lui plaire, le contenter pleinement, de cette voix et de ce souffle qui l’enivrait. C’était du sexe à l’était pur, sans roses ni plantes pour adoucir. Entre l’homme et la bête en pleine chaleur, Marc tentait en vain de se contrôler, pour ne pas se laisser guider par les sons de Kay. Il ne pouvait pas, pas bien longtemps, avant que son être n’eut désormais comme unique objectif d’en provoquer, encore et encore. Des plus appréciatifs, des plus hauts, comme les siens qui se mêlèrent au tout. Et il s’amusait, avec force et profondeur, y mêlant parfois rude vitesse. Autant de chaque côté, pour ne pas faire de jaloux.

À la fois trop concentré et déconcentré par son corps qui faiblissait peu à peu, aidé de sa jambe, il fit preuve de force et d’entêtement, sans jamais lâcher le moindrement prise ou encore ralentir. Pire encore, lorsqu’il eut ouïr de son nom si souvent répété ainsi que quelques autres mots délicieux à ses oreilles. Rien qui ne puisse l’aider à réfréner, activant son parfait contraire, qui ne fit qu’être doublé dans tous les domaines. Et il avait senti la fin de Kay, étrangement pas encore entre ses mains. Il avait certes stoppé un instant, dans son incompréhension qui ne dura pas bien longtemps. Car il recommença, sans perdre de temps, se laissant pleinement aller, y donnant son maximum dans son être comme dans sa voix. Il ne tardait pas à sentir la flèche monter, à toute vitesse, pour tout simplement faire exploser un lot de sensations fortes en lui. Et c’était terminé, en un dernier gémissement audible de contentement. Alors qu’il se senti devenir guimauve. Il resta collé à son amant, le serrant dans une étreinte plus douce, d’un autre besoin. De celui de la présence, alors qu’ils reprenaient leurs souffles. Il l’attira doucement avec lui au sol, pour relaxer, tout simplement. Assit sans plus ni moins, glissant ses doigts dans cette autre main qui n’était pas sienne.

« That was the fuck of my life… No doubt. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loupio
Joueur de rôle bilingue
avatar

Messages : 104
Date d'inscription : 05/07/2014

MessageSujet: Re: I'm not sure this is a world I belong in anymore.    Lun 11 Mai - 4:25

Cette fois c'était bien la fin. Une fin tout en puissance, puis tout en douceur alors que des bras se refermaient autour de lui dans la plus agréable des étreintes, pour le guider tranquillement vers le plancher. Une fois assis plus calmement, Kay entremêla ses doigts à ceux de Marc et s'appuya doucement contre lui, son corps nu et en sueur contre celui encore vêtu de l'homme, un sourire étirant ses lèvres.

« Yeah... »

Car il n'y avait pas grand chose à ajouter, vraiment. Marc avait tout résumé en quelques simples mots, mis le doigt sur ce fait réel qu'ils venaient de vivre un moment sans pareil. Puis, après avoir laissé ses lèvres effleurer la mâchoire de l'homme un instant, Kay se mit à rire. Toute sa douleur d'un peu plus tôt semblait s'être envolée pendant leurs ébats, terrassée par l'amour et la passion de leur échange, par la drogue qui accentuait son bien-être ... Il avait l'air heureux, à nouveau. Ses yeux avaient retrouvé cette petite étincelle qui y était absente depuis le départ de Marc. Toujours, il riait, doucement, glissant entre deux un petit:

« I came twice, man .... Twice! »

Son rire se calma tranquillement, se terminant en un petit soupir de contentement alors qu'il remuait un peu pour adopter une position plus confortable. Pendant quelques longues minutes, il ne bougea plus, se contentant de serrer la main de Marc et caresser distraitement son avant-bras de sa main libre. Soudainement, il se redressa un peu, tirant doucement sur la main de Marc pour l'inciter à se relever. « I need a smoke. D'you want a smoke? On peut aller sur le balcon! » Son enthousiasme n'était même pas feint, il était réellement content de l'avoir avec lui, et contre toute attente, il ne semblait pas prêt à le laisser partir. Il fallait le voir aller, tirant un peu Marc avec lui et attrapant au passage son paquet de cigarettes, le traînant vers la porte vitrée donnant sur le balcon. Il ne lâcha sa main qu'une fois dehors, coinçant une cigarette entre ses lèvres et lançant son paquet à l'homme.

« ...Damn, two freakin' times, I mean who does that? »

Il semblait encore s'en amuser, eh oui.


You are the only exception:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I'm not sure this is a world I belong in anymore.    

Revenir en haut Aller en bas
 
I'm not sure this is a world I belong in anymore.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CNN: Food prices rising across the world
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World
» Forge World
» Nouveauté Forge World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le monde des jeux de rôles :: JDR :: Intertemporel-
Sauter vers: